Le nouvel album de Weezer a pour nom The White Album, contient de bonnes chansons et sort le premier avril. Et il n’y a aucune blague de mauvais goût dans la phrase précédente ! Pourtant la probabilité que Weezer sorte un mauvais disque le jour dédié aux plaisanteries de tous genres était très forte. En effet, Rivers Cuomo trouve un malin plaisir à jouer avec nos nerfs depuis quelques années. Depuis une décennie à chaque sortie, on espère un bon disque. Et au final, le nouveau est toujours plus mauvais que le précédent.


Depuis la sortie de Weezer (1994), alias The Blue Album, la Binocle s’amuse avec nous. En attribuant une couleur au nom de leur dixième album, les Weezer savent très bien qu’ils appuient sur la corde sensible de tous leurs fans. Allons nous diriger vers une nouvelle déconfiture ? La dernière fois que le groupe de Los Angeles a fait un clin d’œil à une couleur (Weezer aka The Red Album en 2008), la désillusion fut terrible. On vit même des larmes de sang couler des yeux de certains fans après la première écoute.

Weezer – California Kids

Mettons d’emblée les points sur les i et du gel sur la mèche de Cuomo. En aucun cas The White Album n’est du niveau du The Blue Album ou du The Green Album. Mais surtout The White Album n’est pas du niveau de Raditude ou de Make Believe. Les fans de Weezer peuvent respirer…
Car s’il y a bien des gens qui ont la vie dure, ceux sont les fans de Weezer.
En 1996, Weezer a tout du groupe « culte ». Enfin culte… Rivers Cuomo et ses chansons ont fait le bonheur des College Radio Stations avec ses singles en béton armé (Buddy Holly) le temps du premier album. Le deuxième album, qui aurait dû être le second, est un échec commercial. Les rêves d’universalité de Cuomo se brisent. Après cinq ans de traversée du désert (et de silence), Weezer revient avec le multi-platiné The Green Album.

Depuis ? Une traversée du désert mais avec des disques. Et c’est à ce moment que les fans de Weezer commencent à déprimer. Écouter certains titres du Père Cuomo est pire que bouffer des yeux de mouton crus (ou cuits c’est comme vous le sentez).
Depuis 2104, il faut tout de même noter une embellie dans le ciel de la planète Weezer. Everything Will Be Alright in the End a rassuré.
En 2016, Rivers Cuomo a définitivement quitté sa montagne et est arrivé sur la plage de Venice Beach.

Weezer – Do You Wanna Get High?

Inspiré par la plage californienne (donc les The Beach Boys), The White Album est un bon disque de Weezer. Le producteur de l’affaire, Jake Sinclair (mercenaire chez Panic At The Disco et coach sportif chez Train) a fait maigrir le son des Weezer et donne du souffle au paquebot Cuomo. Mais The White Album contient surtout de bonnes chansons. Rivers Cuomo, qui peut écrire douze hits en une nuit, était en panne sèche depuis quelques années. On le retrouve enfin ! Écouter California Kids remplacera aisément le verre de jus d’orange du matin et Thank God for Girls évitera la traditionnelle dépression post-hivernale.

Weezer – Thank God for Girls

Truffé de références, The White Album nous replonge dans le meilleur de Weezer. Il nous fait oublier les étrons précédents, il nous fait zapper que Weezer tourne désormais avec les gros lours de Panic At The Disco … Et il nous fait tourner la tête comme en 1994.

The White Album de Weezer sortira le 01 avril 2016 via Warner Music.

Tracklist : Weezer - The White Album
  1. California Kids
  2. Wind in Our Sail
  3. Thank God for Girls
  4. (Girl We Got A) Good Thing
  5. Do You Wanna Get High?
  6. King of the World
  7. Summer Elaine and Drunk Dori
  8. L.A. Girlz
  9. Jacked Up
  10. Endless Bummer

Weezer – The White Album3.5
7/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
1 réponse sur « Weezer – The White Album »

Effectivement ce White Album est un très bon cru. Même s’il ne remplacera pas dans le cœur du fan que je suis leur véritable pièce maîtresse « Pinkerton » qui a désarçonné beaucoup de fans de l’époque pour atteindre aujourd’hui le statut d’album culte.
Pour ma part, les meilleurs Weezer ont toujours été :

– 1 : The Blue Album
– 2 : Pinkerton
– 3 : The Red Album (lui aussi très aimé des fans, je ne sais pas où vous avez été chercher cette histoire de « larmes de sang »
– 4 : The White Album
– 5 : The Green Album

Les autres productions du groupe sont plus anecdotiques. Concernant The Green Album, même si celui-ci est un bon disque, c’est d’avantage lui qui a amené le groupe à perdre sa base de fans du fait de son côté très commercial et « grand public » loin du virage effectué avec Pinkerton.

Là où je rejoins votre « analyse » c’est dans le fait que Weezer soit depuis plusieurs années en panne d’inspiration et que ça fait plaisir de retrouver le groupe au meilleur de sa forme avec cette mouture 2016. Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Cavale

Cavale – Le crocodile, les chouchous et le clitoris

Tout colle. Derrière la confortable banquette émeraude où elle est enfoncée, un crocodile coiffé d’un couvercle de vieille cafetière sur le crâne se donne des airs farceurs ou de joyeux touriste. A sa gauche, deux canards, empaillés comme lui, se disputent la porcelaine d’une tasse toute britannique. Le thé, qui aurait pu s’y trouver, doit…

Bilbao festival 2019 : une année grandiose

Le Bilbao Festival (Espagne) qui se tiendra du 4 au 13 juillet prochain présente cette année dans sa programmation toutes les meilleures têtes d’affiches de la musique Pop Rock électro anglo-saxone actuelle. Un escale indispensable pendant vos vacances (si vous passez par là !)
Photos : Weezer @ L'olympia, Paris | 19.10.2017

Photos : Weezer @ L’olympia, Paris | 19.10.2017

Weezer en France, cela faisait bien longtemps que cela n’était pas arrivé. Et l’attente fut comblée par une prestation impeccable et un public olympique. Mais comment résister au déferlement de tubes qu’ils soient bleus, noirs ou verts ?
Séverin - Ça ira tu verras

Une journée en musique avec Séverin !

Avec Séverin, le tutoiement est de rigueur, Ca ira tu verras puisque son nouveau disque sort le 5 février sur son propre label, Neon Napoleon crée pour l’occasion.

Plus dans Chroniques d'albums

idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.