Avant Away, Okkervil River était un groupe qui faisait vibrer les professeurs de mathématiques, les lecteurs occasionnels de Magic et quelques gens de bon goût. Sur le circuit depuis 2002, ce groupe d’Austin a déjà publié sept albums (quand il ne sert pas de backing band de Rocky Erickson) et n’a jamais oublié de se réinventer.

Pourtant, rien ne laissait présager la capacité de ce groupe à faire un disque du calibre d’Away. En effet, avec ce disque, Sheff prend du galon et installe son groupe sur les plus hautes marches du podium.

Le dernier album en date d’Okkervil River, The Silver Gymnasium, avait déjà haussé le niveau. La cote de l’ami Will Sheff avait brutalement augmenté chez les bookmakers. Depuis le début, on savait le bougre de Sheff capable de belles choses. Mais on avait toujours un reproche à lui faire pour chacune de ses sorties.
En 2008, Okkervil River publia The Stand Ins, disque aux chansons impeccables et à la pochette parfaite. Le seul souci dans cette affaire fut la production de Brian Beattie qui rend encore ce disque aujourd’hui bien trop fluet.

Avec Away, l’agent Sheff dépasse tous nos espoirs. On peut écrire, sans trop prendre de risques, que ce huitième album est l’un des disques de l’année.
Mais qu’est-il donc arrivé à Will Sheff pour publier une musique aussi belle que triste ?
La mort de son grand père et les disparitions de Judee Still et d’une partie du groupe The Force Mds ne sont pas étrangères au thème d’Away et à sa folle sensibilité. Ouvrant son album avec un morceau du nom d’Okkervil River R.I.P., Sheff met tout de suite les choses au clair.

Okkervil River – Okkervil River R.I.P.

Pour ce disque, Sheff a visiblement congédié une bonne partie de son groupe et a passé son temps avec Jonathan Meiburg et Marissa Nadler. C’est sûr qu’en fréquentant Nadler et sa jovialité légendaire.
Mais ce qui surprend surtout ce disque, c’est la qualité des arrangements et de la production assurées par Sheff.

Okkervil River – Industry

Bien malin celui qui pourra retenir ses larmes en écoutant pour la première fois Comes Indiana Through the Smoke ou Call Yourself Renee. Away est un voyage dans la tristesse de Sheff et on pensera sûrement à Townes Van Zandt et à Springsteen en écoutant Days Spent Floating (in the Halfbetween).
Ce qui est sûr, c’est que l’écoute de ce disque ne laisse pas indemne et occulte toutes les autres sorties de la rentrée 2016. Quant à Sheff, Away s’apparente à une renaissance. Désormais, il va falloir compter avec lui.

Away d’Okkervil River sera publié le 9 septembre 2016 chez ATO Records/Pias.
Okkervil River sera en concert le 7 novembre à Paris (Le Petit Bain).

Okkervil River - Away

Tracklist : Okkervil River - Away
  1. Okkervil River R.I.P.
  2. Call Yourself Renee
  3. The Industry
  4. Comes Indiana Through the Smoke
  5. Judey on a Street
  6. She Would Look for Me
  7. Mary on a Wave
  8. Frontman in Heaven
  9. Days Spent Floating (in the Halfbetween)

Okkervil River – Away5.0
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Okkervil River

L’instant karma d’Okkervil River

On se posait pas mal de questions quant au devenir de Will Sheff depuis la parution d’Away, le huitième album d’Okkervil River (2016). Comment donner une suite à un tel disque ? Comment se relever après avoir écrit le plus beau disque triste de ces dix dernières années ?
Okkervil River

Okkervil River se jette à l’eau

Après avoir mis en ligne un premier extrait de son prochain album, Do not Move Back to LA, Okkervil River revient à la charge avec l’excellent Pulled Up The Ribbon et son clip qui nous fait voyager dans le temps.
Okkervil River - Don't Move Back To LA

Okkervil River garde le moral

C’est la meilleure nouvelle du mois de février : Okkervil River est déjà de retour moins de deux ans après la parution d’Away.
Okkervil River

Okkervil River sort de son lit

Will Sheff, la tête pensante d’Okkervil River, donne enfin des nouvelles. Et comme Will Sheff est un type bien, il annonce un nouvel album, Away et des dates de concerts.

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…