Catégories
Concerts (live reports)

Festival des Inrocks @ l’Olympia : Wave Machines + Violens + Bad Lieutenant + Bat For Lashes

Bat For Lashes @ Festival des Inrocks 2009, l’Olympia

Le festival des Inrocks a débuté ce soir dans la magnifique salle de l’Olympia. Au programme : les Anglais de Wave Machines, les New-Yorkais de Violens, le nouveau projet des anciens de New Order intitulé Bad Lieutenant, et pour finir en cerise confite, les visionnaires de Bat For Lashes. L’intermède a été assuré par La Fiancée.

Wave Machines

En entrée du festival et de la soirée, ce sont les Anglais masqués de Wave Machines. Ils viennent de Liverpool nous proposer quelques chansons de leur cru qui oscillent entre plusieurs styles : la première chanson “Laugh it all away” était plutôt de la fibre Radiohead, puis ils ont viré plus pop avec “I Go I Go I Go” mais sans forcément céder à la facilité. Leur set était relativement court, mais il m’a bien donné envie d’aller écouter leur album Wave If you’re really there.

Violens

Après les Anglais, place aux New-Yorkais. Les Violens sont plus dans le trip pop psychédélique. Ils sont allés piocher leurs influences dans les années 80, mais pas nécessairement les meilleurs éléments de cette période. J’en veux pour preuve la longue boucle d’oreille du chanteur ; un spectateur se moque de sa coupe, et il faut bien avouer qu’il ressemble à Bono jeune. Quand ils partent en live, ça sonne plus comme une cacophonie qu’à une improvisation, les guitaristes ayant la fâcheuse habitude de confondre leur instrument avec une râpe à fromage. De plus, les guitaristes et le clavier chantent en même temps mais ont la même tessiture de voix, de sorte qu’ils s’annulent plus qu’ils ne se renforcent. Pour ma part, les « ouhouh » incessants ont eu raison de ma patience.

Bad Lieutenant

Le groupe très attendu de la soirée était Bad Lieutenant, présent pour un concert exceptionnel – leur première apparition en France. Les anciens de New Order viennent présenter leur nouvel album Never Cry Another Tear, alterné de titres de New Order.
Bernard Sumner ne renonce jamais et tel un Phoenix, renaît de ses cendres pour un come-back commercial – un prétexte à reformer New Order sans Peter Hook. Pour ce nouveau projet, il a gardé le batteur Stephen Morris à ses côté et a sollicité Alex James, le bassiste de Blur. Phil Cunnigham est toujours présent et Jake Evans vient s’ajouter pour compléter le set de guitaristes – ça en fait pas moins de trois au total, quatre si on compte la basse.

Après une intro un peu mégalo, Bad Lieutenant arrivent sur scène et entament leur nouvel album avec “This is Home”. Alex James nous en met plein la vue avec ses lignes de basse, Bernard Sumner a des choré à la ZZ Top et Phil Cunningham s’excite (un peu trop violemment) sur sa guitare. Soudain, le sol tremble, la foule s’excite, elle vient de reconnaître “Ceremony” de New Order (originalement composée par Joy Division). Ils enchaînent, malgré des problèmes techniques avec leur single “Sink or Swim”. L’ambiance retombe avec d’autres titres de Bad Lieutenant, mais ils sauvent la mise avec “Crystal” pour le plus grand plaisir du public, suivie de “Twist of Fate”, tirée du nouvel album. Ils innovent ensuite avec une reprise des Chemical Brothers, “Out of Control”, qu’ils enchaînent avec “Temptation” de New Order.

Le public en redemande et continue de siffler, huer et trépigner pendant tout le spot visant à attirer l’attention sur le réchauffement climatique avec Kofi Annan. Ils ont eu beau n’avoir rien trouvé de plus récent que “Beds are burning” de Midnight Oil comme musique de fond, je préfère vous passer ce clip que celui de Bad Lieutenant, ce sera moins inutile. Et puis y’a tout plein de célébrités : de Yannick Noah à Mélanie Laurent – tout le monde je vous dis !

Bat For Lashes

Le meilleur étant toujours pour la fin, la dernière partie de soirée était réservée aux fascinants britanniques de Bat For Lashes. Ils ont démarré avec “Glass” qui a tout de suite capté l’attention du public, qui a par la suite reconnu “Sleep Alone” dès les premières notes. La créativité du groupe s’équilibre très bien avec la mysticité de Nathasha Khan et les Instruments de Musiques Non Identifié se suivent sur scène mais ne se ressemblent pas.

Bath’s Mouth” me fait l’effet – les lumières aidant – d’une aurore boréale musicale et “Horse and I” déclenche en moi comme une urgence, un besoin d’action immédiat : « There is no turning back ». “Siren Song” débute tout doucement, avec une intro au piano ; les instruments s’incorporent un à un pour que l’atmosphère aille crescendo, la guitariste Charlotte Hatherley, monte en rythme avec les violons pour planer.

Nathasha Khan a la voix – et la grâce et l’excentricité – de Björk, sans le côté inaccessible, hermétique : elle semble s’ouvrir plus aux choses en tous genres qui l’entourent, sa créativité la pousse à exprimer les éléments et les forces en puissance dans notre monde. Avec une batterie plus proche des percus, “Trophy” prend des allures d’incantation funèbre, et la chorégraphie de Natasha sur “Pearl’s Dream” ressemble à une danse de la pluie. Tel un gourou, elle nous envoûte.

Le rappel est intense. Natasha se lance en duo avec elle-même à l’aide d’un écran, puis son image disparaît… “Wilderness” prend enfin toute son ampleur pour un résultat subjuguant. Tout le monde tape dans ses mains en rythmes pour “Moon and Moon”, pour finir avec “Prescilla”. J’ai rendu mes dernières armes, Natasha Kan m’a ensorcelée et Bat For Lashes m’a conquise.

Bat For Lashes – Wilderness

Date: 4 novembre 2009
Partager cet article
3 réponses sur « Festival des Inrocks @ l’Olympia : Wave Machines + Violens + Bad Lieutenant + Bat For Lashes »

Sais-tu qui était la chanteuse accompagnée par deux musiciens qui a joué 3 chansons avant l’arrivée de Bad Lieutenant ?
Merci

Oui! je viens de réaliser que je l’avais complètement oubliée! La faute à Natasha Khan encore. C’était La Fiancée!! Toute mes excuses à l’artiste!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Paradis @ Festival des Inrocks, la Cigale, Paris, 18/11/2016

Inrocks Festival Jour 1 : Emmenez-nous au Paradis

Les Inrocks Festival 2016, c’est parti ! Programmation eclectique toujours de qualité, ils ont investi cette année La Cigale et La Boule Noire, et autant vous dire que c’est là qu’SK* va passer ses prochaines soirées.
Festival Inrocks / Philips

Le festival inRocks / Philips 2014

Le festival les inRocks / Philips aura lieu du 11 au 18 novembre avec un paquet d’artistes que nous aimons beaucoup. Festival Inrocks / Philips

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…