Catégories
Chroniques d'albums

Musique Mille-Feuilles

Chronique CD : Dominique Leone - Abstract Expression

La vie de critique musicale mène à tout. Elle peut ainsi parfois vous amener à passer de l’autre côté du miroir et à composer vous-même.

Dominique Leone : Abstract Expression

Dominique Leone, dans une autre vie était donc chroniqueur pour Pitchfork, All-Music Guide, Trouser Press. Son premier essai, plutôt bien accueilli par les critiques justement date de 2008 et est sorti sur le label Strømland, le label de Lindstrøm.

On peut établir une comparaison entre les travaux de Dominique Leone de ceux de Dan Deacon (encore lui…) en ce sens qu’il y transparait une totale liberté (et une bonne dose d’humour…). Dominique Leone ne souhaite sans doute pas être rattaché à aucune chapelle et il serait malaisé de le rapprocher de tel ou tel mouvement tant sa musique est protéiforme et ne ressemble qu’à lui-même. Ses morceaux sont d’une telle richesse qu’ils peuvent sembler trop complexes à la plupart des oreilles (entendez par là celles trop habituées à la musique prémâchée et formatée trop souvent imposée).

Pourtant en prêtant un peu l’oreille, c’est juste de la pop-music. Certes, une pop-music déviante et torturée, qui privilégie le bruit et parfois l’inaudible pour mieux imprégner son auditeur. Dominique Leone l’avoue lui-même « Je n’ai jamais vraiment écouté de la musique sur autre chose qu’un radio-réveil ou un vieux tourne-disque. La première fois que j’ai eu un lecteur de cassettes, au collège, j’ai été presque déçu par la clarté de la musique ! ». Un tel aveu d’un musicien a quelque chose de profondément rafraîchissant à notre époque où la musique tend trop souvent à une uniformité.

« Abstract Expression » sort chez Important Records, déjà éditeur des travaux du japonais bruitiste Merzbow ou de la française obsédée de Arp 2500 Eliane Radigue. Dominique Leone a certainement voulu arrondir (un peu) les angles et certains tracks ne dépareilleraient pas dans la discographie de Brian Wilson qui est d’ailleurs volontiers cité comme une influence prépondérante. Plongez vous dans l’écoute de ce disque et si par moments vous vous sentez comme sur des montagnes russes, pas d’inquiétude, Dominique Leone se comporte parfois comme un inventeur un peu fou qui aurait mélangé plein d’ingrédients pour obtenir un résultat qu’il ne soupçonnait pas.

Partager cet article
1 réponse sur « Musique Mille-Feuilles »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Ela Minus

Maximus Ela Minus

Ela Minus est maousse costaud. Pas seulement parce qu’elle vient de Bogotá et a joué dès ses 12 ans et pendant 10 ans de la batterie pour Ratón Pérez, un groupe punk hardcore décolleur de tympan. Elle signe chez Domino un premier album addictif, Acts Of Rebellion, fruit de son expérience à la Berklee College…
THERESE © Marilyn Mugot

5 questions à … Thérèse

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Thérèse la méphitique avec son titre vénéneux et addictif T.O.X.I.C qui fait chevaucher les licornes pour mieux se libérer des entraves.…
Télépopmusik

Telepopmusik en ligne à nouveau !

Le temps file. Telepopmusik sortira un nouvel album, Everybody Breaks The Line presque 20 ans après l’augural qui nous avait coupé le souffle avec Genetic World.
Melorman - Eliquis

Vidéo : Melorman – Eliquis

Pour les cloîtrés volontaires ou les amateurs de grands espaces, Melorman vous offre 5 minutes d’ailleurs, d’ambiance vaporeuse et ensoleillée.
MAGENTA - Intimité

Vidéo : Magenta – Intimité

“Les doutes, c’est ce que nous avons de plus intime.” écrit Albert Camus dans ses Carnets et Magenta l’exprime dans cette nouvelle version d’Intimité extraite de leur EP Long Feu.
Samoun - Chakchouka

C’est Samoun !

A table avec Samoun, duo mystérieux de producteurs parisiens. Leur Chakchouka ne vous fera pas prendre du poids, bien au contraire et vous fera bosser à nouveau vos plus beaux mouvements appris avec Sidney circa 1984 avec H.I.P. H.O.P..
Magenta - Long Feu

Vidéo : Magenta – Long Feu

Paul Valéry écrivait, « durer provient de dur », tautologie que l’on peut tourner dans tous les sens pour se cacher l’évidence. Magenta le rappelle en secouant la brumaille, en ambiançant le mal-être.

Plus dans Chroniques d'albums

Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.
Andy Bell

Andy Bell – The View From Halfway Down

Andy Bell s’offre son premier album solo pour ses 50 ans et nous fait un joli cadeau. The View From Halfway Down, enregistré avec Gem Archer (Oasis), est un disque aux allures modestes mais qui fait le travail comme les grands.
StrawberrySeas_LP_Cover

Strawberry Seas – Strawberry Seas

2020 est une l’année horrible par excellence. La Covid, les élections américaines, les inondations… Le meilleur moyen pour quitter la tête haute cette année infernale est le disque des Strawberry Seas.
idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.