Catégories
Interviews

5 questions à… Holy Two

© Lucile Perron

SK* a demandé à une vingtaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Holy Two qui vient de donner chaud au Point Éphémère et que l’on retrouvera entre autres au festival Reperkusound à Lyon le 14 avril.

Holy Two poursuit son chemin après les Inrocks Lab, les iNOUïS du Printemps de Bourges, un passage remarqué dans le Quotidien, le duo lyonnais peaufine sur la route les morceaux d’un album à paraître fin 2017.

Holy Two en cinq questions

Votre souvenir de concert ?

Probablement les Mardis du Grand Marais à Riorges parce que j’avais bu beaucoup de vin avant de jouer. Les gens ont du sentir mon ivresse parce qu’à un moment donné le public est devenu assez fou et tout le monde a commencé à monter sur la scène, c’était presque comme une grande soirée karaoke où tout le monde dansait au milieu de la scène. Je n’avais plus du tout l’impression d’être chanteuse d’un groupe mais dans une soirée avec des potes inconnus, c’était chouette.

Votre rencontre en tournée ?

Celle avec le public probablement, et les retours toujours gratifiants de type « Heeeyyy, tu sais que c’est grâce à toi que j’ai pécho ma copine ? ». Et plus ponctuellement la rencontre avec Diplôme (on n’a jamais vraiment compris son prénom alors on l’a appelé Diplôme), un bébé cocker strasbourgeois qui a fait des remous dans Holy Two et dans mon coeur.

https://www.youtube.com/watch?v=_8ZveiX7dk8

Votre anecdote dans le van ?

Quand on a oublié Hadrien pour partir en tournée et qu’on s’en est rendus compte seulement à la fin du concert. En fait c’est jamais arrivé, mais comme on n’est pas des gens très drôles, j’ai pas vraiment d’anecdote intéressante. La vérité c’est qu’on me laisse jamais aller devant dans le van et j’ai l’impression que c’est là que tout se passe, donc je ne peux pas être investie dans la section humoristique du band.

Votre prochain album ?

On espère fin 2017, ce sera notre tout premier album et on a hâte. On commence à avoir pas mal de morceaux sous le coude, on espère qu’on arrivera à faire quelque chose de cohérent et dont on sera fiers ! En tout cas il s’annonce sombre et lancinant.

Votre prochain rêve ?

Probablement rentrer en guerre avec un village de musaraignes dotées de pouvoirs intergalactiques puisque mes rêves sont toujours improbables et parlent souvent de conflits.

https://www.youtube.com/watch?v=DqLvo7GfGBI

En écoute avec Holy Two

Holy Two - fait sa playlist

  1. VulfpeckBack Pocket
    La définition du groove. Un morceau qui donne la pêche en toutes circonstances.
  2. Lemon TwigsThese Words
    Découverts en première partie de Tinariwen au Bataclan, la grosse claque de ce début d’année pour ces jeunes surdoués fans des Beatles aux airs de petits lutins, et en particulier pour les changements d’ambiances et les harmonies quasi bibliques sur these words.
  3. Unknown Mortal OrchestraNecessary Evil
    Pour le solo de cuivre de 7 secondes, soit le seul acceptable dans l’histoire de la musique (ou du moins dans la musique contemporaine).
  4. JMSNBout It
    Pour le personnage, le clip complètement décalé et le refrain r’n’b à la Justin Timberlake indé.
  5. Little JoyPlay the Part
    Parce que toutes les chansons de cet album sont belles et qu’il a fallu faire un choix, parce que la voix de Rodrigo Amarante est envoûtante au possible, parce que les accords et les choeurs sont sublimes.
  6. Tommy CashWinaloto
    Pour le côté déjanté, l’accent du mec et le clip sublime et drôle à la fois.
  7. Tommy Cash – Winaloto

  8. Rodrigo AmaranteIrene
    Une très belle chanson par le leader le Little Joy (voir ci dessus), avec un très beau titre en hommage à ma maman qui porte ce joli prénom.
  9. Mathieu BoogaertsVa
    Pour le changement de mode au refrain, pour la douceur dans la voix et pour les paroles touchantes.
  10. Jai PaulJasmine (demo)
    Pour la musicalité, pour l’histoire originale derrière le projet, et pour la qualité bien sale avec laquelle on la trouve sur internet.
  11. Isaac DelusionIsabella
    Parce que.

Visiter la page Facebook de Holy Two.
Visiter le site du label Cold Fame : www.coldfame.com

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Radio Elvis - Francofolies 2015 © Guimauve

Le Beaujolais donne de la voix !

Traditionnellement en novembre, le Beaujolais nouveau réchauffe les cœurs mais cette année, il n’aura certainement pas un goût de banane ou de fraise.
Holy Two - Moonbeam

Vidéo : Holy Two – Moonbeam

Holy Two dégaine avec Eclipse un nouvel EP après un premier disque auto-produit paru en début d’année. Holy Two – Moonbeam
Medi - One Is Not Enough

Vidéo : Medi – One Is Not Enough

Medi est-il franc du collier lorsqu’il clame One Is Not Enough ? Carla Humphries semble ne pas être d’accord et vole dans les plumes de son Jesus boyfriend. Medi – One Is Not Enough

Plus dans Interviews

Karine Daviet

Karine Daviet en toute indépendance

Karine Daviet est lyonnaise et vient de sortir un premier EP, L’indépendance, recueil de six titres en français à la fois doux et âpres avec des arrangements soignés mêlant guitare acoustique, théorbe, clavecin, viole de gambe, flûtes à bec et sons électroniques. Assez logique quand on écoute sa playlist commentée ci-dessous après un questionnaire façon…
Moli © Celeste Call

5 questions à … Moli

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moli , jeune belge de 21 ans qui pourrait suivre la trace de Mademoiselle Van Laeken. Installée à Berlin où elle…
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…