Avant Away, Okkervil River était un groupe qui faisait vibrer les professeurs de mathématiques, les lecteurs occasionnels de Magic et quelques gens de bon goût. Sur le circuit depuis 2002, ce groupe d'Austin a déjà publié sept albums (quand il ne sert pas de backing band de Rocky Erickson) et n'a jamais oublié de se réinventer.


Pourtant, rien ne laissait présager la capacité de ce groupe à faire un disque du calibre d’Away. En effet, avec ce disque, Sheff prend du galon et installe son groupe sur les plus hautes marches du podium.

Le dernier album en date d’Okkervil River, The Silver Gymnasium, avait déjà haussé le niveau. La cote de l’ami Will Sheff avait brutalement augmenté chez les bookmakers. Depuis le début, on savait le bougre de Sheff capable de belles choses. Mais on avait toujours un reproche à lui faire pour chacune de ses sorties.
En 2008, Okkervil River publia The Stand Ins, disque aux chansons impeccables et à la pochette parfaite. Le seul souci dans cette affaire fut la production de Brian Beattie qui rend encore ce disque aujourd’hui bien trop fluet.

Avec Away, l’agent Sheff dépasse tous nos espoirs. On peut écrire, sans trop prendre de risques, que ce huitième album est l’un des disques de l’année.
Mais qu’est-il donc arrivé à Will Sheff pour publier une musique aussi belle que triste ?
La mort de son grand père et les disparitions de Judee Still et d’une partie du groupe The Force Mds ne sont pas étrangères au thème d’Away et à sa folle sensibilité. Ouvrant son album avec un morceau du nom d’Okkervil River R.I.P., Sheff met tout de suite les choses au clair.

Discographie

Okkervil River – Okkervil River R.I.P.

Pour ce disque, Sheff a visiblement congédié une bonne partie de son groupe et a passé son temps avec Jonathan Meiburg et Marissa Nadler. C’est sûr qu’en fréquentant Nadler et sa jovialité légendaire.
Mais ce qui surprend surtout ce disque, c’est la qualité des arrangements et de la production assurées par Sheff.

Okkervil River – Industry

Bien malin celui qui pourra retenir ses larmes en écoutant pour la première fois Comes Indiana Through the Smoke ou Call Yourself Renee. Away est un voyage dans la tristesse de Sheff et on pensera sûrement à Townes Van Zandt et à Springsteen en écoutant Days Spent Floating (in the Halfbetween).
Ce qui est sûr, c’est que l’écoute de ce disque ne laisse pas indemne et occulte toutes les autres sorties de la rentrée 2016. Quant à Sheff, Away s’apparente à une renaissance. Désormais, il va falloir compter avec lui.

Away d’Okkervil River sera publié le 9 septembre 2016 chez ATO Records/Pias.
Okkervil River sera en concert le 7 novembre à Paris (Le Petit Bain).

Okkervil River - Away

Tracklist : Okkervil River - Away
  1. Okkervil River R.I.P.
  2. Call Yourself Renee
  3. The Industry
  4. Comes Indiana Through the Smoke
  5. Judey on a Street
  6. She Would Look for Me
  7. Mary on a Wave
  8. Frontman in Heaven
  9. Days Spent Floating (in the Halfbetween)

Okkervil River – Away
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Willsheff-estrangementzone

Vidéo : Will Sheff – Estrangement Zone

Après avoir fermé la boutique Okkervil River avec la compilation en douze volumes A Dream In The Dark en 2019, Will Sheff, l’homme qui voulut être roi sort son premier album solo, Nothing Special et s’éloigne des addictions et des sonorités du passé pour trouver davantage de lumière.
Okkervil River

L’instant karma d’Okkervil River

On se posait pas mal de questions quant au devenir de Will Sheff depuis la parution d’Away, le huitième album d’Okkervil River (2016). Comment donner une suite à un tel disque ? Comment se relever après avoir écrit le plus beau disque triste de ces dix dernières années ?
Okkervil River

Okkervil River se jette à l’eau

Après avoir mis en ligne un premier extrait de son prochain album, Do not Move Back to LA, Okkervil River revient à la charge avec l’excellent Pulled Up The Ribbon et son clip qui nous fait voyager dans le temps.
Okkervil River - Don't Move Back To LA

Okkervil River garde le moral

C’est la meilleure nouvelle du mois de février : Okkervil River est déjà de retour moins de deux ans après la parution d’Away.

Plus dans Chroniques d'albums

Lesmarquises-soleilsnoirs

Les Marquises : Fiat Lux

Avec Soleils Noirs, Les Marquises nous entraîne dans un archipel du bout du monde, un voyage au long cours en deux plages mystérieuses et fascinantes aux titres puissamment évocateurs, L’étreinte de l’aurore et Le sommeil du berger.
Karkwa Dans-la-seconde

Karkwa – Dans la seconde

Qui l’eût cru ? Karkwa revient dans la seconde, treize ans après Les Chemins de verre. Peu connue en France, la formation québécoise est la valeur sûre de la Belle Province avec des arrangements amples et une voix, celle amicale de Louis-Jean Cormier.
Imagecouv-abelk1-sk

AbEL K1 – AbEL K1

AbEL K1 dessine des trajectoires. Il en a dessiné beaucoup, à l’écart, pour celles qui les chantent, ou les tracent avec lui. De Pomme à Blondino. Et elles sont à chaque fois ciselées, tendues, presque émaciées. Sans déséquilibre. Des chevauchées sensibles, vers des endroits non bornés, qui pourraient tout aussi bien en être d’autres. Mais […]
Guilhemvalay-aubrac

Guilhem Valayé – Aubrac

Le français est une belle langue. C’est une évidence. Mais il faut l’écrire, la manier, la chanter avec honnêteté, simplicité et pureté. Guilhem Valayé livre à l’ancienne le plus bel EP de cette année avec son voyage en Aubrac et ses terres rêches comme nos cœurs.