Catégories
Chroniques d'albums

Cocoon – Welcome home

Cocoon, c’était il y a quasi dix ans et cela fait presque une éternité en musique.


C’était le temps où le disque de platine récompensait 200 000 ventes et non 100 000 comme aujourd’hui. Cocoon, c’était un bestiaire amical, panda, vautours, colibri, hiboux, baleine, dauphins, et une pluie de hugs mélodiques. Cocoon revient au bercail après l’échappée solo électro, Speed of light de Mark Daumail il y a deux ans. Mark revient donc à la maison Cocoon sans Morgane Imbeaud doublement occupée par Les songes de Léo et Un orage.

Cocooning

Avec Welcome Home, on retrouve les mélodies aériennes et le falsetto entêtant de l’ex clermontois. Le tout est enluminé par le sorcier soul de Virginie, Matthew E. White auteur de deux formidables albums. Dans les studios de Portland de son label Spacebomb, il travaille à l’ancienne en véritable artisan du son et initie les deux duos avec Natalie Prass. Alors les râleurs habituels diront que c’est une moitié de Cocoon mais il serait stupide de bouder notre plaisir pour ces chansons au spleen sémillant et au groove gracile. Mark Daumail excelle dans les titres gravement guillerets.

Il a conçu ce disque dans des circonstances dramatiques, « notre premier enfant est né avec une malformation cardiaque. Nous nous sommes retrouvés dans un tunnel entre l’hôpital, les soins intensifs, le cordon sanitaire autour du bébé ». Il ressort alors sa guitare acoustique qui prenait la poussière et écrit Get well soon pour évoquer cette rude année. Retreat avec son lit de cordes tissé par Trey Pollard est une confession intime, « I’m sorry to cause you pain, Maybe I need a rest some time away before we start over again » qui bouleverse tout comme la poignante Up For Sale qui raconte le déchirement de la vente de la maison familiale avec Matthew E. White au piano crépusculaire et au contre-chant délicatement rugueux. Welcome back, Mark.

Cocoon - Welcome home

Cocoon – Welcome home4.5
9/10
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article
1 réponse sur « Cocoon – Welcome home »

Merveilleusement passéiste, cet album à la musique soignée procure d’agréables frissons. Par ailleurs la voix de Mark Daumail me rappelle étrangement celle du chanteur d’AMERICA, dont j’ai la flemme de rechercher le nom.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Vidéo : Cocoon – Spark

Cocoon revient aux sources avec Spark, premier extrait dépouillé de Wood fire à paraître le 27 septembre.
Cocoon © Julien Branco

5 questions à … Cocoon

SK* a demandé à une vingtaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Cocoon une semaine après une Cigale pleine d’émotions.
best of 2011 Soul Kitchen

Le Best of 2011 par Soul Kitchen

Au revoir 2011 ! Soul Kitchen vous souhaite une très belle année 2012, pleine de découvertes musicales comme nous vous le proposons presque chaque jour dans nos « son du jour » ou à travers nos sessions acoustiques, nos vidéos et photos de concert ainsi que la nouvelle rubrique de 2011, les portraits d’artistes qui, comme vous…
clip : Cocoon - Dee doo

clip : Cocoon – Dee Doo

Encore un clip animé pour Cocoon qui poursuit son voyage féerique et animalier à dos de baleine à la recherche d’un eden américain et d’un sleeping boy façon Kenny de South Park, cela tombe bien le précédent clip était « Oh my god« …

Plus dans Chroniques d'albums

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.
Andy Bell

Andy Bell – The View From Halfway Down

Andy Bell s’offre son premier album solo pour ses 50 ans et nous fait un joli cadeau. The View From Halfway Down, enregistré avec Gem Archer (Oasis), est un disque aux allures modestes mais qui fait le travail comme les grands.
StrawberrySeas_LP_Cover

Strawberry Seas – Strawberry Seas

2020 est une l’année horrible par excellence. La Covid, les élections américaines, les inondations… Le meilleur moyen pour quitter la tête haute cette année infernale est le disque des Strawberry Seas.
idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.