The Beach Boys : God Only Knows

Pet Sounds a été élu « Meilleur album de tous les temps » en 1995 par le magazine britannique Mojo. En 2003, Rolling Stone l’a lui déclaré « Deuxième meilleur album de l’histoire de la musique » juste après « Sgt Pepper’s Lonely Heart Club Band » des Beatles. Que reste-t-il aujourd’hui des Beach Boys ?

The Beach Boys

The Beach Boys - Pet sounds
Malheureusement pas grand-chose, Dennis Wilson s’est noyé en 1983, Carl Wison meurt en 1988, Al Jardine quitte le groupe peu après, Brian Wilson, seul véritable génie de ce groupe, vit toujours plus ou moins reclus en Californie, sans doute abruti de psychotropes et continue à composer et sortir des albums. Reste que ce disque a marqué l’histoire de la pop music. Paul Mc Cartney a ainsi déclaré que « God Only Knows » était la plus belle chanson d’amour jamais écrite. Il existe encore à l’heure actuelle un véritable culte autour de Pet Sounds qui reste l’opus majeur de Brian Wilson avant son déclin.

The Beach Boys - God Only Knows

Discographie

1 réponse sur « The Beach Boys : God Only Knows »

Je ne suis pas Mc Cartney (mais je suis gaucher pareil, déjà ça), et pourtant « God Only Knows » reste pour moi LE morceau pop ciselé impeccable. Un vrai joyau. Tout y est délicat. Et « Pet Sounds », ses arrangements proprement incroyables, et ses chansons idem, cet album est un monument, rien à redire. Le maussolée du pauvre Brian Wilson, bien perdu au fond de sa tête et cerné par ses crétins de frères. God only Knows i’m not a Beach Boys addict ! Quand je pense que les pauvres Zombies ont sorti leur « Odessey and Oracle » parfait la même année. Pas de bol.

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Cavale

Cavale – Le crocodile, les chouchous et le clitoris

Tout colle. Derrière la confortable banquette émeraude où elle est enfoncée, un crocodile coiffé d’un couvercle de vieille cafetière sur le crâne se donne des airs farceurs ou de joyeux touriste. A sa gauche, deux canards, empaillés comme lui, se disputent la porcelaine d’une tasse toute britannique. Le thé, qui aurait pu s’y trouver, doit […]
The Weezer - The White Album

Weezer – The White Album

Le nouvel album de Weezer a pour nom The White Album, contient de bonnes chansons et sort le premier avril. Et il n’y a aucune blague de mauvais goût dans la phrase précédente ! Pourtant la probabilité que Weezer sorte un mauvais disque le jour dédié aux plaisanteries de tous genres était très forte. En […]
Séverin - Ça ira tu verras

Une journée en musique avec Séverin !

Avec Séverin, le tutoiement est de rigueur, Ca ira tu verras puisque son nouveau disque sort le 5 février sur son propre label, Neon Napoleon crée pour l’occasion.
Les Agamemnonz

Les mythiques Agamemnonz

Lancés dans une tournée marathon, Les Agamemnonz ont vendu chèrement la peau de leur dernier-né, De A à Z, disque qui compile l’intégralité de leurs travaux.

Plus dans Son du jour

Lauraclauzel-minuit

Vidéo : Laura Clauzel – Minuit

On a besoin d’amour, quelle que soit l’heure. Mais à Minuit, les corps s’éveillent et Laura Clauzel nous propose de nous « perdre encore un peu dans des volutes d’amour, ivres de vie et d’envie. »
Stéphanie Acquette – Chacun pour soi

[EXCLU] Vidéo : Stéphanie Acquette – Chacun pour soi

LA ville du Havre comme vous ne l’avez jamais vue. Stéphanie Acquette la métamorphose en ville de science fiction où deux héroïnes extra terrestres s’affrontent à coups de pistolets laser dans une quête quasi spirituelle.
Orval Carlos Sibelius – Les humains d’abord

Vidéo : Orval Carlos Sibelius – Les humains d’abord

Évidemment, si vous avez vu Phase IV de Saul Bass, vous ne regardez plus les fourmis de la même façon. Avec la musique d’Orval Carlos Sibelius, c’est encore plus déroutant avec la fin inédite du film pour cette ode à l’inévitable apocalypse.
Someone – I Guess I’m Changing

[EXCLU] Vidéo : Someone – I Guess I’m Changing

Attention, belle découverte. Vous serez irrémédiablement changés à l’écoute de Someone et de son deuxième album Owls qui « oscille entre le doux, le sombre et l’inquiétant, avec une production qui passe du mélancolique et du brut à l’électronique et au menaçant. »