L’instant karma d’Okkervil River

Okkervil River © Louis Teyssedou
Louis - 25/04/2018

On se posait pas mal de questions quant au devenir de Will Sheff depuis la parution d’Away, le huitième album d’Okkervil River (2016). Comment donner une suite à un tel disque ? Comment se relever après avoir écrit le plus beau disque triste de ces dix dernières années ?


Comme pour beaucoup d’artistes, la réponse est venue de Washington avec l’élection de Donald Trump. Véritable déflagration politique, la victoire du milliardaire américain a provoqué un tsunami dans les rangs des artistes de son pays. Pour Okkervil River, la conséquence est simple et double : Will Sheff vient de sortir l’un de ses meilleurs albums et un concurrent sérieux au titre de disque de l’année.

On a découvert Okkervil River au début des années 2000. Cachée par l’ombre de Jason Molina et les disques de Palace Music, la musique de Will Sheff impressionnait déjà. Originaire d’Austin, bastion gauchiste entouré de cow-boys texans, Sheff maîtrisait dès le départ tous les codes du folk et a déjoué tous les pièges du genre. A l’aube des années 2010, après avoir fait chanter Roky Erickson le temps d’un disque (True Love Cast Out All Evil), Sheff a passé la vitesse supérieure en braconnant sur les terrains de jeux réservés d’habitude aux fans de pop et rock.

En 2018, Okkervil River publie donc In The Rainbow Rain, un disque à la confluence entre l’Amérique et l’Angleterre, entre les grandes plaines septentrionales du Texas et les clubs du SXSW et qui fait se rencontrer The Incredible String Band et Electric Light Orchestra. Sans s’en rendre compte, Sheff vient de sortir le disque qu’Arcade Fire est incapable de fabriquer.

Que signifie le titre de ce nouvel album ?

Will Sheff : C’est marrant, tu es la deuxième personne à me demander ça. Cela doit être une question typiquement française. Je crois que je préfère l’évocation des titres que leur signification. Et j’aime ce que ces mots Rainbow Rain évoquent… Je pourrais parler de leur signification, mais je crois que cela serait réducteur, et cela desservirait le disque et celui qui l’écoute.

Okkervil River – Don’t Move Back To LA

Quand l’as tu enregistré ?

J’ai commencé à l’enregistrer début 2016, euh en fait, non, fin 2016. La première session a commencé à peu près 2 semaines après les élections américaines, puis les autres ont eu lieu début 2017.

Ce fut un enregistrement facile ?

C’était facile. Enfin, c’est difficile de dire facile ou difficile… Ça peut l’être de plein de façons. Par exemple, ce n’était pas difficile à jouer, pour moi ou pour les musiciens car ils sont géniaux. Comme c’était sympa et drôle, ce ne fut pas très difficile émotionnellement parlant.
Parfois, ça peut être dur parce que tu cherches à obtenir quelque chose de précis et que tu n’y arrives pas. Cela est arrivé avec quelques chansons, qui ne marchaient pas correctement mais qui ne figurent pas sur l’album.

Quel est meilleur souvenir lié à l’enregistrement de cet album ?

L’enregistrement de la chanson Human Beings est un très bon souvenir en soit. Une grosse partie de ce disque a été enregistrée live avec les musiciens, et dans ce contexte, tu sens tout simplement que tu fais de la musique. Tu n’as pas besoin d’aller chercher plus loin…
Human Beings et son enregistrement ont été formidables dès le départ. Tu sais, Will Graefe, notre guitariste, fait un solo de basse sur cette chanson, c’est assez rare… Et c’est magnifique.

Comment as-tu écrit ce disque ? Les chansons sont très étonnantes pour du Okkervil River…

C’est une question très intéressante… En fait, ces chansons ont été très faciles à écrire, parce qu’il régnait un truc assez dégoûtant aux Etats-Unis, qui a augmenté, augmenté puis s’est brisé comme une vague. C’était assez horrifiant.
J’ai ressenti une espèce d’urgence et je n’ai pas donc eu besoin de faire beaucoup d’efforts pour ressentir quelque chose à propos de la vie. Ça a en quelque sorte clarifié pour moi la façon dont je vois les choses. C’est pourquoi les chansons ont été rapides à écrire. Parfois, pour une chanson, je fais des brouillons, des brouillons, et des brouillons, mais ce n’est pas difficile pour autant, c’est juste du temps. Une autre fois, je me retrouve avec 30 couplets pour une chanson. Mais c’était relativement facile, et j’étais à un moment de mon écriture auquel c’était assez confortable pour moi d’être créatif, et je savais que mon groupe réussirait à faire tout ce que j’avais envie d’essayer.

Okkervil River (2)

Quelle est l’histoire de The dream and the light ?

Elle est arrivée juste après les élections américaines. Nous donnions un concert à Bruxelles et nous avons parlé avec les gens du public.
Je crois que les américains n’imaginaient pas que les élections aboutiraient à ça, et le matin où c’est arrivé, tu vois, c’était un peu comme de se retrouver jetés dehors nus dans le froid. Tout le monde aux Etats-Unis était choqué, traumatisé, pleurait, et je me baladais, je cherchais un petit déjeuner, et partout où j’allais, je rencontrais des Belges qui étaient super tristes pour moi. Après ça, on a pris la route pour aller en Angleterre poursuivre la tournée. D’habitude, les douaniers sont casse-pied avec les musiciens, et ce jour-là, ils étaient vraiment très gentils, et on a parlé ouvertement des élections… Je n’étais pas sûr de leur position politique, mais ils étaient empathiques, et l’un d’eux était un de ces magnifiques mâles alpha, et je ne l’aimais pas trop, et à côté de lui, il y avait un gars plus calme et un peu plus costaud. Pendant qu’il me contrôlait, nous avons discuté. Il m’a dit qu’il avait travaillé au Mur de Berlin. Je ne sais pas pourquoi il m’a parlé de ça il y avait peut-être un malentendu, mais il me disait grosso modo que les gens qui voulaient passer de l’autre coté du Mur le pouvaient, et qu’eux avaient le choix entre soit laisser passer soit ou utiliser la force contre eux. Ils avaient décidé de les laisser passer car ils n’avaient reçu aucun ordre de leurs chefs. Il disait « Pourtant on avait nos armes, on était prêts ». Et ce moment-là, il m’a semblé être l’exact opposé de ce qu’il s’était passé aux élections avec ces quelques personnes qui ont décidé de faire le bon choix.
C’était très émouvant pour moi, j’étais presque sidéré et j’ai commencé à pleurer, et ça a immédiatement créé un truc entre ce gars et moi, parce que j’ai senti qu’il était un peu bouleversé par ça. Juste après ce moment, je suis retourné aux Etats-Unis. Le père d’une amie venait de succomber après un long combat contre le cancer… Nous sommes allés y faire un break car mon amie y avait loué une maison. Palm Springs est le lieu d’escapade des célébrités d’Hollywood, et on était à côté de la maison de Frank Sinatra. J’ai écrit cette chanson à l’ombre des palmiers de Frank Sinatra.

Top 4

1) Quel est ton artiste français préféré ?

Euh… Attends… Laisse moi réfléchir encore 30 secondes… J’ai envie de dire Godard. J’étais dingue de ses films quand j’étais au lycée.

2) Paris ou Londres?

Je suis vraiment désolé… Mais je vais répondre Londres.

3) Ton Album préféré de Robin Williamson?

A Glint at the Kindling m’a beaucoup influencé, qui a été très important pour moi. Mais Songs of Love and Parting est mon favori. Les mélodies sont incroyables.

4) Le meilleur endroit pour faire un concert sur terre ?

Une église je pense… J’aime les bars, les églises et jouer en plein air… Tant qu’il y a des êtres humains pour m’écouter.

Okkervil River – Pulled Up The Ribbon

In The Rainbow Rain d’Okkervil River sera disponible le 27 avril 2018 chez ATO Records et PIAS.
Okkervil River sera en concert le 1er octobre 2018 au Point Éphémère (Paris).

Okkervil River - In the Rainbow Rain

Tracklist : Okkervil River - In the Rainbow Rain
  1. Famous Tracheotomies
  2. The Dream And The Light
  3. Love Somebody
  4. Family Song
  5. Pulled Up The Ribbon
  6. Don't Move Back To LA
  7. Shelter Song
  8. How It Is
  9. External Actor
  10. Human Being Song

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Interviews

À mon W. Hamon

Dans le Hamon tout est bon écrivait il y a quelques mois le collègue Guimauve. Son disque, Soleil, Soleil Bleu, se bonifie comme un Chablis Grand Cru et prend une jolie patine au fil des écoutes.

Octave_Noire_presse2019_credit_Fabien_Tijou_2

5 questions à … Octave Noire

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour d’Octave Noire qui de retour de Los Angeles s’apprête à sortir une nouvelle galette, non un monolithe pop le 14 février 2020…

Mélodie Lauret © Sarah Balhadere

5 questions à … Mélodie Lauret

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Mélodie Lauret, jeune artiste de 19 ans sur qui on mise une pièce sans trop de risques tant son naturel et…

Yannick-Owen

5 questions à … Yannick Owen

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Yannick Owen, jeune artiste lyonnais fervent adepte de la six cordes et des mélodies ouvragées. Mais quand en plus on aime…

Le Punk voit la vie en rose !

Punk is not dead, Lexique franco-punk est un ouvrage collectif dirigé par Luc Robène et Solveig Serre qui regroupe 178 entrées/définitions élaborées par 50 contributeurs du monde universitaire et de la scène punk.

[1989 – 2019] Rire (et chanter) avec les Mighty Lemon Drops

En 1989, les Mighty Lemon Drops sont à la croisée des chemins. En 1988, World Without End a fait une percée conséquente dans les charts anglais et américains. Originaires de Wolverhampton, les hommes en noir avaient ce qu’il fallait pour faire la nique à Manchester et Liverpool.

Miossec

Miossec – Discuter

10 avril 1995. Il y a bientôt 25 ans, celui qui est tombé nez à nez avec Non non non non (je ne suis plus saoul) a toujours Le Cul par Terre. Miossec s’en est relevé. En 2019, le Brestois a sorti onze albums et est toujours aussi passionnant sur disque comme sur scène.

Photo Presse - Leon Newars

[EXCLU] 5 questions à … Leon Newars

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Leon Newars , anagramme de New-Orleans, ce qui veut tout dire de la nature du projet du Bordelais Vincent Pollet-Villard et…

L’art d’être Camilla Sparksss

Échappée de Peter Kernel, Barbara Lehnhoff aka Camilla Sparksss a publié cette année Brutal, suite sans concession de For You The Wild (2014).

Bandit Bandit

5 questions à … Bandit Bandit

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Bandit Bandit qui a déjà fait du chemin avec un premier EP et quelques concerts crasseux et torrides. Leur playlist est…

Juan Wauters

5 questions à … Juan Wauters

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Juan Wauters en provenance de Montevideo, Uruguay mais citoyen de la République libre de Jackson Heights, NY, quartier cosmopolite par excellence…

Les photographies sonores de Delphine Ghosarossian

Delphine Ghosarossian réunit ses beaux clichés dans un livre élégant et conséquent. Faces of Sound réunit les bouilles de Thurston Moore (Sonic Youth) ou d’Irak Kaplan (Yo La Tengo) de Brett Anderson (Suede). Et en plus de photographier Sir Brett, Ghosarossian fait parler Bernard Butler (et d’autres) sur leur relation à leur image et au…

© Clara Ozem

[EXCLU] 5 questions à … Johnnie Carwash

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Johnnie Carwash dont le nom réveille nos sens et nos tuyaux d’arrosage. Normal, leur mère est punk et vivante ! Le…

Jim Jones

Jim Jones toujours au top !

Jim Jones avait fait exploser la maison avec son premier groupe, The Jim Jones Revue. Et alors qu’on ne s’était pas tout à fait remis de Burning Your House Down, Jim Jones a mis au placard sa Revue et est revenu encore plus fort avec Jim Jones And The Righteous Mind. Jim Jones, Gavin Jay,…

The Fat Badgers © Bartosch Salmanski

5 questions à … The Fat Badgers

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de The Fat Badgers, le groupe qui fait danser l’Alsace et bientôt le monde avec leur premier album Soul Train le 29…

Paul Et Mickey - Mortel

5 questions à … Paul Et Mickey

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. On connaissait Paul & Nany, Paul une Tourtel, faire pleurer paupaul, ou Gainsbourg qui avait un « mickey maousse, un gourdin dans sa housse et quand…

Crime & The City Solution

[1989 – 2019] Crime And The City Solution à bride abattue

Formés en 1977 par l’Australien Simon Bonney, Crime & The City Solution fut un groupe qui inventa des nouveaux mondes sonores grâce au soutien indéfectible par Mute Records. En 1989, le groupe poursuivit sa période berlinoise entamée un an plus tôt avec Shine et publia The Bride Ship. Adulés par Wim Wenders (qui les avait…

Stan Mathis

5 questions à … Stan Mathis

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Stan Mathis à découvrir de l’intérieur avec une playlist punchy et un nouvel album, Plexus solaire. Il sera en concert avec…

Robi

C’est dire le bonheur de revoir Robi

On ne meurt plus d’amour dit la chanson de Robi… Nous, on pourrait bien mourir d’amour pour ses chansons. On est même volontaire. Après cinq ans d’absence (qui ne sont pas synonymes d’inactivité), Robi fait son retour avec un disque pénétrant qui vous transperce et vous sublime. Comme les dernières chansons de Vincent Delerm, les…

La tornade Oiseaux-Tempête

A peine un an après la sortie du splendide طرب TARAB, Oiseaux-Tempête revient avec From Somewhere Invisible, un disque auquel participe Radwan Ghazi Moumneh (Jerusalem In My Heart), Jessica Moss de (Thee Silver Mt. Zion), Mondkopf, Jean-Michel Pirès ou encore G.W. Sok. Un disque hors-normes pour un groupe qui est hors-normes.

A ne pas rater dans Interviews !