John Cunningham – Fell

John Cunningham - Fell
Louis - 21/06/2016

Quatorze ans après l’excellent Happy-Go-Unlucky, John Cunningham revient nous voir avec de nouveaux trésors. Le plus célèbre inconnu de Brighton, repéré par Stan Cullimore des The Housemartins au milieu des années 90, a abandonné les rives de la mer du Nord et une écriture typiquement anglaise pour être le parfait trait d’union entre l’Angleterre et l’Amérique. Fell pourrait bien être son meilleur disque. C’est dire si l’heure est grave !


Les dernières nouvelles de John Cunningham datent de 2010. Joe Pernice, chef de partie chez les Pernice Brothers et accessoirement patron d’Ashmont Records avait eu l’heureuse idée de rassembler Homeless House (1998) et Happy-Go-Unlucky (2002) en les publiant sous la forme d’un coffret doté d’un prix modique. L’infortune mercantile aura donc eu un seul bienfait : celui de réunir les deux génies que sont Joe Pernice et John Cunningham. En 2016, John Cunningham se retrouve chez Microcultures et a un nouveau voisin de palier en la personne de Peter Milton Walsh (The Apartments).
Une éternité semble séparer ces deux époques. Au début du vingtième siècle, des types de la trempe de John Cunningham pouvaient espérer trouver des petits labels (Top 5 Records en l’occurrence pour Happy-Go-Unlucky) pour publier leurs chansons en toute discrétion. Aujourd’hui les labels indépendants (et les majors) ont un pied dans la tombe et l’autre chez le banquier. Il faut donc trouver de nouveaux modèles. Celui du financement participatif semble être celui de prédilection pour certains de nos héros.
Grâce à Microcultures et à John Cunningham, on connait enfin le prix de l’aller simple pour le Paradis : 6458 euros. L’enregistrement de Fell aura couté que 6458 euros. En plus des leçons d’écriture, John Cunningham va bientôt donner des leçons d’économie appliquée à tous les directeurs artistiques que compte le monde musical.

John Cunningham – Frozen In Time

Et cet disque alors ?
A chaque album, nous pensons bêtement que John Cunningham a atteint l’acmé de son talent. Et à chaque fois c’est nous qui perdons. On pensait avoir atteint le firmament avec Happy-Go-Unlucky. Perdu.
Fell élève le niveau d’un cran et Cunningham fait se rencontrer comme personne Paul McCartney, Brian Wilson et Nick Drake. Le tout avec une discrétion hallucinante. Limite, ce type s’excuserait d’écrire. Attention, John Cunningham ne rechigne pas à utiliser des cordes au besoin. Mais il avance toujours à pas feutrés (Often a ghost, For the love of money) et nous surprend à chaque fois.
Une fête d’anniversaire « surprise » avec une trentaine d’amis chez lui ?
John Cunningham esquissera un sourire et forcera tout le monde à marcher avec des patins pour ne pas abîmer le parquet avant de passer la plus belle soirée de l’année.
Les dix chansons de Fell sont la suite idéale de la sainte doublette TigermilkIf You’re Feeling Sinister de Belle and Sebastian. A l’écoute de Something about the rain, Stuart Murdoch devrait rougir de honte…
Often a ghost fera pleurer dans toutes les chaumières et While they talk of life rendra nostalgiques les plus endurcis d’entre nous.
Bref, les dix chansons révèlent à chaque écoute un nouveau parfum et procurent des sensations délicieuses.
En 2015, Microcultures plaçait No Song, No Spell, No Madrigal des The Apartments en tête du classement de feu Magic. Nul doute que le doublé était assuré cette année avec Fell

Fell de John Cunningham sera publié le 24 juin 2016 via le label Microcultures.

Tracklist : John Cunningham - Fell
  1. Let go of those dreams
  2. Often a ghost
  3. We get so we don't know
  4. Something about the rain
  5. I can fly
  6. For the love of money
  7. Frozen in time
  8. What have you done ?
  9. While they talk of life
  10. Flowers will grow on this

John Cunningham – Fell
5.0
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Greg Dulli - Random Desire

Greg Dulli – Random Desire

Greg Dulli n’a jamais déçu. Que ce soit avec les Afghan Whigs ou The Twilight Singers ou encore avec Mark Lanegan le temps de The Gutter Twins. Ce n’est pas avec son premier album solo que la déception va pointer le bout de son nez.

Pictish Trail – Thumb World

L’Écossais Johnny Lynch aka Pictish Trail est tellement fou qu’il ferait passer son compatriote Steve Mason (The Beta Band) pour quelqu’un de totalement ennuyeux. La preuve avec Thumb World, son nouvel album.

The Lost Brothers - After The Fire After The Rain

The Lost Brothers – After The Fire After The Rain

Encensés par Richard Hawley, produits par Brendan Benson (The Raconteurs) et amis de M. Ward, les Lost Brothers ont tout pour réussir. Si c’est le cas au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis (où ils vont assurer la première partie de M. Ward lors de sa prochaine tournée), fort est de constater que la greffe ne prend…

Humanist – Humanist

Il y a Rob Marshall et les autres. Pour son premier disque solo, l’ex Exit Calm réussit l’exploit de réunir une douzaine de chansons belles à tomber à la renverse avec un casting qui donne le tournis. Humanist est un coup de foudre. Et comme pour Lucien Leuwen de Stendhal, Humanist est un coup de…

Destroyer - Have We Met

Destroyer – Have We Met

Il y a neuf ans, l’ex The New Pornographers Dan Bejar publiait Kaputt un disque somptueux qui avait le mérite d’unir les fans irréconciliables de New Order et de Prefab Sprout. Au lieu de capitaliser sur ce succès, Bejar nous a plongé dans une pop magnifique mais dépressive pendant deux albums. Have We Met sonne…

Andy Shauf - Neon Sklyline

Andy Shauf – The Neon Skyline

En mai 2016, Andy Shauf avait tué toute la concurrence en publiant The Party. Il recommence en janvier 2020 avec The Neon Skyline.

Isobel Campbell- There Is No Other

Isobel Campbell – There Is No Other

Pour un retour inespéré, c’est un retour inespéré. L’ex Belle and Sebastian n’avait pas donné de nouvelles depuis dix ans. Elle est de retour avec There Is No Other, un disque impeccable.

East Village - Hotrod Hotel (2)

East Village – Hotrod Hotel

Michael Schulman, le patron de Slumberland Records (Tony Molina, Pete Astor, Veronica Falls pour ne citer qu’eux) se fait plaisir en rééditant Hotrod Hotel.

Bill Fay - Countless Branches

Bill Fay ‎– Countless Branches

Adulé par les membres de Wilco et de War On Drugs, vénéré par Jim O’Rourke et Ed Harcourt, Bill Fay est définitivement sorti de sa retraite à l’âge de 76 ans avec la sortie de Countless Branches.

Alma Forrer - L'année du loup

Alma Forrer – L’année du loup

« J’ai envie de toi » chante Alma Forrer dans N’être que l’hiver qui ouvre son premier album L’année du loup et à son écoute nous avons aussi terriblement envie d’elle, de ses chansons entre folk américain et variété française au sens le plus noble.

Field Music - Making A New World

Field Music – Making A New World

Si Oasis et Radiohead n’avaient pas existé…. Si les Foals et les Coral n’avaient pas existé… Les Field Music seraient sûrement le groupe anglais le plus influent et le plus médiatisé de ces quinze dernières années.

The Electric Soft Parade - Stages

The Electric Soft Parade – Stages

Retour inattendu (et inespéré) des frères White ! Les Electric Soft Parade ouvrent le bal des sorties de 2020 et mettent d’emblée la barre très haute.

Jim Sullivan - If The Evening Were Dawn

Jim Sullivan – If The Evening Were Dawn

Le label Light In The Attic Records fait oeuvre de salubrité publique en rééditant de fort belle manière les deux disques de feu Jim Sullivan et en publiant If The Evening Were Dawn, un disque qui 10 chansons acoustiques jamais sorties.

Les Wampas - Sauvre Le Monde

Les Wampas – Sauvre Le Monde

Bonne nouvelle ! Les Wampas ne font plus la gueule et sont toujours chauds, sales et humides. Avec ce treizième album, Didier Wampas signe un excellent cru.

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

the-replacements-dead-mans-pop

The Replacements – Dead Man’s Pop

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement…

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.