On ne pourra pas dire que Bobby Gillepsie n’aime pas le risque. Bobby, c’est le genre de type à jouer Patte Cassée dans la cinquième à Auteuil à 1000 contre un. Et cela fait 25 ans que les paris fous de Gillepsie fonctionnent plus ou moins. Le Scream remporte la mise une fois sur deux. Et quand il remporte la mise, la banque explose et la concurrence est au tapis.

En effet, la discographie de Primal Scream suit une règle assez étrange: elle alterne entre chef d’œuvre et disque correct.
L’excellent More Light, publié en 2013, faisait suite à un disque douteux (Beautiful Future). D’ailleurs Beautiful Future, publié en 2008, faisait suite à un des deux meilleurs disques du groupe (Riot City Blues). Bref, on peut remonter le temps jusqu’aux débuts du groupe en 1987. Et on n’évoquera pas XTRMNTR, le plus beau all-in de tous les temps !

Le nouveau disque de Primal Scream, CHAOSMOSIS, n’échappe pas à la règle et ne fera pas figure d’exception. Produit par Bobby Gillespie (logique), Andrew Innes (toujours logique) et la doublette Peter Bjorn/Björn Yttling (un peu moins logique), CHAOSMOSIS reprend les thèmes chers au groupe et pioche dans les obsessions musicales du Père Gillepsie.
Les invités des disques de Primal Scream sont toujours un bon indicateur de la direction prise par le groupe. Sur Riot City Blues, on retrouvait Will Sergeant pour partir à l’assaut d’un des meilleurs disques stoniens de tous les temps. Sur XTRMNTR, on retrouvait Bernard Summer (New Order) et Kevin Shields (My Bloody Valentine) pour un disque de terroristes électroniques. Sur CHAOSMOSIS, on retrouve les filles de HAIM et Sky Ferreira. Bobby va donc se la jouer dandy et se lancer dans la quête de la pop song parfaite.
On retiendra de ce disque l’entêtante échappée kraftwerkienne de Martin Duffy ((Feeling Like A) Demon Again) et les chœurs des sœurs Haim sur le brûlot 100% Or Nothing.

Primal Scream – Where The Light Gets In

Par contre, on oubliera rapidement Where The Light Gets In. Sky n’arrive pas à nous faire oublier Kate… Après un départ sur les chapeaux de roue, la machine du Scream ralentit un peu. Le moteur toussote et la seconde moitié du disque ennuie. Il faudra attendre Autumn in Paradise entendre Bobby chanter comme au bon vieux temps…

CHAOSMOSIS de Primal Scream sera publié le 18 mars 2016 via 1st International/Ignition Records Ltd./PIAS.
Les Primal Scream seront en concert le 02 juin 2016 au festival Caribana.

Tracklist : Primal Scream - Chaosmosis
  1. Trippin' On Your Love
  2. (Feeling Like A) Demon Again
  3. I Can Change
  4. 100% Or Nothing
  5. Private Wars
  6. Where The Light Gets In
  7. When The Blackout Meets The Fallout
  8. Carnival Of Fools
  9. Golden Rope
  10. Autumn In Paradise
Primal Scream – Chaosmosis3.0
6/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

New Order @ Nuits de Fourvière 2019 | 28.06.2019

New Order se la joue Rebel

New Order revient prolonger l’été et commencer l’automne avec Be A Rebel, un morceau qui remplit son contrat. A savoir nous toucher en plein coeur tout en évitant de viser juste.
Primal Scream @ Pitchfork 2019, 01.11.2019 , Paris

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.
Primal Scream © Fabrice Buffart

Primal Pitchfork !

C’est la fin du mois d’octobre, le début du mois de novembre… L’hiver n’est pas loin et le moral au plus bas. Une seule solution : le Pitchfork Music Festival Paris et sa programmation de folie.
Primal Scream © Fabrice Buffart

Maximum Primal Scream !

Comment aborder la rentrée 2019 avec le sourire ? En apprenant que Primal Scream revient à l’automne à Paris le temps d’une date lors du Pitchfork Festival.
Primal Scream - Maximum RockNRoll

Primal Scream – Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles

Après avoir publié le passionnant Give Out But Don’t Give Up (The Original Memphis Recordings) en 2018, Primal Scream (ou plutôt Sony) sort un double best-of dénué de tout intérêt. Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles, maximale arnaque.
Primal Scream - Give Out But Don't Give Up

Primal Scream – Give out but don’t give up: the original Memphis recordings

Après avoir fricoté avec les Byrds et publié un premier chef-d’oeuvre (Screamadelica), les Primal Scream prirent tout le monde de cours en 1994 en voulant jouer dans la même catégorie que les Stones. Coup de bol (enfin pas que…), le groupe de Glasgow enregistra un grand disque, totalement incompris à son époque, qui ressort aujourd’hui…

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.