Révélée par le très calviniste Burn Your Fire for No Witness en 2014, Angel Olsen revient plus forte que jamais en 2016 avec My Woman. Sur ce nouvel album, Olsen se libère totalement en faisant disparaître ses propres limites.

Ancienne pigiste chez Will Oldhman, Angel Olsen a eu l’heureuse idée de se lancer en solo.
Signée au départ chez Bathetic Record (un label d’Asheville – Caroline du Nord), Angel Olsen avait su séduire avec sa voix et ses airs de prêtresse vaudoue. Originaire du Missouri et résidant à Asheville (d’où la signature chez Bathetic Record), Angel Olsen est un peu le pendant féminin du Creedence Clearwater Revival à la sauce protestante. Chez Olsen, rien ne dépasse, tout est bien rangé et surtout on ne rit pas ! Jusque là, on écoutait les disques de Madame ‘Coupe Au Bol’ sans oser bouger et taper du pied. Le changement, c’est maintenant. Olsen a remercié John Congleton et a recruté Justin Raisen, ancien mercenaire de Sky Ferreira et de Kylie Minogue et nouveau pygmalion de Lawrence Rothman.
Et cela s’entend.

Angel Olsen – Shut Up Kiss Me

Courtoise, Angel Olsen nous avait prévenu avec Intern, le premier extrait de My Woman. « I don’t care what the papers say/ It’s just another intern with a resume » peut-on l’entendre chanter quasiment a cappella sur ce premier morceau qui allume la mèche. Car après, elle déroule. Totalement libérée, Angel Olsen chante comme jamais (Those Were These Days) et se met à utiliser des claviers.

Angel Olsen – Sister

My Woman fait penser aux disques en clair-obscur de Swell. Jamais sombre, jamais éclairé, le nouvel album d’Olsen brouille les pistes et a toujours une chanson d’avance sur l’auditeur. Débutant en trombe, My Woman n’a de cesse de nous plonger dans la spirale dépressive d’Olsen. Le tournant du disque est bien No Gonna Kill You. Quand on vous dit qu’elle aimable. Passé ce cinquième morceau, le piège s’est refermé sur vous. L’ange se transforme en diva et vous donnera le coup de grâce avec Woman, morceau fleuve de quasi 8 minutes totalement renversant.

Impressionnant.

My Woman d’Angel Oslen sort le 2 septembre chez Jagjaguwar/PIAS.
Angel Olsen jouera à La Gaîté Lyrique (Paris) le 04 novembre 2016.

Angel Olsen - My Woman

Angel Olsen - My Woman

Tracklist : Angel Olsen - My woman
  1. Intern
  2. Never Be Mine
  3. Shut Up Kiss Me
  4. Give It Up
  5. Not Gonna Kill You
  6. Heart Shaped Face
  7. Sister
  8. Those Were The Days
  9. Woman
  10. Pops

Angel Olsen – My Woman4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Angel Olsen

Les miroirs d’Angel Olsen

Angel Olsen sera de retour en octobre avec un nouvel album et viendra jouer son rock sombre et divin à La Cigale le 8 février 2020.
Angel Olsen - Sister

Vidéo : Angel Olsen – Sister

Angel Olsen n’a jamais aussi bien porté son prénom. Voix frissonnante à la Stevie Nicks, elle est une ‘natural woman’ de son temps.
Angel Olsen - Intern

Angel Olsen internée ?

Angel Olsen qui avait su séduire les gens de bon goût avec l’album Burn Your Fire sera de retour cet automne avec un album et une tournée mondiale.
Lawrence Rothman - H

Vidéo : Lawrence Rothman – H

Après avoir emmené Soko dans un trip oppressant avec Users, Lawrence Rothman convie les danseurs expérimentaux de Wife dans un sabbat excentrique et étrange.
Angel Olsen - Burn Your Fire For No Witness

Angel Olsen réédite l’exploit

Angel Olsen – Burn Your Fire For No Witness L’excellent Burn Your Fire For No Witness d’Angel Olsen est réédité par son label et sera agrémenté de quelques raretés. Rendez-vous le 17 novembre 2014 pour les retardataires.

Plus dans Chroniques d'albums

The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…