Catégories
Chroniques d'albums

Pépite – Les bateaux

Jolis voiliers en mer, acrylique aux couleurs pastels, et notes aussi nostalgiques qu’un été enfantin au bord des plages de l’Atlantique, le premier disque de Pépite sonne comme une poésie.
Mais attention, la mer n’est pas si calme qu’il n’y parait, et SK* perçoit un avis de tempête, une alerte au cyclone dans le paysage musical avec l’arrivée du petit trésor de Pépite.

Les bateaux est sorti le 7 octobre, jour d’ouragan, sur le label Microqlima, il y a des signes qui ne trompent pas.

Pépite
Pépite © Julia Romanovskaya

A la première écoute, ils ont ce coté rock français des 80s qui m’a frappée. En plus electro-pop évidemment, mais j’ai senti la fougue de Téléphone, assorti de ce coté plaintif et lascif dans la voix, presque à la Rita ou Niagara.

Sur Eviter les naufrages notamment, les nappes de synthé déferlent par-delà la basse funk et les c(h)oeurs cristallins semblent blêmes de mélancolie. Leur musique et leur univers sont emprunts de paradoxes : la béatitude planante et insouciante d’un soleil couchant en bord de mer jure presque avec la tristesse nostalgique des paroles et de la musique.

Discographie

On le ressent encore plus sur Dernier voyage dont les notes psychédéliques aux allures d’arc-en-ciel entre les gouttelettes donnent envie de sourire à travers les larmes en se laissant porter sur les flots scintillants de la mer après une tempête.

Pépite – Les Bateaux

Les « aventuriers du sentiment »

C’est en tout cas ainsi qu’ils se décrivent. C’est vrai que leur EP défile comme une jolie balade nostalgique sur le flot des sentiments, entre métaphore filée océanique et pincement au coeur psychotique.
Si tous deux composent, c’est Thomas qui chante et écrit, lorsqu’Edy fait les choeurs et produit.
Leurs influences sont éclectiques, ils parlent de Beach House comme de Berger, mais il semble que ce soit, étonnamment, le dub jamaïcain qui soit à l’origine de leur rencontre.

Pépite
Pépite © Julia Romanovskaya

Leur musique, je la trouve à la fois puissante et légère, facile et subtile, efficace et intrigante. Un bon mélange, et un nouveau visage à la pop française, dans un genre un peu différent de ce qu’on connait actuellement.

Jonglant entre le rétro de La Femme, le psyché de Poom, ou encore la légèreté nostalgique de Paradis, les Pépite n’ont rien inventé, mais leur mélange semble diablement efficace.
Pour moi cet EP quatre titres est la dose parfaite de leur recette, et chaque titre est une jolie pépite. Je me demande cependant si cette mélancolie festive ne serait pas lassante sur un format album par exemple. Enfin, j’ai envie de leur faire confiance, et de suivre le phénomène là où il m’entraine, à commencer par aller les voir jouer.

Release Party : 12 octobre 2016 à La Mano

Pépite - Les bateaux

Tracklist : Pépite - Les bateaux
  1. Les bateaux
  2. Hiéroglyphes
  3. Éviter les naufrages
  4. Dernier voyage

Pépite – Les bateaux
8/10
Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

The Pirouettes @ Soirée Néo Pop, la Maroquinerie, Paris, 18/01/2017

Néo pop à la Maroq’

En ce début d’année 2017, si le froid peut freiner les ardeurs lorsqu’il s’agit d’aller voir des concerts, il y a tout de même des soirées qui réchauffent les cœurs, et c’était le cas du « quatre-en-un » proposé par Radio Néo pour sa première soirée Néo Pop le 18 janvier dernier à la Maroquinerie.

Les paroles de Pépite n’ont pas de prix

Pépite, c’est ce nouveau phénomène, un duo pop frenchy aux sonorités rétros dont les voix ne sont pas sans rappeler Téléphone ou Niagara à leur grande époque, mais tout en douceur et en poésie. Ils ont sorti les Bateaux, un premier EP aux teintes pastels sur le label Microqlima il y a deux mois à […]

Plus dans Chroniques d'albums

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur. Vestale évanescente au milieu des villes mélancoliques, de territoires sauvages, fauves même… Et puis des ombres, des […]
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.
The Killers - Pressure Machine

The Killers – Pressure Machine

Entouré par Springsteen et par John Steinbeck, Brandon Flowers poursuit sa quête de la chanson parfaite et nous emmène dans les terres de son enfance.
Vikken

Vikken – Joie

Vikken et sa Joie ont tous deux le sens de la débâcle. Un côté Charlie Chaplin de la folle déprime, face à une grosse machinerie bête et informe, qui fixe, qui normalise, qui nécessairement finit par s’emballer, et qui ne s’arrête plus, et qui envoie valser en l’air à grands coups de beats électro tout […]
Francis Lung - Miracle

Francis Lung – Miracle

L’ex-membre de WU LYF a bien fait de nommer son nouveau disque Miracle. Les 13 (tiens tiens, ce nombre..) chansons font de nouveau croire en lui.