[1997 – 2017] Supergrass ne rend pas la monnaie

Supergrass © Mick Quinn
Révélés en 1995 par l'ultra efficace I Should Coco, les Supergrass reviennent en 1997 avec un disque ambitieux et en totale opposition avec son prédécesseur. In It For The Money enrichit le propos du groupe d'Oxford sans que celui-ci ne devienne ennuyeux.


Que les années 90 étaient belles. En 1995, ces trois types au look totalement improbable débarquent sans frapper à la porte et font danser une jeunesse qui avait déjà l’esprit bien occupé avec Oasis et Blur. En 1997, ils remettent le couvert en haussant leur niveau de jeu. Gaz Coombes écrit des chansons à tomber (Late In The Day) et emmène ses petits camarades vers des territoires sonores foutrement géniaux. Accouché dans des conditions exécrables (le groupe est en guerre avec son label, d’où ce titre), In It For The Money accrocha la deuxième place des charts anglais. Il faut dire qu’à l’époque, il y avait de la concurrence.

Pourquoi aviez-vous choisi d’enregistrer ce disque aux studios Sawmills ?

Mick Quinn : Nous avions enregistré notre premier album dans ces studios et cela avait été une bonne expérience. Nous voulions recommencer ça. Ce qui nous a impressionné, c’est le son que John Cornfield avait mis dans un studio qu’il avait construit pendant plusieurs années. Son emplacement éloigné, entouré d’un beau pays, a également été un facteur important.

Discographie

Supergrass © Mick Quinn
Supergrass © Mick Quinn

John Cornfield avait été l’ingénieur son de votre premier album. Il est devenu producteur sur In Hit For The Money. Pourquoi ce changement ?

Mick Quinn : Il a demandé à être crédité en tant que producteur. En réalité il a fait le même job que sur le premier album. Nous avons vraiment apprécié de travailler avec Sam Williams sur I Should Coco, mais j’ai été un peu étouffé parfois. Nous proposions des idées de production et nous voulions produire un record selon nos propres termes. L’arrogance de la jeunesse.

Comment cet enregistrement s’est-il déroulé ?

Mick Quinn : C’était incroyablement intense et agréable. Les choses se sont faites naturellement et nous avons tenté quelques expériences. Nous avons suivi nos influences et fait des erreurs. Mais nous avons trouvé une meilleure musique grâce à elles. C’était fatiguant.

Supergrass – Late In The Day

Quels sont tes meilleurs souvenirs liés à cet enregistrement ?

Mick Quinn : L’enregistrement de Richard III le premier jour… Jouer le solo de Sometimes I Make You Sad et assembler les cors sur Hollow Little Reign. Il y a beaucoup trop de bons moments.

Supergrass – Richard III

Quelle est ta chanson préférée de ce disque ?

Mick Quinn : J’aime le groove de la chanson Hollow Little Reign mais You Can See Me est probablement la chanson la plus autobiographique de ce disque.

Et comment avez-vous trouvé le son de cet album ?

Mick Quinn : Nous avons discuté avec John de ce que nous voulions et il a réussi à monter tout ça grâce à son expérience, sa technique et son sens de l’humour.

Et vos relations avec Parlophone ?

Mick Quinn : Notre manager, Keith Wozencrof, était génial. Les relations étaient exécrables. Mais la direction de Keith a été très douce.

Et la tournée qui a suivi l’album ? Quels sont tes meilleurs souvenirs ?

Mick Quinn : Nous avons travaillé avec un ensemble de quatre cuivres non seulement pour les chansons de In It For The Money< mais aussi pour nos anciens titres comme We’re Not Supposed To.

Supergrass - In It For The Money

Retrouvez les articles de la série [1997-2017] :

In It For The Money de Supergrass est disponible via Parlophone.
Mick Quinn joue avec le DB Band.
Les photographies de cet article sont la propriété de Mick Quinn.
Supergrass - In It For The Money

Tracklist : Supergrass - In It For The Money
  1. In It For The Money
  2. Richard III
  3. Tonight
  4. Late In The Day
  5. G-Song
  6. Sun Hits The Sky
  7. Going Out
  8. It's Not Me
  9. Cheapskate
  10. You Can See Me
  11. Hollow Little Reign
  12. Sometimes I Make You Sad

English text

Why did you choose to record this album at Sawmills Studio ?

We recorded our debut at Sawmill and had such a good experience that we wanted to repeat it. What impressed us was the sound that John Cornfield had got in a studio he had built up over a number of years. It’s remote location, surrounded by beautiful country side was a significant factor also.

John Cornfield was the sound engineer of your first album. He was the producer of In Hit For The Money ? Why ?

I think he asked for a production credit. In reality he did the same job as the first album. We really appreciated working with Sam Williams on I Should Coco but felt a bit stifled at times. We were briming with production ideas and wanted to produce a record on our own terms. Arrogance of youth!

How was easy was the recording process of his album ?

It was incredibly intense and enjoyable. We let things take a natural course, never felt scared of experimenting and followed our influence, intuitions & muses. We made mistakes & found better music through them.It was exhausting.

What are your best memories of this recording process ?

Recording Richard III on the first day, playing the guitar solo on Sometimes I Make You Sad or putting together the horn parts for Hollow Little Reign. Just too many big & small moments to recall.

What’is you favorite song of this album ? Why ?

I love the groove of ‘Hollow Little Reign’ but ‘You Can See Me’ is probable my most autobiographic song on that record.

How did your find the sound of this album ?

We discussed what we wanted with John and relied on his experience, technical expertise & good humour.

How were your relations with Parlophone during this times ?

We both had a healthy disrespect for each other but Keith Wozencroft (our A&R man) was great. Enthusiastic and very relaxed about the direction of the record.

What were your best memories about the In Hit For The Money tour ?

Working with the 4 piece horn section, not only the material from IIFTM but making new arrangements for earlier tracks like ‘We’re Not Supposed To’

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Gaz Coombes

Mettez les Gaz !

On avait quitté Gaz Coombes, le plus Tex Averyen des chanteurs britanniques à La Cigale lors du concert d’adieu des Supergrass en juin 2010.

Time to go pour Supergrass

Ils n’ont pas été attrapés par les flics mais rattrapés par la lassitude des tournées et du barnum du business musical. Les pourtant très populaires anglais de Supergrass jettent l’éponge et tombent le masque après 15 années de bons et loyaux services et 6 albums dont l’explosif I should coco qui avait lancé leur carrière […]

Plus dans Interviews

Marilyne Léonard

5 questions à … Marilyne Léonard

Marilyne Léonard n’est plus seule dans la foule. Elle vient de sortir une mixtape chez Audiogram, Vie d’ange rassemblant ses premiers titres avant un album en préparation. En attendant, pour la sortie de son nouveau clip, Quand tu parles ci-dessous, elle répond à quelques questions et commente une playlist bien de son époque.
Bryon Parker

5 questions à … Bryon Parker

On vous a déjà dit tout le bien de 3 Consecutive Championships, le nouvel EP de Bryon Parker. On découvre davantage son univers musical avec une playlist composée de morceaux d’artistes avec lesquels il a joué au cours de ces quinze dernières années.
Jules Jaconelli

5 questions à … Jules Jaconelli

Jules Jaconelli avait susurré à notre oreille avec sa voix de velours liquide. Il embarque Deborah Leclercq avec Quand même avant un premier album le 10 juin qui figure bien sûr sur notre to do list.
Villa Fantôme

5 questions à … Villa Fantôme

Villa Fantôme, c’est Pierrot et Manu de la Ruda Salska qui sortent un album ce 25 mars qui vous déniaisera les esgourdes. L’énergie et la bonne humeur sont toujours au rendez-vous. Bien sûr le nom de ce projet évoque le ghost town des Specials, mais ces sonorités chantées toujours en français sont plus sombres comme […]