Catégories
Interviews

[1997-2017] Les démons magiques de Michael Head

Réédité (et célébré) en 2015, The Magical World of the Strands de Michael Head fête ses 20 ans cette année. Enregistré entre 1993 et 1995 à Liverpool (logique) et Sheffield, c’est le disque de deux hommes à la dérive. En 1992, le studio où était entreposé les bandes du futur album de Shack a brûlé. Les frères Head se retrouvèrent sans label et sans album. Ils arrivèrent à s’échapper de ce labyrinthe infernal grâce à un label français : Mégaphone.

Michael Head et son frère John furent donc signés par Stéphane Bismuth sur son label Mégaphone. Ce dernier ne lésina pas sur les moyens. Il recruta Mark Coyle (Oasis) pour la production et Renaud Monfourny (Les Inrockuptibles) pour les photographies. Le résultat alla au-delà de toutes les espérances. Perdus dans la brume de la Mersey et des substances illicites, Michael Head enregistra ses plus belles chansons. On lui reprocha la production du premier album de Shack. On lui sera éternellement reconnaissant d’avoir rendu la collaboration entre le producteur Mark Coyle et l’arrangeuse Helen Caddick. Helen a accepté de revenir pour nous sur l’enregistrement de ce disque.

Helen Caddick

Comment as-tu rencontré Michael Head ? Comment as-tu été recrutée pour faire les arrangements de ce disque ?

Helen Caddick : J’ai rencontré Mick par l’intermédiaire de Mark Coyle avec qui j’avais travaillé auparavant sur le projet Coast. Il m’a dit qu’il travaillait sur un album de Mick et qu’il pensait que certains morceaux pouvaient bien fonctionner avec des cordes. Il m’a demandé de les écouter pour avoir mon avis. Mark m’a donné plusieurs pistes pour travailler sur ce que j’ai écouté pour voir ce qui se prêtait plus facilement aux cordes. Il a esquissé quelques idées et construit des arrangements. J’ai alors rencontré Mick chez Mark. Je me souviens qu’il était vraiment en retard. Il ne s’est pas présenté au début de la soirée mais une fois que nous avions commencé à travailler et que tout était en place. Cela a tout de suite bien fonctionné entre-nous, il aimait mes idées et nous avons travaillé toute la nuit jusqu’à environ 5h du matin. J’ai donc pu m’assurer que Mick était heureux avec tous les arrangements et toutes les harmonies supplémentaires que nous avions mises en place.

Michael Head & Helen Caddick
Michael Head & Helen Caddick

Quels sont tes meilleurs souvenirs liés à cet enregistrement ?

Helen Caddick : Les séances nocturnes en compagnie de Mick étaient assez spéciales. C’est comme si le temps était suspendu. J’adore la voix de Mick : il a une qualité dans son chant qui le rend intemporel. C’est comme si vous aviez un troubadour venu du passé qui chuchote dans votre oreille. Tu as l’impression qu’il chante seulement pour toi. Il en va de même avec sa musique qui suit des courbes familières. Tu as l’impression de la connaître avant de l’écouter.C’est un compositeur incroyablement doué.

Michael Head
Michael Head (© Renaud Monfourny)

L’enregistrement a été facile ?

Helen Caddick : L’enregistrement c’est fait d’une traite si je me souviens bien. Mark Coyle est également un producteur incroyablement talentueux. J’ai entendu un mix qu’il a fait de Something Like You avec seulement la voix de Mick et la guitare de John qui est sublime (presque liquide comme, avec une atmosphère électrique). C’est tout simplement incroyable. J’aimerais entendre cela encore une fois.

Quelle est ta chanson préférée ?

Helen Caddick : Indubitablement, Something Like You.

Il y a mes paroles préféréés : « I believe in you… Forever ». C’est juste beau. Il reste avec toi longtemps après que les notes aient disparu dans l’air.

Michael Head & The Strands – Somethin’ Like You (Single Version)

Comment avez-vous trouvé le son de cet album ?

Helen Caddick : Je l’aime, il est très spécial. Mark avait quelques idées d’expérimentation en ce qui concerne les cordes. Il voulait voir si elles pouvaient ressembler à une squeeze box. J’aime l’idée d’essayer de nouvelles choses et de trouver de nouveaux sons. Cela donne des résultats intéressants.

Quelles ont été les difficultés liées à l’enregistrement de ce disque ?

Helen Caddick : De mon côté, au moins, il n’y a pas eu de difficultés dans l’enregistrement : les cordes ont bien fonctionné et Mark a capturé les résultats. Je ne suis pas du tout surprise que cet album ait résisté à l’épreuve du temps. C’est un bel album

Michael Head And The Strand - The Magical World of The Strands

Michael Head & The Strands - The Magical World of the Strands

Tracklist : Michael Head And The Strands - The Magical World of the Strands
  1. Queen Matilda
  2. Something Like You
  3. And Luna
  4. X Hits the Spot
  5. The Prize
  6. Undecided (Reprise)
  7. Glynys and Jaqui
  8. It's Harvest Time
  9. Loaded Man
  10. Hocken's Hey
  11. Fontilan
  12. Green Velvet Jacket - Michael Head
  13. Queen Matilda

The Magical World of the Strands est publié par le label Megaphone.

Retrouvez toutes les informations concernant Helen Caddick sur son site Internet.
Michael Head and The Red Elastic Band publieront en 2017 l’album Adios Senor Pussycat via Violette Records.

Retrouvez les articles liés à Shack et aux Pale Fountains :

English text

How did you meet Mick Head? Why did you do the arrangements of his album? How were you recruited/engaged ?

I met Mick through Mark Coyle who I had worked with before when we’d worked with Coast– he said he was working on an album with Mick and thought there were some tracks that would work well with strings and asked if I would have a listen to see what I thought. Mark gave me several tracks to work on so I listened to see which more readily lent themselves to strings, sketched out some ideas and built up arrangements. I then met Mick at Mark’s house. I remember he was really late – didn’t turn up until the evening but once we started working, things just fell into place. I immediately hit it off with him – he loved my ideas and we worked though the night til about 5am, so I could make sure Mick was happy with all the arrangements and any additional harmonies.

What are your best memories of this recording process?

The night time session with Mick when we first met was pretty special – it felt as if time was suspended. I absolutely love Mick’s voice – he has a quality in his singing that feels timeless, as if he were a time travelling troubadour whispering into your ear, singing only to you. His music also seems to trace familiar lines, as if you somehow knew them before – he is an incredibly gifted songwriter.

How easy was the recording process ?

The recording process was pretty seamless as far as I can remember. Mark Coyle is also an incredibly talented producer. I heard a mix he did of ‘Something Like You’ with just Mick’s voice and John’s guitar that was sublime – almost liquid like, with an electric atmosphere – just amazing. I’d love to hear that again one day.

What’s your favourite song of this album ?

Without question – it is ‘Something Like You’ – it has one of my favourite lyric lines ever – “I believe in you…forever” – just beautiful – it stays with you, long after the notes of the track have died in the air.

How did you find the sound of this album?

I like it – it’s very special. Mark had some ideas of experimenting with the strings to see if they could sound more like a squeeze box – I like the idea of trying out new ideas, finding new sounds – it makes for interesting results.

What were the difficulties of this recording process?

For my part at least, there were no difficulties in the recording – the strings worked well and Mark captured the results. I am not in the least surprised that this album has stood the test of time – it is beautiful.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Michael Head and The Strands

Double coup de Head au mois de juin

Michael Head (crédit photo : Julien Bourgeois) En 1997, le monde du rock anglais tourne autour de deux astres : Oasis et Radiohead. Les premiers vivent les derniers mois de gaudriole, les seconds viennent de frapper très fort avec OK Computer. Quant à Michael Head, étoile filante de la comète Liverpool, il est toujours bloqué…

Plus dans Interviews

Karine Daviet

Karine Daviet en toute indépendance

Karine Daviet est lyonnaise et vient de sortir un premier EP, L’indépendance, recueil de six titres en français à la fois doux et âpres avec des arrangements soignés mêlant guitare acoustique, théorbe, clavecin, viole de gambe, flûtes à bec et sons électroniques. Assez logique quand on écoute sa playlist commentée ci-dessous après un questionnaire façon…
Moli © Celeste Call

5 questions à … Moli

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moli , jeune belge de 21 ans qui pourrait suivre la trace de Mademoiselle Van Laeken. Installée à Berlin où elle…
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…