Musique Mille-Feuilles

Chronique CD : Dominique Leone - Abstract Expression La vie de critique musicale mène à tout. Elle peut ainsi parfois vous amener à passer de l’autre côté du miroir et à composer vous-même.

Dominique Leone : Abstract Expression

Dominique Leone, dans une autre vie était donc chroniqueur pour Pitchfork, All-Music Guide, Trouser Press. Son premier essai, plutôt bien accueilli par les critiques justement date de 2008 et est sorti sur le label Strømland, le label de Lindstrøm.

On peut établir une comparaison entre les travaux de Dominique Leone de ceux de Dan Deacon (encore lui…) en ce sens qu’il y transparait une totale liberté (et une bonne dose d’humour…). Dominique Leone ne souhaite sans doute pas être rattaché à aucune chapelle et il serait malaisé de le rapprocher de tel ou tel mouvement tant sa musique est protéiforme et ne ressemble qu’à lui-même. Ses morceaux sont d’une telle richesse qu’ils peuvent sembler trop complexes à la plupart des oreilles (entendez par là celles trop habituées à la musique prémâchée et formatée trop souvent imposée).

Pourtant en prêtant un peu l’oreille, c’est juste de la pop-music. Certes, une pop-music déviante et torturée, qui privilégie le bruit et parfois l’inaudible pour mieux imprégner son auditeur. Dominique Leone l’avoue lui-même « Je n’ai jamais vraiment écouté de la musique sur autre chose qu’un radio-réveil ou un vieux tourne-disque. La première fois que j’ai eu un lecteur de cassettes, au collège, j’ai été presque déçu par la clarté de la musique ! ». Un tel aveu d’un musicien a quelque chose de profondément rafraîchissant à notre époque où la musique tend trop souvent à une uniformité.

« Abstract Expression » sort chez Important Records, déjà éditeur des travaux du japonais bruitiste Merzbow ou de la française obsédée de Arp 2500 Eliane Radigue. Dominique Leone a certainement voulu arrondir (un peu) les angles et certains tracks ne dépareilleraient pas dans la discographie de Brian Wilson qui est d’ailleurs volontiers cité comme une influence prépondérante. Plongez vous dans l’écoute de ce disque et si par moments vous vous sentez comme sur des montagnes russes, pas d’inquiétude, Dominique Leone se comporte parfois comme un inventeur un peu fou qui aurait mélangé plein d’ingrédients pour obtenir un résultat qu’il ne soupçonnait pas.

1 réponse sur « Musique Mille-Feuilles »

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Magenta – Un Peu d’Amour

Vidéo : Magenta – Un Peu d’Amour (avec Yoa)

Après les discours riants du duo comique Vincent Lindon et Volodymyr Zelensky sous le regard complice et ému de Thierry Frémaux en ouverture du 75ème festival de Cannes, on avait envie d’un peu d’amour, petit lâcher prise offert par Magenta avant leur nouvel EP disponible le 17 juin et en précommande ici.
Brisa Roché & IX

I want my BRMD !

Attention. Alerte OMNI. Brisa Roché & IX (prononcer ixe nous précise t-on) bousculent le dress code musical avec leur « Heavy Dreaming pop » qui ne rentre pas dans les cases.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.