Catégories
Interviews

L’honnête Benjamin Francis Leftwich

On avait un peu perdu de vu Benjamin Francis Leftwich depuis son premier album remarqué, Last Smoke Before the Snowstorm en 2011. Il a sorti son deuxième disque,After the rain en août chez Dirty Hit et sera en concert le lundi 24 octobre au Point Ephémère à Paris, l’occasion de lui poser quelques questions.

Quel a été le déclencheur de ton retour, ton précédent disque Last Smoke Before the Snowstorm date de 2011 ?

Benjamin Francis Leftwich : J’essaye toujours de faire ce qui est juste pour les chansons et je n’aime pas brusquer les choses. J’étais à un point dans ma vie pendant un certain temps, bien qu’étant très créatif je ne me sentais pas à l’aise de partager quoi que ce soit. Par la patience et la pensée je suis arrivé à un point où j’avais suffisamment de matière consistante et honnête que j’ai senti que c’était le bon moment la partager. Je suis tellement reconnaissant à la musique.

Qu’attends-tu de cette nouvelle tournée ? un peu nerveux ou au contraire pressé de retrouver la scène ? Dans quelle configuration ?

Benjamin Francis Leftwich : J’adore chanter sur scène, je me sens toujours bien avec les chansons de Last Smoke Before the Snowstorm mais j’ai hâte de chanter les nouveaux titre d’After The Rain. Pour l’instant je joue seul avec ma guitare mais cela pourrait évoluer dans le futur.

Tu as fait de belles rencontres durant la gigantesque tournée précédente ? un souvenir marquant ?

Benjamin Francis Leftwich : J’ai eu les plus profondes connections avec plein de gens magnifiques. L’urgence et la nature viscérale de la musique sur la route font que parfois de petits moments qui peuvent sembler insignifiants deviennent des moments forts et profonds. Mais le matin suivant, vous êtes ailleurs, en route pour une autre ville en espérant découvrir d’autres gens, mais on espère toujours un monde où tout n’irait pas si vite.

Benjamin Francis Leftwich

Si tu devais définir ton nouvel album en un mot, lequel serait-il ?

Benjamin Francis Leftwich : Honnête.

As-tu composé beaucoup de chansons pour conserver les treize titres du nouvel album ?

Benjamin Francis Leftwich : Oh oui, plein, je pense que j’ai écrit une cinquantaine de titres et puis d’autres qui sont restés des idées ou des ‘jams’ ces dernières années.

Es-tu attaché au son des mots, à leur pouvoir évocateur, je pensais à Tilikum ?

Benjamin Francis Leftwich : Oui, ce mot sonne magnifiquement, il est rempli de tellement de connotations, de beaux souvenirs pleins d’espoir. J’ai rencontré ce mot pour la première fois en regardant le film Black Fish.

Benjamin Francis Leftwich – Tilikum

Quelle est l’histoire de strange doll ?

Benjamin Francis Leftwich : Cette chanson est à propos des gens qui avec beaucoup de charme et d’esprit essayent de vous entraîner dans un endroit qui n’est pas fait pour vous.

Il y a des sonorités nouvelles sur After the rain, est-ce que le hip hop t’attire ?

Benjamin Francis Leftwich : Oui ! J’écoute principalement du hip hop, c’est mon genre de musique favori en ce moment avec la musique classique. J’écoute beaucoup Lauryn Hill, Madlib, MobbDeep, The Alchemist, Wayne and Kanye… J’aime vraiment ça ! J’ai aussi beaucoup le rap anglais en ce moment comme Konnichiwa de Skepta qui est esbroufant et puis aussi Section Boyz. Ce n’est pas vraiment mon monde côté histoires ou langage mais j’aime beaucoup l’énergie viscérale brute combinée avec ce sens de la musique étonnant.Tomber amoureux du hip-hop a certainement ouvert mon esprit aux nouvelles possibilités sonores et donné des idées en studio.

Ce nouveau disque semble très apaisé, chanter te fait-il particulièrement du bien ? Y a-t-il des chansons d’autres artistes qui t’aident à aller de l’avant ?

Benjamin Francis Leftwich : Bien sûr, chanter peut être une véritable thérapie. Je ferme très souvent les yeux sur scène quand je chante, j’essaye d’aller à la source de la chanson dans ma tête, retrouver l’étincelle initiale, ou le lieu géographique ou spirituel.

Peux-tu dire quelques mots sur la très belle pochette d’After The Rain ? Est-ce que c’est comme pour Last Smoke Before tea Snowstorm ? cela rappelle l’univers d’Hokusai, tu parais si minuscule et paisible en face des éléments…

Benjamin Francis Leftwich : C’est une formidable artiste, Jade (Sprankenstein) qui a conçu la pochette et l’ensemble des illustrations pour le disque. Jade est incroyable, on s’est assis pendant quatre heures côte à côte et l’on a parlé de ma vision du disque, de ce qu’il signifiait au plus profond pour moi. C’est vraiment une personne unique, une créatrice hors pair et je suis tellement reconnaissant de son amitié. La pochette contient visuellement beaucoup des principaux thèmes qui traversent les chansons d’After The Rain.

Tu as dit dans une interview, « Collaboration is everything », avec qui rêves-tu de collaborer ?

Benjamin Francis Leftwich : Il y a tant de grands artistes… Bruce Springsteen, Stevie Nicks, Pj Harvey, Noah Shabib 40…

Tu as aussi affirmé que la musique et la nourriture connecte le monde entier. Quel est ton plat préféré ? et quel serait le plat idéal à déguster en écoutant After the rain ?

Benjamin Francis Leftwich : Ahah ! Mon plat favori ce sont les pâtes avec une sauce tomate et du fromage. Je dirais que pour écouter After The Rain, l’idéal serait un bol d’olives, peut être quelques chips et une bouteille de Tequila. Peut être aussi quelques pitas avec de l’hummus.

Que penses-tu avoir amélioré entre tes deux albums ?

Benjamin Francis Leftwich : Je pense que j’écris mes chansons moins en amateur, c’est devenu un métier et je commence à mieux comprendre comment cela fonctionne. Je pense aussi que je suis un meilleur chanteur et joueur de guitare maintenant qu’auparavant, je suis certainement plus en paix avec mon propre art.

Tu aimes beaucoup créer des playlists et les partager, quels sont tes artistes du moment ?

Benjamin Francis Leftwich : C’est très divers, MIA, Bob Dylan, Kano, Blood Orange, DVSN, le dernier Radiohead, le dernier PJ Harvey…

Des remix prévus de tes nouveaux titres comme ceux avec Thomas Jack ou Kygo ?

Benjamin Francis Leftwich : Oui, j’adore Thomas et Kygo, ils sont formidables, leurs remix déchirent. Beaucoup de gens semblent remixer mes chansons, je prends cela comme un compliment, j’attends d’écouter les nouveaux s’il yen a !

TOP 11

1) Le meilleur album de 2016

Drake – Views

2) Darkness on the Edge of Town ou The River ?

The River

3) The Downward Spiral ou The Fragile ?

The Downward Spiral

4) La meilleure salle de concert pour faire un concert ?

n’importe où avec de la bonne énergie (mais j’aime jouer au Canada)

5) La meilleure salle de concert pour voir un concert ?

Un concert en appartement, assis dans un sofa avec l’artiste.

6) Le producteur de tes rêves ?

Noah Shebib 40 ou Charlie Andrews

7) Le disque que tu attends le plus ?

Le mien !

8) le disque qui te décevra forcément ?

Pas de commentaires (rires !)

9) Le refrain ultime ?

Believe de Cher

Cher – Believe

10) Si tu pouvais créer un festival, comment se nommerait-il et qui invites-tu ?

BFL Land – Sigur Ros, Drake, FleetWood Mac, PJ Harvey, Neill Young, J Cole, Yann Tiersen.

11) Un petit mot pour ton public français ?

Merci de me lire, de m’écouter, de me soutenir et je suis impatient de vous retrouver à Paris le 24 octobre !

Benjamin Francis Leftwich - After The Rain

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Plus dans Interviews

Karine Daviet

Karine Daviet en toute indépendance

Karine Daviet est lyonnaise et vient de sortir un premier EP, L’indépendance, recueil de six titres en français à la fois doux et âpres avec des arrangements soignés mêlant guitare acoustique, théorbe, clavecin, viole de gambe, flûtes à bec et sons électroniques. Assez logique quand on écoute sa playlist commentée ci-dessous après un questionnaire façon…
Moli © Celeste Call

5 questions à … Moli

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moli , jeune belge de 21 ans qui pourrait suivre la trace de Mademoiselle Van Laeken. Installée à Berlin où elle…
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…