Catégories
Chroniques d'albums

Cocoon – Welcome home

Cocoon, c’était il y a quasi dix ans et cela fait presque une éternité en musique.


C’était le temps où le disque de platine récompensait 200 000 ventes et non 100 000 comme aujourd’hui. Cocoon, c’était un bestiaire amical, panda, vautours, colibri, hiboux, baleine, dauphins, et une pluie de hugs mélodiques. Cocoon revient au bercail après l’échappée solo électro, Speed of light de Mark Daumail il y a deux ans. Mark revient donc à la maison Cocoon sans Morgane Imbeaud doublement occupée par Les songes de Léo et Un orage.

Cocooning

Avec Welcome Home, on retrouve les mélodies aériennes et le falsetto entêtant de l’ex clermontois. Le tout est enluminé par le sorcier soul de Virginie, Matthew E. White auteur de deux formidables albums. Dans les studios de Portland de son label Spacebomb, il travaille à l’ancienne en véritable artisan du son et initie les deux duos avec Natalie Prass. Alors les râleurs habituels diront que c’est une moitié de Cocoon mais il serait stupide de bouder notre plaisir pour ces chansons au spleen sémillant et au groove gracile. Mark Daumail excelle dans les titres gravement guillerets.

Discographie

Il a conçu ce disque dans des circonstances dramatiques, « notre premier enfant est né avec une malformation cardiaque. Nous nous sommes retrouvés dans un tunnel entre l’hôpital, les soins intensifs, le cordon sanitaire autour du bébé ». Il ressort alors sa guitare acoustique qui prenait la poussière et écrit Get well soon pour évoquer cette rude année. Retreat avec son lit de cordes tissé par Trey Pollard est une confession intime, « I’m sorry to cause you pain, Maybe I need a rest some time away before we start over again » qui bouleverse tout comme la poignante Up For Sale qui raconte le déchirement de la vente de la maison familiale avec Matthew E. White au piano crépusculaire et au contre-chant délicatement rugueux. Welcome back, Mark.

Cocoon - Welcome home

Cocoon – Welcome home
9/10
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Vous avez aimé ? Partagez :
1 réponse sur « Cocoon – Welcome home »

Merveilleusement passéiste, cet album à la musique soignée procure d’agréables frissons. Par ailleurs la voix de Mark Daumail me rappelle étrangement celle du chanteur d’AMERICA, dont j’ai la flemme de rechercher le nom.

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Cocoon - Blue Night

Vidéo : Cocoon – Blue Night

Croiser l’amour dans un palace décrépi, vivre un temps suspendu, une parenthèse enchantée avec la fille aux yeux les plus solitaires, plonger dans une piscine et avoir du mal à remonter à la surface.
Cocoon - Blue Night

5 questions à … Cocoon

SK* a demandé à une vingtaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le retour de Cocoon avec une première, une bande originale de bande dessinée d’un des héros de notre enfance, Spirou. Et cette aventure s’annonce…
Cocoon - Spark

Vidéo : Cocoon – Spark

Cocoon revient aux sources avec Spark, premier extrait dépouillé de Wood fire à paraître le 27 septembre.
Cocoon © Julien Branco

5 questions à … Cocoon

SK* a demandé à une vingtaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Cocoon une semaine après une Cigale pleine d’émotions.

Plus dans Chroniques d'albums

Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour…
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.
The Killers - Pressure Machine

The Killers – Pressure Machine

Entouré par Springsteen et par John Steinbeck, Brandon Flowers poursuit sa quête de la chanson parfaite et nous emmène dans les terres de son enfance.
Vikken

Vikken – Joie

Vikken et sa Joie ont tous deux le sens de la débâcle. Un côté Charlie Chaplin de la folle déprime, face à une grosse machinerie bête et informe, qui fixe, qui normalise, qui nécessairement finit par s’emballer, et qui ne s’arrête plus, et qui envoie valser en l’air à grands coups de beats électro tout…
Francis Lung - Miracle

Francis Lung – Miracle

L’ex-membre de WU LYF a bien fait de nommer son nouveau disque Miracle. Les 13 (tiens tiens, ce nombre..) chansons font de nouveau croire en lui.