Quatorze ans après l’excellent Happy-Go-Unlucky, John Cunningham revient nous voir avec de nouveaux trésors. Le plus célèbre inconnu de Brighton, repéré par Stan Cullimore des The Housemartins au milieu des années 90, a abandonné les rives de la mer du Nord et une écriture typiquement anglaise pour être le parfait trait d’union entre l’Angleterre et l’Amérique. Fell pourrait bien être son meilleur disque. C’est dire si l’heure est grave !


Les dernières nouvelles de John Cunningham datent de 2010. Joe Pernice, chef de partie chez les Pernice Brothers et accessoirement patron d’Ashmont Records avait eu l’heureuse idée de rassembler Homeless House (1998) et Happy-Go-Unlucky (2002) en les publiant sous la forme d’un coffret doté d’un prix modique. L’infortune mercantile aura donc eu un seul bienfait : celui de réunir les deux génies que sont Joe Pernice et John Cunningham. En 2016, John Cunningham se retrouve chez Microcultures et a un nouveau voisin de palier en la personne de Peter Milton Walsh (The Apartments).
Une éternité semble séparer ces deux époques. Au début du vingtième siècle, des types de la trempe de John Cunningham pouvaient espérer trouver des petits labels (Top 5 Records en l’occurrence pour Happy-Go-Unlucky) pour publier leurs chansons en toute discrétion. Aujourd’hui les labels indépendants (et les majors) ont un pied dans la tombe et l’autre chez le banquier. Il faut donc trouver de nouveaux modèles. Celui du financement participatif semble être celui de prédilection pour certains de nos héros.
Grâce à Microcultures et à John Cunningham, on connait enfin le prix de l’aller simple pour le Paradis : 6458 euros. L’enregistrement de Fell aura couté que 6458 euros. En plus des leçons d’écriture, John Cunningham va bientôt donner des leçons d’économie appliquée à tous les directeurs artistiques que compte le monde musical.

John Cunningham – Frozen In Time

Et cet disque alors ?
A chaque album, nous pensons bêtement que John Cunningham a atteint l’acmé de son talent. Et à chaque fois c’est nous qui perdons. On pensait avoir atteint le firmament avec Happy-Go-Unlucky. Perdu.
Fell élève le niveau d’un cran et Cunningham fait se rencontrer comme personne Paul McCartney, Brian Wilson et Nick Drake. Le tout avec une discrétion hallucinante. Limite, ce type s’excuserait d’écrire. Attention, John Cunningham ne rechigne pas à utiliser des cordes au besoin. Mais il avance toujours à pas feutrés (Often a ghost, For the love of money) et nous surprend à chaque fois.
Une fête d’anniversaire « surprise » avec une trentaine d’amis chez lui ?
John Cunningham esquissera un sourire et forcera tout le monde à marcher avec des patins pour ne pas abîmer le parquet avant de passer la plus belle soirée de l’année.
Les dix chansons de Fell sont la suite idéale de la sainte doublette TigermilkIf You’re Feeling Sinister de Belle and Sebastian. A l’écoute de Something about the rain, Stuart Murdoch devrait rougir de honte…
Often a ghost fera pleurer dans toutes les chaumières et While they talk of life rendra nostalgiques les plus endurcis d’entre nous.
Bref, les dix chansons révèlent à chaque écoute un nouveau parfum et procurent des sensations délicieuses.
En 2015, Microcultures plaçait No Song, No Spell, No Madrigal des The Apartments en tête du classement de feu Magic. Nul doute que le doublé était assuré cette année avec Fell

Fell de John Cunningham sera publié le 24 juin 2016 via le label Microcultures.

Tracklist : John Cunningham - Fell
  1. Let go of those dreams
  2. Often a ghost
  3. We get so we don't know
  4. Something about the rain
  5. I can fly
  6. For the love of money
  7. Frozen in time
  8. What have you done ?
  9. While they talk of life
  10. Flowers will grow on this

John Cunningham – Fell5.0
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Nesles © Thomas Salva

Nesles Île en mer

Nesles fait sa rentrée avec un clip et un festival. On ne s’ennuie jamais avec Nesles.
John Cunningham

John Cunningham en concert

C’est que ça bouge du coté du clan Cunningham. Mehdi Zannad (Fugu) vient de publier L’Architecte de Saint-Gaudens, la bande originale du film de Serge Ozon. Dans ce film sur cette petite ville des Pyrénées, Zannad joue Le Corbusier et interprète toutes les chansons de cette B.O. Quant à John Cunningham, il devait changer de…
John Cunningham

John Cunningham, haut de gamme de la pop anglaise

Après avoir sorti de la cryogénisation Peter Milton Walsh et ses Apartments, le label Microcultures est dans les starting-blocks pour mettre en lumière un autre génie injustement oublié. On vous le donne en mille, il s’agit de John Cunningham. John qui ? John Cunningham. Inconnu au bataillon mon capitaine !

Plus dans Chroniques d'albums

Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.
Andy Bell

Andy Bell – The View From Halfway Down

Andy Bell s’offre son premier album solo pour ses 50 ans et nous fait un joli cadeau. The View From Halfway Down, enregistré avec Gem Archer (Oasis), est un disque aux allures modestes mais qui fait le travail comme les grands.
StrawberrySeas_LP_Cover

Strawberry Seas – Strawberry Seas

2020 est une l’année horrible par excellence. La Covid, les élections américaines, les inondations… Le meilleur moyen pour quitter la tête haute cette année infernale est le disque des Strawberry Seas.
idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.