Musique Mille-Feuilles

Chronique CD : Dominique Leone - Abstract Expression La vie de critique musicale mène à tout. Elle peut ainsi parfois vous amener à passer de l’autre côté du miroir et à composer vous-même.

Dominique Leone : Abstract Expression

Dominique Leone, dans une autre vie était donc chroniqueur pour Pitchfork, All-Music Guide, Trouser Press. Son premier essai, plutôt bien accueilli par les critiques justement date de 2008 et est sorti sur le label Strømland, le label de Lindstrøm.

On peut établir une comparaison entre les travaux de Dominique Leone de ceux de Dan Deacon (encore lui…) en ce sens qu’il y transparait une totale liberté (et une bonne dose d’humour…). Dominique Leone ne souhaite sans doute pas être rattaché à aucune chapelle et il serait malaisé de le rapprocher de tel ou tel mouvement tant sa musique est protéiforme et ne ressemble qu’à lui-même. Ses morceaux sont d’une telle richesse qu’ils peuvent sembler trop complexes à la plupart des oreilles (entendez par là celles trop habituées à la musique prémâchée et formatée trop souvent imposée).

Pourtant en prêtant un peu l’oreille, c’est juste de la pop-music. Certes, une pop-music déviante et torturée, qui privilégie le bruit et parfois l’inaudible pour mieux imprégner son auditeur. Dominique Leone l’avoue lui-même « Je n’ai jamais vraiment écouté de la musique sur autre chose qu’un radio-réveil ou un vieux tourne-disque. La première fois que j’ai eu un lecteur de cassettes, au collège, j’ai été presque déçu par la clarté de la musique ! ». Un tel aveu d’un musicien a quelque chose de profondément rafraîchissant à notre époque où la musique tend trop souvent à une uniformité.

« Abstract Expression » sort chez Important Records, déjà éditeur des travaux du japonais bruitiste Merzbow ou de la française obsédée de Arp 2500 Eliane Radigue. Dominique Leone a certainement voulu arrondir (un peu) les angles et certains tracks ne dépareilleraient pas dans la discographie de Brian Wilson qui est d’ailleurs volontiers cité comme une influence prépondérante. Plongez vous dans l’écoute de ce disque et si par moments vous vous sentez comme sur des montagnes russes, pas d’inquiétude, Dominique Leone se comporte parfois comme un inventeur un peu fou qui aurait mélangé plein d’ingrédients pour obtenir un résultat qu’il ne soupçonnait pas.

1 réponse sur « Musique Mille-Feuilles »

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Jay-jayjohanson-finally

Vidéo : Jay-Jay Johanson – Finally

Finally est enfin mis en images. Ce titre sensuelo-envoûtant de notre dandy suédois préféré, Jay-Jay Johanson méritait cet écrin en noir et blanc réalisé par Renata Litvinova.
Mézinc © Julien Monnet

Vidéo : Mézinc – Moth

Le mézigue Mézinc, c’est Star Wars a lui tout seul. Il dirige ses synthétiseurs et ses lumières comme on piloterait le Faucon Millénium. Sa musique est une forme d’hyperpropulsion vers un univers aux couleurs changeantes et aux sonorités fascinantes.

Plus dans Chroniques d'albums

Lesmarquises-soleilsnoirs

Les Marquises : Fiat Lux

Avec Soleils Noirs, Les Marquises nous entraîne dans un archipel du bout du monde, un voyage au long cours en deux plages mystérieuses et fascinantes aux titres puissamment évocateurs, L’étreinte de l’aurore et Le sommeil du berger.
Karkwa Dans-la-seconde

Karkwa – Dans la seconde

Qui l’eût cru ? Karkwa revient dans la seconde, treize ans après Les Chemins de verre. Peu connue en France, la formation québécoise est la valeur sûre de la Belle Province avec des arrangements amples et une voix, celle amicale de Louis-Jean Cormier.
Imagecouv-abelk1-sk

AbEL K1 – AbEL K1

AbEL K1 dessine des trajectoires. Il en a dessiné beaucoup, à l’écart, pour celles qui les chantent, ou les tracent avec lui. De Pomme à Blondino. Et elles sont à chaque fois ciselées, tendues, presque émaciées. Sans déséquilibre. Des chevauchées sensibles, vers des endroits non bornés, qui pourraient tout aussi bien en être d’autres. Mais […]
Guilhemvalay-aubrac

Guilhem Valayé – Aubrac

Le français est une belle langue. C’est une évidence. Mais il faut l’écrire, la manier, la chanter avec honnêteté, simplicité et pureté. Guilhem Valayé livre à l’ancienne le plus bel EP de cette année avec son voyage en Aubrac et ses terres rêches comme nos cœurs.