On se souvient bien d’Habib Galbi, sorti en novembre dernier, le titre phare des A-WA, ces « jeunes filles du désert », comme elles se définissent elles-même, qui s’était répandu sur les ondes comme une trainée de sable.

Je vous parle de sable, mais pas du sable qu’on prend dans les yeux et qui nous fouette, ni celui qui nous brûle et sur lequel on peut à peine marcher tellement le soleil cogne dessus.
Non, plutôt le sable chaud juste comme il faut en surface, et dans lequel on aime enfoncer ses pieds pour découvrir des zones de fraicheur inattendues et s’y prélasser quelques secondes.

Leur musique c’est un peu ça, aux A-WA.

A‐WA - Habib Galbi

L’album commence avec Yemenite Lullaby, qui introduit bien l’ensemble. Il s’agit d’un son à capella où les sœurs chantent en chœur dans leur langue maternelle, un retour aux sources assez tradi, avant d’enchainer ensuite sur les beats electroniques de Ya Raitesh al Warda, un pont harmonique entre la modernité très pop-électro de leur musique et les sonorités orientales qui caractérisent le style si particulier du groupe. S’ensuit alors Habib Galbi fidèle à lui-même, on ne présente plus le titre éponyme de l’album qui donne toujours autant envie de se déhancher.

A-WA - Habib Galbi

L’ensemble de leur opus est très harmonieux, entre folk, pop, électro, et l’emprunte très marquée de leur culture traditionnelle yéménite, les sonorités sont éclectiques. Si les A-WA avaient fait le pari de réunir orient et occident dans un même album, voilà qui est réussi, et là elles sortent vraiment du lot. Elles nous promènent délicatement entre ces deux mondes qu’elles semblent maîtriser à la perfection, un joli voyage pour les sens, où alternent musiques dansantes aux rythmes entraînants, comme le parfait Galbi Hawa ou encore Shamak Zabad Radai, avec des balades plus envoûtantes et posées comme Ya Shaifin al Malih.

À la fin de l’album, on a même droit à deux remix’ d’Habib Galbi : celui de P.A.F.F. et celui de Kore. Avec tout de même une petite préférence pour celui de Kore, n’étant pas fan du côté « clubbing » de ces versions, qui pour moi dénaturent un peu le son d’origine. D’ailleurs, à mon grand regret, le remix que je recommanderais ne figure pas sur l’album, il s’agit de celui d’Acid Arab, que je vous invite à écouter :

A‐WA – Habib Galbi (Acid Arab Remix)

Visuellement parlant, et dans l’identité globale qu’elles véhiculent, les sœurs Haim sont en adéquation avec leur musique : un savant melting-pot de cultures, entre modernité et tradition, couleurs vives et imprimés à gogo, elles ne peuvent pas nous laisser indifférents. Si elles sont sur scène aussi énergiques que ce que laissent penser leurs clips et leur album, il semble que cela vaille le détour d’aller les voir, explosions de saveurs garanties !

A-WA – Habib Galbi3.5
7/10
Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Abschaum @ Heart of Glass, Heart of Gold 2016

Hog Hog Hourra !

Il y a quelques semaines, à la fin de l’été se déroulait la troisième édition d’un festival bien à part, le Hog Hog (Heart of Glass, Heart of Gold) en Aveyron, un concept original mêlant festivaliers et artistes au sein d’un même lieu et d’un camping dédié pour l’occasion.
Garorock 2016 (photo © Raphael Roques)

Le récap’ de la semaine #1

Vous êtes tous très occupés alors pour ne pas rater l’essentiel, voici le récap’ de la semaine musicale de Soul Kitchen. Des clips, des photos de concert et un chouette concours, les bonnes choses habituelles de votre webzine préparé avec amour (vu qu’on n’a pas de thune, on ne peut faire mieux).

MaMA mia !

Le MaMA Event se déroulera du 14 au 16 octobre 2015 avec plus de 50 conférences et 120 concerts, un événement mêlant découvertes artistiques, rencontres professionnelles, conférences, débats et grand public ! Après avoir détaillé sa programmation éclectique, on a voulu en savoir plus avec sa maîtresse d’oeuvre, Ségolène Favre Cooper.
MaMA 2015

Oh my MaMMA !

« Mama said there ‘ll be days like this, There ‘ll be days like this, my mama said » chantaient The Shirelles et ces jours bénis pour les mélomanes curieux seront les 14, 15 et 16 octobre.

Plus dans Chroniques d'albums

The Bats - Foothills

The Bats – Foothills

Les Bats viennent de publier Foothills, leur dixième album. Comme pour les neuf premiers, le verdict sera le même : les Bats sont le meilleur groupe du monde.
J.E. Sunde - Love

J.E. Sunde – Love

Désormais hébergé chez Vietnam (Chevalrex, H-Burns), J.E. Sunde poursuit la quête qu’il a débutée une décennie plus tôt ; à savoir écrire la chanson folk parfaite. Avec ce nouvel album, Love, Sunde démontre qu’il va falloir compter sur lui en 2020. Et pour le reste de votre vie.
The Moons - Pocket Melodies

The Moons – Pocket Melodies

Très actifs au début des années 2010, The Moons s’était assagi en devenant silencieux depuis quelques années. Andy Crofts, l’homme qui se cache derrière ce groupe, avait été accaparé par son travail avec Paul Weller. 2020 nous réserve son lot de surprises tous les jours. The Moons est de retour avec un disque et s’est…
Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée de Jim James, Bill Frisell, Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.