The Game – 1992

Pour ma première chronique SK* je suis très heureux de débuter cette nouvelle aventure avec le dernier album de The Game, rappeur américain de Compton (banlieue chaude du sud de Los Angeles). En effet, cet artiste représente beaucoup dans le début de ma passion pour la musique Hip Hop, puisque The Documentary, premier LP sorti par The Game en 2005, est le premier CD hip hop que j'ai acquis.

On fait un petit saut en avant pour faire un état des lieux, plus de 10 ans plus tard et il ne semble toujours pas s’être remis de sa rupture (professionnelle) avec 50 Cent et G-Unit (« left the Unit and the world went cra[z]y » sur le morceau The Juice). Même s’il s’est réconcilié avec son mentor Dr. Dre (également natif de Compton), ce dernier n’est plus autant impliqué dans la production de la flopée d’albums plus ou moins corrects qui sont sortis dans ce laps de temps.

Une certaine anticipation de ce projet

Il y a tout juste un an The Game fêtait les 10 ans de The Documentary en dévoilant The Documentary 2 et une semaine suivante The Documentary 2.5 et à la surprise générale ces deux albums faisaient réellement honneur au premier de la série (avec pour ma part une préférence pour 2.5). Ces deux albums laissaient découvrir de nombreux instrumentaux d’un producteur jusqu’alors inconnu : Bongo et son nom réapparaît en majorité à nouveau sur 1992 pour notre plus grand plaisir. Ce dernier continue de ne pas décevoir en produisant les meilleurs sons de l’album.

Sur l’ensemble de sa discographie, The Game s’est toujours entouré d’un très grand nombre de featurings sur ses projets, au point que l’on ne se rappelait plus à quoi ressemblait une chanson solo de l’artiste. Et pourtant, il a ici relevé le défi de sortir un album sans featuring (à l’exception de Jeremih sur le bonus de fin) même si en réalité de nombreuses apparitions ne sont pas créditées (je pense notamment à la grande présence de Jason Derulo sur Baby You).

Un thème à portée autobiographique intéressant…

Le thème de l’album porte sur la vie du jeune Jayceon Taylor (de son vrai nom) à Compton en 1992, entre violences policières (qui résonne avec l’actualité aux Etats-Unis aujourd’hui) et la rivalité de gangs (notamment sur True Colors et Young Niggas). Les histoires sont bien narrées au point que l’on s’immerge réellement dans son univers sur un grand nombre de chansons (dommage qu’il n’ait pas respecté le thème jusqu’au bout). La pochette (réalisée par Joe Cool, l’artiste derrière la couverture de Doggystyle, le premier album de Snoop Dogg) résume très bien le concept de l’album sur sa position compliquée entre les deux gangs de Los Angeles : les bloods (auquel il est rattaché) et les crips (dont est rattachée une grande partie de sa famille).

The Game - 1992

… mais respecté à moitié

L’album commence bien avec trois morceaux qui nous plongent dans l’univers compliqué de The Game en 1992 mais la première déception arrive au quatrième morceau sur l’instrumental de The Message de Grandmaster Flash and The Furious Five (l’utilisation de sample de chansons connues ferait un sujet complet d’article) et des paroles sans intérêt (et non dans le thème). C’est d’autant plus une déception que la production est créditée Terrace Martin, un des meilleurs producteurs de la côte ouest. Les samples sont trop présents dans cet album à tel point qu’ils remplacent les featurings (faussement absents) même s’ils sont bien utilisés sur I Grew Up On Wu-Tang et However Do You Want It (tous deux produits par Bongo).

Cet album sort dans un contexte de beef (clash) très médiatisé avec le rappeur de Philadelphie Meek Mill qui prend pour son grade sur la diss track (clash toujours) 92 bars mais qui à part son titre n’a absolument rien à voir avec le thème de l’album et s’ajoute aux hors-sujets.

Enfin, dernière mention hors sujet pour le très commercial All Eyez en compagnie de Jeremih. Là encore, très éloigné du concept de l’album mais au moins indiqué comme bonus (dont on n’aurait pu se passer) !

The Game – All Eyez ft. Jeremih

Un avis mitigé

1992 est donc un album inconstant dans l’ensemble avec certaines chansons très bien contées par The Game qui nous délivre plus d’un couplet par chanson mais un concept qui n’est pas respecté jusqu’au bout et un manque de chansons qui sortent du lot.

Dans le même genre et sur des thématiques proches je recommande plutôt l’album de YG, Still Brazy sorti plus tôt cette année.

The Game sera en concert le 8 décembre au Cabaret Aléatoire de la Friche de Marseille.

The Game en concert
23
Août
2024

Tacoma Dome

Tacoma (United States)
TICKETS

Dates de concerts fournies par Bandsintown

The Game – 1992
5/10
Dijonnais passioné de musique et collectionneur de vinyle, je suis surtout connaisseur en Hip Hop US !

Cela pourrait vous intéresser

Massiliamassilia3

Massilia à Massilia !

Massilia Sound System fête ses 40 ans d’existence en tournée et par un concert gratuit sur le Vieux Port de Marseille le 19 juillet. SK* les a rencontrés au Vercors music festival avant un concert qui s’annonçait dantesque stoppé net par l’orage.
Piche-ohmapiche

Piche net !

On était déjà allés à confesse avec Piche, l’OMNI découvert dans la saison 2 de Drag Race France. Avec Oh ma piche, il bouscule les codes et notre fondement et s’il n’ouvre pas les jeux, on lui décerne la médaille du déhanchement.

Plus dans Chroniques d'albums

Mattlow-uneviecool

Matt Low – Une vie cool

Il y a des voix qui vous séduisent, vous enveloppent, vous rassurent. Matt Low sort son deuxième album après le formidable La ruée vers l’or, et Une vie cool est drôlement bath.
Lesmarquises-soleilsnoirs

Les Marquises : Fiat Lux

Avec Soleils Noirs, Les Marquises nous entraîne dans un archipel du bout du monde, un voyage au long cours en deux plages mystérieuses et fascinantes aux titres puissamment évocateurs, L’étreinte de l’aurore et Le sommeil du berger.
Karkwa Dans-la-seconde

Karkwa – Dans la seconde

Qui l’eût cru ? Karkwa revient dans la seconde, treize ans après Les Chemins de verre. Peu connue en France, la formation québécoise est la valeur sûre de la Belle Province avec des arrangements amples et une voix, celle amicale de Louis-Jean Cormier.
Imagecouv-abelk1-sk

AbEL K1 – AbEL K1

AbEL K1 dessine des trajectoires. Il en a dessiné beaucoup, à l’écart, pour celles qui les chantent, ou les tracent avec lui. De Pomme à Blondino. Et elles sont à chaque fois ciselées, tendues, presque émaciées. Sans déséquilibre. Des chevauchées sensibles, vers des endroits non bornés, qui pourraient tout aussi bien en être d’autres. Mais […]