D’I Am Stramgram à Fakear, une soirée enchantée au Fnac Live

Fakear @ Fnac Live 2016
Noémie - 23/07/2016

Le vendredi 22 juillet était la soirée du Fnac Live que j’attendais le plus en terme de programmation, éclectique mais très prometteuse, et au lendemain des festivités, je peux dire que je n’ai pas été déçue !

L’étrange duo d’I Am Stramgram ouvre le bal à 18h pour un live qui nous connecte immédiatement à leur univers enfantin. Vincent, le chanteur et visage de ce projet solo a déjà une présence scénique digne des plus grands, et Mike, son acolyte-batteur-dinosaure intrigue le public à ses cotés. Le live est court, mais les gens qui sont venus semblent avoir été conquis par leur univers si particulier, dont je vous parlerai d’ailleurs plus en détails dans un prochain article puisque j’ai eu le plaisir de m’entretenir avec eux hier soir !

I Am Stramgram @ Fnac Live 2016
I Am Stramgram @ Fnac Live 2016

Vient ensuite le tour des cinq enragés de Stuck In the Sound, qu’on adore chez SK*, et qui nous ont balancé 35 minunes (seulement, quelle frustration !) de rock pur. Un plaisir, et surtout un live qui donnait envie de se déchaîner comme je n’en avais pas vu depuis longtemps. Cela fait du bien de voir sur un festival comme celui-ci un concert moins carré, plus garage, un peu de bordel quoi ! Ce qui n’enlève d’ailleurs rien au fait qu’ils restent très pros, on voit qu’ils ont du métier les Stuck.
Miracle, Pop pop pop, ou encore Tender, ils ont vraiment réveillé le public à grands coups de guitares acérées, de rythmes précipités et de refrains hurlés. M-e-r-c-i !

Stuck In the Sound @ Fnac Live 2016
Stuck In the Sound @ Fnac Live 2016

Prestations sympathiques mais moins surprenantes ensuite pour Sage et Hyphen Hyphen. Ces derniers ont tout de même bien fait danser le public, et l’ambiance est montée d’un cran quand arrive la fin de leur concert vers 21h30. Plus de monde, plus de chaleur, la nuit qui tombe lentement, une odeur d’ivresse dans l’assemblée, on sent qu’une bonne partie des gens est venue pour les deux artistes qui vont suivre, beaucoup plus électroniques : Synapson et Fakear.

Je ne peux pas évoquer Synapson sans parler du désastre qui a eu lieu hier soir. Ce n’est évidemment pas de leur faute, et je pense qu’ils étaient bien plus mal que nous lorsque leur live a été avorté au bout de deux chansons à cause d’un important problème technique. Ils ont terminé comme ils ont pu, en acoustique avec guitare, synthé et voix pour une session molle à souhait. Le public a été compréhensif et les a soutenus jusqu’au bout, une belle démonstration de solidarité, malgré la déception des gens qui étaient venus pour les voir. Une chose est sure, Paris aura eu le droit à un live exclusif hier soir. Atterrés après un tel échec, les deux membres de Synapson se sont séparés de leurs vestes fétiches en fin de concert, et les ont lancées dans le public en guise d’excuse. Je ne sais pas trop comment elles ont finies, mais ça n’a pas dû être très joli.

Synapson @ Fnac Live 2016
Synapson @ Fnac Live 2016

Heureusement que l’artiste qui a suivi a bien bien remonté le niveau et l’ambiance. Fakear nous a offert plus d’une heure de prestation, et c’était vraiment intense. J’avoue que j’avais un peu peur que ce soit trop électronique et qu’il soit seul sur scène à pousser des boutons, ce qui donne généralement des shows un peu statiques, mais c’est sans compter sa nouvelle formation composée d’une harpiste, un bassiste, un batteur et un claviériste, ce qui produit, avec Théo, sa prestance et sa machine au centre, un spectacle des plus complets.

fakear

Fakear est un peu magicien, il fait plein de choses de ses mains, et nous a envoyé aux confins de l’univers avec son live étoilé. Sa musique est paradoxale et intrigante, entre la puissance des beats martelés, la subtilité des nappes stellaires et la finesse des sonorités perlées, le tout mélangeant électronique et acoustique, saupoudré d’un jeu de lumières parfaitement corrélé à nos montées et descentes d’adrénaline, son live m’a fait l’effet d’un shot, et j’ai ressenti profondément l’ivresse du moment, sans même avoir bu une goutte d’alcool.

Beau concert en tout cas, seul regret, je n’ai pas eu mon titre préféré :

Fakear – Hinode

À ce soir pour la suite du Fnac Live avec entre autres Bachar Mar-Khalifé, Get Well Soon, Lianne La Havas ou encore Balthazar !

Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Night Flight to Rouen

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Stupéfiant Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods in a good mood !

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».