The Game – 1992

Chronique : The Game - 1992
Doud - 16/10/2016
The Game – 1992

Pour ma première chronique SK* je suis très heureux de débuter cette nouvelle aventure avec le dernier album de The Game, rappeur américain de Compton (banlieue chaude du sud de Los Angeles). En effet, cet artiste représente beaucoup dans le début de ma passion pour la musique Hip Hop, puisque The Documentary, premier LP sorti par The Game en 2005, est le premier CD hip hop que j’ai acquis.

On fait un petit saut en avant pour faire un état des lieux, plus de 10 ans plus tard et il ne semble toujours pas s’être remis de sa rupture (professionnelle) avec 50 Cent et G-Unit (« left the Unit and the world went cra[z]y » sur le morceau The Juice). Même s’il s’est réconcilié avec son mentor Dr. Dre (également natif de Compton), ce dernier n’est plus autant impliqué dans la production de la flopée d’albums plus ou moins corrects qui sont sortis dans ce laps de temps.

Une certaine anticipation de ce projet

Il y a tout juste un an The Game fêtait les 10 ans de The Documentary en dévoilant The Documentary 2 et une semaine suivante The Documentary 2.5 et à la surprise générale ces deux albums faisaient réellement honneur au premier de la série (avec pour ma part une préférence pour 2.5). Ces deux albums laissaient découvrir de nombreux instrumentaux d’un producteur jusqu’alors inconnu : Bongo et son nom réapparaît en majorité à nouveau sur 1992 pour notre plus grand plaisir. Ce dernier continue de ne pas décevoir en produisant les meilleurs sons de l’album.

Sur l’ensemble de sa discographie, The Game s’est toujours entouré d’un très grand nombre de featurings sur ses projets, au point que l’on ne se rappelait plus à quoi ressemblait une chanson solo de l’artiste. Et pourtant, il a ici relevé le défi de sortir un album sans featuring (à l’exception de Jeremih sur le bonus de fin) même si en réalité de nombreuses apparitions ne sont pas créditées (je pense notamment à la grande présence de Jason Derulo sur Baby You).

Un thème à portée autobiographique intéressant…

Le thème de l’album porte sur la vie du jeune Jayceon Taylor (de son vrai nom) à Compton en 1992, entre violences policières (qui résonne avec l’actualité aux Etats-Unis aujourd’hui) et la rivalité de gangs (notamment sur True Colors et Young Niggas). Les histoires sont bien narrées au point que l’on s’immerge réellement dans son univers sur un grand nombre de chansons (dommage qu’il n’ait pas respecté le thème jusqu’au bout). La pochette (réalisée par Joe Cool, l’artiste derrière la couverture de Doggystyle, le premier album de Snoop Dogg) résume très bien le concept de l’album sur sa position compliquée entre les deux gangs de Los Angeles : les bloods (auquel il est rattaché) et les crips (dont est rattachée une grande partie de sa famille).

The Game - 1992

… mais respecté à moitié

L’album commence bien avec trois morceaux qui nous plongent dans l’univers compliqué de The Game en 1992 mais la première déception arrive au quatrième morceau sur l’instrumental de The Message de Grandmaster Flash and The Furious Five (l’utilisation de sample de chansons connues ferait un sujet complet d’article) et des paroles sans intérêt (et non dans le thème). C’est d’autant plus une déception que la production est créditée Terrace Martin, un des meilleurs producteurs de la côte ouest. Les samples sont trop présents dans cet album à tel point qu’ils remplacent les featurings (faussement absents) même s’ils sont bien utilisés sur I Grew Up On Wu-Tang et However Do You Want It (tous deux produits par Bongo).

Cet album sort dans un contexte de beef (clash) très médiatisé avec le rappeur de Philadelphie Meek Mill qui prend pour son grade sur la diss track (clash toujours) 92 bars mais qui à part son titre n’a absolument rien à voir avec le thème de l’album et s’ajoute aux hors-sujets.

Enfin, dernière mention hors sujet pour le très commercial All Eyez en compagnie de Jeremih. Là encore, très éloigné du concept de l’album mais au moins indiqué comme bonus (dont on n’aurait pu se passer) !

The Game – All Eyez ft. Jeremih

Un avis mitigé

1992 est donc un album inconstant dans l’ensemble avec certaines chansons très bien contées par The Game qui nous délivre plus d’un couplet par chanson mais un concept qui n’est pas respecté jusqu’au bout et un manque de chansons qui sortent du lot.

Dans le même genre et sur des thématiques proches je recommande plutôt l’album de YG, Still Brazy sorti plus tôt cette année.

The Game sera en concert le 8 décembre au Cabaret Aléatoire de la Friche de Marseille.

Les prochains concerts de The Game en France

DateSalleVilleTickets
16 Feb 2020BataclanParisAcheter un Ticket
Dates de concerts fournies par Bandsintown
The Game – 1992
2.5
Dijonnais passioné de musique et collectionneur de vinyle, je suis surtout connaisseur en Hip Hop US !

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

the-replacements-dead-mans-pop

The Replacements – Dead Man’s Pop

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement…

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.

Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.

Bill Pritchard - Three Months

Bill Pritchard – Three Months, Three Weeks and Two Days

Il faut écouter une heure pour écouter l’impeccable réédition de Three Months, Three Weeks and Two Days de Bill Pritchard. Et il faut, comme pour Pacific Street ou Pop Satori, une vie pour s’en remettre.

Vincent Delerm - Panorama

Vincent Delerm – Panorama

Sur Panorama, l’auteur de Kensington Square ou des Amants Parallèles fait encore mieux que d’habitude et nous emporte avec son art de la photographie du quotidien.

Marie-Flore - Braquage

Marie-Flore – Braquage

Marie-Flore raconte. Et son Braquage est une histoire. Celle d’un court-circuit. D’une sortie de route. Sans trace de freinage. Ou alors si peu. Braquage, c’est l’histoire d’un tir dans le noir. D’un amour. C’était un jour, un peu d’espoir. Une histoire brutale. L’amour qui frappe et qui fait mal. Celui en qui, cette fois, on…

Mark Lanegan Band - Somebody's Knocking

Mark Lanegan Band – Somebody’s Knocking

Toc toc toc, revoilà l’ex Screaming-Trees Mark Lanegan. Composé en onze jours à Los Angeles (ville adoptive de l’artiste depuis 22 ans), Somebody’s Knocking a le mérite de remettre les pendules à l’heure et séduira les fans historiques tout comme les fantatiques de Depeche Mode.

Big Thief - Two Hands

Big Thief – Two Hands

Le robinet est ouvert… Il faut donc savoir en profiter. En quatre ans, les Big Thief ont publié quatre albums qui ont le chic d’être différents les uns des autres et de fascinants. Cinq albums si on compte le disque solo d’Adrianne Lenker, chanteuse et plume du groupe.

Chevalrex - Amiral Pop

Chevalrex – Amiral Pop

Avant de clôturer l’année 2019 de fort belle manière le temps d’un concert au 104, Chevalrex revient avec un EP, Amiral Pop et continue de flotter au dessus des flots.

Jonathan FireEater’s -Tremble Under Boom Lights

Jonathan Fire*Eater ‎– Tremble Under Boom Lights

Third Man Records fait oeuvre d’utilité publique en rééditant Tremble Under Boom Lights des feux Jonathan Fire*Eater. Sans ces derniers, Paul Banks (Interpol) serait resté seul avec ses boutons d’acné et les Yeah Yeah Yeahs ne seraient pas sortis de leur local de répétition. Vénérés (et pillés) par les Strokes, les Jonathan Fire*Eater furent le…

Mark Koelek and Petra Haden - Joey Always Smiled

Mark Kozelek with Petra Haden – Joey Always Smiled

Cinq mois après la sortie du mitigé I Also Want To Die In New Orleans de Sun Kil Moon et cinq mois avant la sortie du très attendue Mark Kozelek with Ben Boye and Jim White 2, Mark Kozelek, on se voit dans l’obligation de coller cinq sur cinq à la nouvelle collaboration de l’ex…

Champs

Champs – The Hard Interchange

Comme la fratrie White des Electric Soft Parade, la fratrie Champion ne nous a jamais déçus. Depuis 2013, Michael et David Champion, écrivent des petits merveilles pop qui font de Champs une machine à tubes.

Ilgen-Nur - Power Nap

Ilgen-Nur – Power Nap

Originaire d’Hambourg, Ilgen-Nur a 21 ans et vient d’écrire 10 belles chansons qui devraient faire plaisir à tous nostalgiques des 90’s et les fervents défenseurs d’une idée du rock.

Liam Gallagher - Why Me Why Not

Liam Gallagher – Why Me ? Why Not

Après le succès (inattendu) de son premier disque solo (As You Were – 2017), Liam Gallagher remet le couvert, gonflé à bloc, avec Why Me ? Why Not.

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.

L'épée -Diabolique

L’Épée – Diabolique

The Limiñanas font des disques formidables. Emmanuelle Seigner fait des disques formidables. Anton Newcombe fait des disques formidables. Diabolique de L’Épée est donc un disque formidable.

Blueboy – If Wishes Were Horses

Publié en 1992, If Wishes Were Horses des Blueboy était devenu un disque qui coûtait une blinde sur le marché de l’occasion. Il ressort aujourd’hui à un prix tout à fait abordable grâce au label australien A Colourful Storm.