Catégories
News

Nouvelle Vague could be happy

Les pochettes et vinyles des trois premiers albums de Nouvelle Vague © Pascal Blua

Les fans de Nouvelle Vague vont arrêter de stresser en se rendant sur le site Discogs. Il y a encore quelques mois, il fallait casser sa tirelire pour s’offrir un des trois premiers albums en vinyle du groupe de Mark Collin et d’Olivier Libaux. Le marché du vinyle se porte bien. La demande est forte et les prix de certains disques s’envolent. Les piliers de Nouvelle Vague viennent de résoudre le problème en proposant une nouvelle offre de qualité.

Nouvelle Vague réédite donc une partie de son catalogue. Cette sortie permet ainsi de nous replonger dans la riche discographie de ce groupe français qui s’exporte (les dates de sa prochaine tournée américaine en sont la plus belle preuve) et qui est aussi intelligent que futé.

Discographie :

Pourquoi avoir réédité ces trois premiers albums ? Et pourquoi maintenant ?

Olivier Libaux : Ils n’étaient plus disponibles, à peine trouvables. Je recevais des messages de gens qui voulaient trouver celui-ci ou celui-là en vinyle, depuis des années. Ce n’était plus disponible.

Qu’est-ce que cela t’a procuré comme sentiments de retrouver ces disques ?

Olivier Libaux : J’aime vraiment ces trois disques. Ils ont chacun leur personnalité. Le premier est vraiment la base. Le deuxième a été créé de façon houleuse – on se disputait beaucoup, avec Marc, à cette époque-là. Le troisième est une petite merveille, mais à ce moment-là, les médias ne voulaient plus entendre parler de nous. Ces trois disques définissent Nouvelle Vague.

Nouvelle Vague - Nouvelle Vague

Love Will Tear Us Apart

Question idiote… Tu te rappelles des germes de la naissance du premier album ?
Comment as-tu eu cette idée de mêler ces deux univers ?

Olivier Libaux : Bien sûr que je me rappelle des germes. Bon, le souci, c’est qu’on a du raconter cette histoire 5000 fois, à tous les journalistes de la terre. Et donc c’est fastidieux de la raconter encore une fois. Mais en fait, c’est Marc qui avait fait un rêve, une nuit, en 2003. Il avait rêvé d’une fille qui chantait Love Will Tear Us Apart, en bossa nova, déambulant sur une plage de Rio. Il m’a appelé le lendemain, pour me raconter son rêve, j’ai trouvé ça assez génial. Je lui ai dit que c’était tentant de créer quelque chose autour de ce rêve, et de créer pas mal de versions bossa nova de titres new wave. A la suite de ça, ça n’a été que de l’intelligence, du dialogue, de la création. Créer quelque chose. Quelque chose d’unique. En évitant les clichés, les archétypes. Quelque part, c’est une victoire de l’intelligence.

The Killing Moon

Vous en avez dans le pantalon chez Nouvelle Vague… Vous reprenez The Killing Moon. La plus belle chanson du monde. Il y a des choses qui vous ont fait trop peur ou que vous vous êtes interdites ?

Olivier Libaux : Non, jamais.

Nouvelle Vague – The Killing Moon

Quel est ton meilleur souvenir de l’enregistrement du premier album ? Le pire ?

Olivier Libaux : Il n’y pas pas de mauvais souvenirs liés à l’enregistrement du premier album. On cherchait, on trouvait. Des copains qui passaient entendaient tel ou tel titre qu’on venait de finir, trouvaient ça génial. Voilà. On cherchait, on créait, c’est tout.

Il y a des groupes qui ont refusé que vous fassiez une reprise de leur morceau ?

Olivier Libaux : On n’a jamais demandé l’avis des groupes, ni de leurs éditeurs. Quelque part, on a tout fait au culot, en en ayant dans le pantalon, comme tu disais plus haut.

Comment est intervenu Pascal Blua sur ces nouvelles éditions ?

Olivier Libaux : Comme d’habitude. Avec douceur, intelligence, une capacité à dialoguer avec tout le monde, un enthousiasme, une créativité, une fiabilité. Pascal est vraiment un type exceptionnel.

Nouvelle Vague © Pascal Blua
Les pochettes et vinyles des trois premiers albums de Nouvelle Vague © Pascal Blua

Lequel de ces trois disques conseillerais-tu as un ado d’aujourd’hui ?

Olivier Libaux : Les trois, je pense. Peut-être le premier, pour commencer. Mais le deuxième a ses attractions aussi. Le troisième est une mine. Mais je ne sais pas si il faut commencer par celui-là.

Les trois premiers albums sont disponibles via Kwaidan Records. Il en va de même pour l’excellent nouvel album du groupe, I Coul Be Happy.

Nouvelle Vague - Bande à part

Retrouvez Olivier Libaux et tous ses projets sur SK* :

Athol Brose – Nouvelle Vague
Objets Rares
La Guitare d’Olivier Libaux

Retrouvez Pascal Blua sur SK*
Et Pascal Blua nous bluffa

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2009 - 2021 : 31 M de vues sur note chaine YouTube !

Merci aux artistes et labels qui nous ont fait confiance !

Avec : Mariama, Sayem, St Augustine, Ornette, The Dodoz, Dominique A, Lisa Hannigan, Nadeah, Hocus Pocus, BabX, Absynth Minded, Diane Birch, 3 Minutes Sur Mer, Applause, Jon And Jen, Anita Drake, Mademoiselle K, Richard Walters, Brune, Chew Lips, Emily Loizeau, Julia Stone, Sarah Blasko, Marie-Flore, MLCD (My Little Cheap Dictaphone), Hey Hey My My, AaRON, Foreign Beggars, Skip The Use, Hyphen Hyphen, Curry And Coco, Lilly Wood And The Prick, Rivkah, Kid Bombardos, You, Sharleen Spiteri , Thos Henley, Élodie Frégé, Caro Emerald, Viva And The Diva, Sly Johnson, Belleruche, Skip The Use, Ben Mazue, The Dø, Twin Twin, Marie-Pierre Arthur, Chris Garneau, Angus And Julia Stone

↪ Toutes les SK Sessions

↪ Abonnez-vous à notre chaine YouTube!

Cela pourrait vous intéresser

Le spleen de From Your Balcony

Nicolas Swierczek et ses From Your Balcony viennent de publier un grand disque. Avec pour allié le temps, cet élément que l’on préfère dérouler à tout-va plutôt que de le laisser travailler, ce groupe lillois laisse libre cours à sa mélancolie et poursuit un idéal pop qu’il arrive à atteindre.
Olivier Rocabois - Goes Too Far

Olivier Rocabois – Goes Too Far

Olivier Rocabois fait feu de tout bois pour dépasser par la droite Neil Hannon sans le prévenir et laisser tout penauds les frères Brewis de Field Music.

Vibrer avec Mel Bowen !

Mel Bowen donne enfin une suite à son EP Everyday’s A Holiday ! L’ex Mercury 13 revient avec un nouvel EP qui devrait adoucir l’été et nous faire rêver de la Mersey.

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
December-Square

Back To December Square

Deux ans après sa création, la maison de musique December Square peut s’enorgueillir d’avoir fait un sans-faute. Possédant désormais un catalogue d’une dizaine d’artistes, DS a eu le chic de prendre des risques en publiant des disques que personne d’autre n’aurait publié. Car l’addition des chansons de Matthew Edwards et du piano d’Emmmanuel Tellier donnent…
The Apartments - No Song, No Spell, No Madrigal

Et Pascal Blua exposa

Pascal Blua exposera du 3 au 22 février dans le cadre du festival Hibernarock à Aurillac une sélection de ses travaux graphiques pour la musique.
Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Plus dans News

paulo

Macca régna !

Paulo est un éternel jeune homme de 79 ans. Il a trouvé sa voie mais continue à nous indiquer la notre.
Têtes Raides

On veut bien de Têtes Raides !

Nouveau titre pour Têtes Raides, Je ne veux pas annonce l’arrivée du quatorzième album studio du groupe à la rentrée.
Cabadzi

L’avenir est un connard

Il n’y connaît rien à la vie. Depuis quelques jours l’avenir est un gros bâtard tout comme le présent.
Lonely Guest

Prodromes menaçants

Après un très bon album solo, Fall To Pieces, Tricky revient avec un nouveau projet, Lonely Guest.
H-Burns

Thanks for the show

Merci Arte pour ce concert capté le 7 juillet 2021 au festival Days Off. L’art de la reprise est difficile, celui de l’hommage encore plus. Renaud Brustlein bien entouré revisite Léonard Cohen avec amour et déférence en chantant les « Master Songs » du maître canadien.
Guillaume Poncelet - Peyo

Zoothérapie avec Guillaume Poncelet

On avait été séduit par son 88, le pianiste guérisseur Guillaume Poncelet caresse les touches de son piano comme on caresse l’échine d’un cheval.