Catastrophe – La Nuit Est Encore Jeune

Catastrophe - La Nuit Est Encore Jeune
Louis 26/01/2018

Groupe à géométrie variable, Catastrophe vient de sortir un disque qui mérite une note invariable. Celle de 10/10 si vous êtes chez Pitchfork, cinq étoiles si vous êtes chez Rock’N’Folk ou 5 clefs si vous lisez Télérama.

Avec La nuit est encore jeune, Catastrophe dynamite le paysage musical français. Sous la houlette de Bertrand Burgalat, ce collectif fait se rencontrer la précision de Steely Dan et les idéaux de Mai 68. Renversant.

Parfois il faut mieux ne rien dire et laisser parler les artistes. Surtout quand ils disent de belles choses. Les réponses d’Arthur Navellou, de Pierre Jouan, de Pablo Brunaud et de Blandine Rinkel valent toutes les chroniques.

Lisa Balavoine, dans son premier roman écrit : « Enfant, je n’avais pas envisagé de devenir une personne normale ». Et vous, avez-vous envisagé d’être un groupe normal ?

Catastrophe : Pas vraiment puisque dès le départ, on avait envie de réaliser des idées qui nous font se dresser les poils sur les bras, qui déclenchent des rires immédiats — qui nous surprennent. Catastrophe n’a jamais été un projet strictement musical ou littéraire ou scénique. Nous avons écrit un livre, fait de la radio, des fêtes, du théâtre. En 2015 à l’Amour, un ancien squat de Bagnolet où tout à commencé, on proposait un cabaret avec des inventions scientifiques, des chansons d’opéra et de l’électro. Ca nous excitait de tenter ça. Depuis, on a clarifié beaucoup de choses, mais Catastrophe ne sera sans doute jamais un « groupe normal » car il y a au coeur de ce que nous faisons l’envie de ne pas répéter ce qui a déjà été fait. De jouer dans des lieux étonnants, des forêts, des musées, des zones industrielles. On essaye de suivre, tant bien que mal, l’idée que tout pourrait être autrement. Pour autant, le bizarre pour le bizarre ne nous intéresse pas, on aimerait être le plus simple possible, le plus immédiat, sans se complaire dans l’étrange.

D’ailleurs vous ne vous présentez pas comme un groupe mais plutôt comme un mouvement ? Pourquoi ?

Le mot groupe n’est pas si mal ! Mais pas tout à fait exact. Mouvement, le mot est sans doute trop fort, mais c’est vrai que nous n’en avons pas trouvé d’autres qui désignerait ce que nous essayons d’être : un ensemble de personnes partageant un même humour, un même goût des rencontres improbables, qui se rassemblent ponctuellement pour parler et faire des choses, rire, penser et danser.

Vous êtes en ce moment à Munich pour une station d’essai et d’erreur. Comment vous êtes vous retrouvés en Bavière ? Et qu’est-ce que cette station ?

Nous y serons à partir du 28 janvier, et jusqu’au 22 février. Nous avons été contacté il y a quelques mois maintenant par le Kammerspiele de Münich qui invite plusieurs compagnies de divers pays (Cote d’Ivoire, Mexique, Allemagne…) pour penser quelque chose autour de Mai 68. Comment raviver l’énergie de cette époque, en faire quelque chose, autrement, aujourd’hui ? Nous allons donc côtoyer des danseurs ivoiriens et des féministes berlinoises tous les soirs trois fois par semaine. En parallèle nous allons donc aussi créer cet atelier éphémère de l’imaginaire qui vise à réaliser concrètement les choses qui n’existent pas encore. Il est possible de nous envoyer vos idées à cette adresse : lacatastrophe.fr.

Votre disque fait partie d’un tout qui sert cette phrase de Robert Musil : « C’est pourquoi il serait original d’essayer de se comporter non pas comme un homme défini dans un monde défini où il n’y a plus, pourrait-on dire, qu’un ou deux boutons à déplacer (ce qu’on appelle l’évolution), mais, dès le commencement, comme un homme né pour le changement dans un monde créé pour changer. » Pouvez-me définir ce tout ? L’œuvre de Catastrophe ne se cantonne pas à un disque

En effet, comme dit plus haut nous essayons, avec Catastrophe, de « créer des moments » en utilisant plusieurs matériaux : le texte, la musique, l’image, la rue, les événements. Ce qui nous intéresse c’est de sentir qu’on prend des risques et que les lignes tremblent un peu. Les lignes de démarcation entre la musique et la littérature par exemple, entre le concert pur et une espèce d’agora, où l’on se confie autant que l’on écoute. Les messages qu’on reçoit, en ce sens, nous touchent beaucoup. Depuis le départ, on envisage Catastrophe comme un espace de rencontres possibles. Et comme un lieu de possible changement grâce à ces rencontres (bouleversement, c’est le sens étymologique du mot Catastrophe) ; croquer dans un piment rouge ou se raser les cheveux peuvent être les départs d’une représentation. Mais aussi, plus simplement, prononcer une phrase qu’on osait dire à personne jusqu’à là. Quitte à risquer le ridicule, on essaye d’employer la scène à se transformer. Pas juste « déplacer un ou deux boutons » mais essayer, tant bien que mal, parfois maladroitement, de changer.

La nuit est encore jeune… Pourquoi avoir choisi ce titre ?

C’est un ami qui a dit cette phrase dans un escalier, au milieu d’une nuit de réveillon. On l’a tout de suite saisie au vol parce qu’elle nous a d’abord semblé belle. Puis on s’est rendu qu’elle recelait un tas de sens possibles, comme des petites lucioles qui tournent autour d’une ampoule. Notre disque raconte la traversée d’une nuit, une morceau pour chaque heure de la nuit. Elle est aussi importante pour nous sur un plan symbolique comme politique ou sentimental, parce qu’elle est cet espace de liberté où les lois s’appliquent un peu moins, sont plus troubles, où l’on sent combien tout pourrait être autrement. Et à 4h du matin, déambulant dans la rue, on se chuchote les choses qu’on ne dirait jamais le jour.

En parlant de la nuit… Vous l’avez enregistré le jour ou la nuit ce disque ?

Il a été composé lors des nuits blanches de Pierre, retravaillé dans les nuits fluorescentes d’Alois, écrit plutôt à l’aube par Arthur ou Blandine, mais c’est surtout un disque qu’on expérimente la nuit, et tous nos concerts ou performances sont les lieux de rencontres inédites. Des rendez-vous nocturnes. Et c’est pour eux sans doute, qu’on fait tout ça.

Catastrophe - La Nuit Est Encore Jeune

La nuit est encore jeune de Catastrophe est disponible chez Tricatel.
Catastrophe sera en concert dans toute la France les mois prochains et notamment le 10 mars au Festival du livre – « Imaginer Maintenant » de Bron près de Lyon et le 2 mai 2018 à La Lune des Pirates (Amiens).

Catastrophe - La Nuit Est Encore Jeune

Tracklist : Catastrophe - La Nuit Est Encore Jeune
  1. La nuit incompréhensible
  2. Perspectives
  3. Occhiolism (n.m.)
  4. L’innocence
  5. L’amour tout nu
  6. Be Bop Record
  7. M.M.W.E
  8. Infiniment
  9. Virtual Experience
  10. Station-service
  11. À cet instant
  12. Vertigo
  13. Phoenix (Il y aura un matin)
  14. N’éteignez pas la lumière

Plus d’informations sur Catastrophe : lacatastrophe.fr

Les prochains concerts de Catastrophe en France

DateSalleVilleTickets
26 Sep 2019Festival Les CorrespondancesManosque 
28 Sep 2019Le Grand MixTourcoing CedexAcheter un Ticket
03 Oct 2019Connexion LiveToulouse 
12 Oct 2019L'EMBSannoisAcheter un Ticket
18 Oct 2019Parc De La Pepiniere - ChapiteauNancyAcheter un Ticket
25 Oct 2019La Maroquinerie - Gonzaï Party !ParisAcheter un Ticket
26 Oct 2019MinotaureVendômeAcheter un Ticket
05 Nov 2019Centre CulturelRiorges 
Dates de concerts fournies par Bandsintown
Catastrophe – La Nuit Est Encore Jeune
5.0
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Ilgen-Nur - Power Nap

Ilgen-Nur – Power Nap

Originaire d’Hambourg, Ilgen-Nur a 21 ans et vient d’écrire 10 belles chansons qui devraient faire plaisir à tous nostalgiques des 90’s et les fervents défenseurs d’une idée du rock.

Liam Gallagher - Why Me Why Not

Liam Gallagher – Why Me ? Why Not

Après le succès (inattendu) de son premier disque solo (As You Were – 2017), Liam Gallagher remet le couvert, gonflé à bloc, avec Why Me ? Why Not.

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.

L'épée -Diabolique

L’Épée – Diabolique

The Limiñanas font des disques formidables. Emmanuelle Seigner fait des disques formidables. Anton Newcombe fait des disques formidables. Diabolique de L’Épée est donc un disque formidable.

Blueboy – If Wishes Were Horses

Publié en 1992, If Wishes Were Horses des Blueboy était devenu un disque qui coûtait une blinde sur le marché de l’occasion. Il ressort aujourd’hui à un prix tout à fait abordable grâce au label australien A Colourful Storm.

The Slow Show - Lust and Learn

The Slow Show – Lust and Learn

Avec ce troisième album, les Mancuniens The Slow Show réalisent un joli coup voire un coup de maître. Lust and Learn est peut-être le meilleur disque de cette rentrée. Et ce n’était pas gagné…

LIFE - A Picture of Good Health

LIFE – A Picture Of Good Health

Passés inaperçus avec un premier album (Popular Music – 2017), LIFE remet le couvert cette année et devrait se faire une place au soleil avec leur nouveau bébé. A Picture Of Good Health gueule, braille et est tout sauf sage. Et on ne peut s’empêcher de l’aimer.

Ride - This Is Not A Safe Place

Ride – This Is Not A Safe Place

On reprend les mêmes et on recommence. Ride a décidé de refaire équipe avec Erol Alkan, le producteur de Weather Diaries (2017). On reprend les mêmes et surtout on recommence avec un très bon disque. This Is Not A Safe Place réussit là où son prédécesseur échouait et surtout nous fait diablement plaisir.

Clairo - Immunity

Clairo – Immunity

Âgée de 20 ans, Clairo s’apprête à sortir son premier album, Immunity. Et comme dans Koh-Lanta, elle devrait être intouchable avec ce totem de l’immunité.

Mark Mulcahy - The Gus

Mark Mulcahy – The Gus

Mark Mulcahy est de retour cet été avec The Gus son sixième album solo. Mulcahy quitte les paysages de l’Amérique des ombres qu’il côtoyait sur son précédent disque, The Possum in the Driveway et débarque dans une librairie pour écrire des chansons inspirées par George Saunders. Le résultat est flamboyant.

Silver Jews - Purple Mountains

Purple Mountains – Purple Mountains

Il y a des disques auxquels on ne croyait plus. Celui des Purple Mountains est de cette trempe. David Berman, qui avait tiré le rideau des Silver Jews en 2008 revient avec un nouveau nom, des nouveaux musiciens et toujours les mêmes états d’âme. Et c’est foutrement jouissif.

Nev Cottee - River's Edge

Nev Cottee – River’s Edge

Révélé au « grand public » et surtout à la critique en 2017 grâce à Broken Flowers, son deuxième album, Nev Cottee revient avec River’s Edge. Les dix chansons de ce nouvel album reprennent plus ou moins la même formule magique que son prédécesseur et nous envoie dans les confins de la discographie de Scott Walker.

Noel Gallagher's High Flying Birds - Black Star Dancing

Noel Gallagher’s High Flying Birds – Black Star Dancing EP

Dans la vie, il faut aimer autant son Papa que sa Maman. Dans la vie d’un fan d’Oasis, il en va de même avec les frères Gallagher : il faut aimer autant Liam que Noel. Depuis le divorce de 2009, les rôles ont été rapidement redéfinis : Liam sera le gardien du temple, quant à…

J.E. Sunde - J.E. Sunde

J.E. Sunde – J.E. Sunde

J.E. Sunde publie sur le label Vietnam un disque qui devrait faire pleurer de joie les fans de Sufjan Stevens et ravir les amoureux de Still Crazy After All These Years.

Ian Broudie – Tales Told

En 2004, Ian Broudie laisse The Lightning Seeds au repos et décide d’enregistrer un disque solo avec la jeune garde de Liverpool. L’idée fut évidemment géniale car Tales Told est son plus beau disque.

Primal Scream - Maximum RockNRoll

Primal Scream – Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles

Après avoir publié le passionnant Give Out But Don’t Give Up (The Original Memphis Recordings) en 2018, Primal Scream (ou plutôt Sony) sort un double best-of dénué de tout intérêt. Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles, maximale arnaque.

Sebadoh - Act Surprised

Sebadoh – Act Surprised

Fire Records (pour le continent européen) continue de faire rêver les amoureux des années 90 en publiant le neuvième disque des Sebadoh. Après les Lemonheads et The Chills, Lou Barlow et son groupe enchantent tout le monde avec un disque impeccable.

DYGL – Songs of Innocence & Experience

Les Japonais de DYGL nous avaient impressionné en 2017 avec un premier album très efficace, Say Goodbye to Memory Den et avait calmé la concurrence avec leur prestation scénique au TINALS 2018. Et en 2019 ? Ils décident de confirmer tout le bien que l’on pense d’eux avec Songs of Innocence & Experience, un deuxième…