Cette chronique pourrait avoir comme sous-titre le bug de Jake. Le nouvel abum de Jake Bugg est l’accident industriel (et artistique accessoirement) de 2016.
Au rayon des lads, le dernier Richard Ashcroft passe pour un chef-d’œuvre à coté de ce machin.


On avait de la sympathie pour Jake Bugg.
En 2012, ce jeune freluquet de Nottingham avait publié un disque qui avait le chic pour satisfaire les orphelins de Cast et les fans d’Oasis. L’affaire a bien marché, très bien marché même. C’est dire le niveau du rock anglais en ce moment… Jake Bugg a donc fait la une du N.M.E, a vendu une palanquée de disques et a serré la louche de Liam Gallagher.

En 2013, son label l’envoie en studio avec Rick Rubin. Le vieux barbu fait de Shangri La un disque au son parfait. Mais Jake Bugg n’est plus que l’ombre de lui même (cf la pochette dudit disque). Où sont les chansons ? Jake Bugg a oublié de les écrire. Ou ses comparses… C’est ce qui lui a d’ailleurs valu une volée de bois vert de la part de Noel Gallagher.

Jake Bugg – Love, Hope And Misery

Si on se fie encore à la pochette, on s’attend donc à un joyeux bordel avec On My One. C’est le cas. On My One est un disque d’une pauvreté indigente qui laisse pantois. Pour cacher la misère, Jake Bugg s’essaye au rap et fait le gros dur.
Personne n’y croit. Pas même lui d’ailleurs.
Le disque part dans tous les sens, loupe à chaque chanson sa cible et fatigue.

Jake Bugg – Gimme The Love

On ne sauve de ce naufrage qu’un seul morceau : Bitter Salt. C’est vous dire l’étendue des dégâts.

Jake Bugg – Bitter Salt (live)

Dans les années 90, Cast se faisait tailler un short par l’intelligentsia pour sa supposée simplicité. John Power et son groupe avaient eu la bonne idée d’arrêter les frais après leur seul mauvais disque (Beetroot en 2001).
Qu’en sera t-il de ce garçon ?

On my One de Jake Bugg sera publié le 17 juin 2016.
Jake Bugg sera en concert le 7 novembre à l’Elysée Montmartre (Paris) et le 9 novembre au Le Bikini (Toulouse).

Jake Bugg - On My One

Tracklist : Jake Bugg - On My One
  1. On My One
  2. Gimme the Love
  3. Love; Hope and Misery
  4. The Love We're Hoping For
  5. Put Out the Fire
  6. Never Wanna Dance
  7. Bitter Salt
  8. Ain't No Rhyme
  9. Livin' Up Country
  10. All That
  11. Hold on You

Jake Bugg – On my One1.0
2/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Primal Scream © Fabrice Buffart

Crucial TINALS #2

Le TINALS 2018 est en approche du 1er au 3 juin avec comme toujours une programmation impressionnante sous le soleil gardois dans l’antre accueillante Paloma ! L’occasion de revenir sur l’énormissime édition 2017 avec les photos de Fabrice Buffart de la deuxième journée !
TINALS 2016 © Fabrice Buffart

The TINALS countdown !

Une grande partie de la programmation du meilleur festival de la ‘non chanson d’amour’ est connue. Le festival TINALS aura lieu du 9 au 11 juin et les derniers noms seront dévoilés ce mercredi à la conférence de presse à Paloma à Nîmes.
photos : Rock en Seine 2014 - 22/08/2014

Rock en Seine 2014 : live report du 22 août

Rock en Seine le vendredi 22, on y était (courtoisie de nos amis de chez Martini), retour sur quelques événements marquants qui ont traversé cette journée étrange. La rédaction tient à préciser que tout placement de produit serait fortuit et involontaire. Rock en Seine 2014 – 22/08/2014

Plus dans Chroniques d'albums

The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.
Andy Bell

Andy Bell – The View From Halfway Down

Andy Bell s’offre son premier album solo pour ses 50 ans et nous fait un joli cadeau. The View From Halfway Down, enregistré avec Gem Archer (Oasis), est un disque aux allures modestes mais qui fait le travail comme les grands.
StrawberrySeas_LP_Cover

Strawberry Seas – Strawberry Seas

2020 est une l’année horrible par excellence. La Covid, les élections américaines, les inondations… Le meilleur moyen pour quitter la tête haute cette année infernale est le disque des Strawberry Seas.
idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…