Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L'ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God's Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.


Enregistré avec Stéphane Dambry (The High Lonesomes) et Gene Clarksville (Dogs, Roadrunners), Passiontide assoit encore plus la classe folle de ce garçon qui collectionne les disques de Lou Reed et de Leonard Cohen. Entouré de Sarah Barnwell (déjà présente sur The House Of Many Doors), de Bénédicte Fleutry et d’Eva Dambry-Royou, Asherton joue sur du velours avec sa voix satinée et ses élégantes compositions.

Tu précises d’emblée que ce disque a été enregistré sur un temps long. Qu’est-ce qu’un temps long pour Johan Asherton ? Et surtout en combien de temps a été enregistré Passiontide ?

Johan Asherton : En fait, nous avons travaillé sur deux ans, par épisodes, en fonction des disponibilités de chacun. C’est ce que je peux appeler un temps long… Mais j’y suis habitué. A part mes deux albums solo-acoustiques, réalisés en deux jours, tous les autres ont été faits sur des mois et des mois…

Tu as aussi écrit que ce disque se plaçait dans le sillage de Reed et Cohen. Ta voix fait penser à ces deux Américains. Elle est devenue profonde et a pris une patine magnifique avec le temps. Quelle relation entretiens-tu avec ta voix ?

Ces deux-là s’appréciaient beaucoup. En tout cas, Lou Reed admirait Leonard Cohen. Le premier représente pour moi l’archétype du rocker américain, qui a puisé à toutes les sources de la musique américaine, mais qui n’a pas cherché à reproduire la musique noire, le blues. Cohen était un grand fan de country music, il se serait bien vu chanteur de country, et quand on écoute I Can’t Forget, par exemple, on l’imagine aisément. Il s’est attaché à une forme de chanson sans doute moins stéréotypée, ce qui lui convenait très bien. Et les deux étaient des littéraires, fondus de poésie, d’œuvres romanesques, d’Histoire et d’histoires. Et ils se posaient beaucoup de questions, ils interrogeaient les religions, aussi… Ils m’ont profondément marqué, en tant qu’artistes et en tant qu’hommes. Je n’ai pas de relation particulière avec ma voix, mais j’ai écouté attentivement certains chanteurs, dans des styles différents, et j’ai tenté de m’en rapprocher parce qu’il me semblait entendre chez eux ce que j’avais envie que l’on me dise, et comment le faire.

Comment est né ce disque ? Il y a eu un élément déclencheur ?

Dans un premier temps, il y a eu les chansons, écrites entre 2013 et 2018, sauf Behind Closed Doors qui est beaucoup plus ancienne, et que j’avais dans un carton, attendant de lui trouver la place qui lui conviendrait. Ensuite, un premier squelette guitare-voix dans le home-studio de Stéphane Dambry, lui permettant d’ajouter les touches instrumentales et vocales dont il a le secret, l’arrivée de Loïc Kohler (basse) et Cédric David (batterie), les voix de Bénédicte et Eva, les violons de Sarah et Frédéric, la contrebasse d’Alice. Les choses ont pris forme peu à peu, puis ont vraiment décollé quand nous sommes arrivé au studio de La Grotte, chez Gene Clarksville. Nous avons refait toutes les rythmiques, un son s’est formulé beaucoup plus nettement. Gene a ajouté quelques parties de piano et de guitare, puis j’ai fait mes voix, très près du micro, en ne chantant pas fort. Pour les voix graves, j’aime qu’elles soient placées en avant dans le mix.

Johan Asherton
© Karen Hirst

La pochette est signée Pascal Blua. Comment vous êtes vous rencontrés ? Comment avez-vous collaboré tous les deux ?

Par une connaissance commune. Nous nous sommes vus une première fois il y a un an, et avons découvert que nous partagions nombre de références, sur le folk anglais, par exemple. De là, il y a eu le projet de collaborer ensemble, sur l’album que j’avais commencé. Je lui ai envoyé les photos prises par Stéphanie Lefebvre, et nous avons travaillé ensuite par mail et téléphone. La consigne, si j’ose dire, était de rester sobre, dépouillé. Nous nous sommes très bien entendus !

Quelle est l’histoire de Nightfall ?

J’avais le texte depuis un moment et essayé différentes mélodies avant de trouver celle-ci, avec un refrain très classique. Assez tôt j’ai pensé que cette chanson ferait un joli clip. J’en ai parlé à Sébastien Tricart, qui réalise mes vidéos depuis quelques années, puis à mon amie Primael Moreau, qui figurait déjà sur un petit poster de Johan Asherton’s Diamonds. Nous nous sommes retrouvés dans une jolie maison, à Tourcoing, chez des amis de Sébastien, et nous avons tourné là. C’était fin février… De retour en Normandie, Gene, Stéphane et moi avons juste eu le temps d’écouter une dernière fois les pré-mixes de l’album, puis tout le reste s’est fait pendant le confinement, par envois de fichiers: mix définitif, mastering, pochette… Tout cela dans une certaine ambiance… Le clip de Nightfall est sorti en tant que premier extrait, puis l’album, fin mai.

Johan Asherton – Nightfall

Passiontide de Johan Asherton est disponible sur son site officiel.
L’artwork est signé Pascal Blua.

Johan Asherton - Passiontide

Tracklist : Johan Asherton - Passiontide
  1. Rainbeaux
  2. The Stranger That Nobody Sees
  3. We Never Spoke
  4. Behind Closed Doors
  5. Torment
  6. Nightfall
  7. When The Penny Drops
  8. Creased
  9. Casanova
  10. Passiontide

Johan Asherton en concert
22
Nov
2024

La Dame de Canton

Paris (FR)
TICKETS

Dates de concerts fournies par Bandsintown

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Le spleen de From Your Balcony

Nicolas Swierczek et ses From Your Balcony viennent de publier un grand disque. Avec pour allié le temps, cet élément que l’on préfère dérouler à tout-va plutôt que de le laisser travailler, ce groupe lillois laisse libre cours à sa mélancolie et poursuit un idéal pop qu’il arrive à atteindre.
Olivier Rocabois - Goes Too Far

Olivier Rocabois – Goes Too Far

Olivier Rocabois fait feu de tout bois pour dépasser par la droite Neil Hannon sans le prévenir et laisser tout penauds les frères Brewis de Field Music.

Vibrer avec Mel Bowen !

Mel Bowen donne enfin une suite à son EP Everyday’s A Holiday ! L’ex Mercury 13 revient avec un nouvel EP qui devrait adoucir l’été et nous faire rêver de la Mersey.
December-Square

Back To December Square

Deux ans après sa création, la maison de musique December Square peut s’enorgueillir d’avoir fait un sans-faute. Possédant désormais un catalogue d’une dizaine d’artistes, DS a eu le chic de prendre des risques en publiant des disques que personne d’autre n’aurait publié. Car l’addition des chansons de Matthew Edwards et du piano d’Emmmanuel Tellier donnent […]

Plus dans Interviews

Cmathieuteissier1

Rêve éveillé avec Lescop

Lescop sort du bois avec un nouvel album, Rêve parti qui fera danser Les garçons et vous retirera la raison avec la femme papillon. Entretien avant son concert à La Rayonne à Villeurbanne le samedi 9 mars.
Julienshelter-matthieudortomb4

5 questions à Julien Shelter

Avec Island, Julien Shelter nous propose un album cocon, un disque refuge pour se ressourcer avec des titres délicats évoquant l’amour, la nature ou l’enfance.
Chroniquenicolas-commentchicmediaschristophe-3

Fortunate semper magis tempus

Nicolas Comment vient de signer Chronique du temps qui passe, un superbe livre qui mêle des textes intimes et des photos d’artistes au gré des rencontres incroyables qu’il a pu faire. Il était récemment à Lyon pour une rencontre dédicace et une présentation de son travail à la galerie Poltred, l’occasion pour SK* d’évoquer avec […]

5 questions à … AbEL K1

Après avoir écrit pour d’autres et principalement pour Blondino dont il est l’indissociable compagnon de ses échappées, AbEL K1 sortira en mai son premier album. Un album porté par sa poésie toujours si personnelle et tendue, un lyrisme rock et direct, et une voix singulière. Prélude (à la folie) en est le premier aperçu, ainsi […]