Findlay Brown – Not Everything Beautiful Is Good

Findlay Brown est donc de retour via Nettwerk avec un quatrième album. Totalement insaisissable, l'anglais est le roi de la disparition au point que ses précédents labels ont tous jeté l'éponge après avoir multiplié les 'Alerte Enlèvements'.


Signé au départ chez Peacefrog Records, Findlay Brown a réussi les exploits suivants : de ne pas avoir de succès avec son premier album qui regorge pourtant de tubes, de faire produire son deuxième album par Bernard Butler et de ne pas sortir son troisième disque, Slow Light qui contenait pourtant la meilleure chanson de 2015, Ride Into The Sun. On tient donc ici un champion hors catégorie. Ce nouvel album, publié par le très puissant et le très canadien Nettwerk est donc un vrai miracle.

Findlay Brown – Call It What You Want

Comme sur ses précédents disques, Findlay Brown rend une copie impeccable. Toujours obsédé par la pop des sixties, il a écrit encore de magnifiques ballades qui feront verser une larmichette aux fans des Pale Fountains. Produit Tor Bach Kristensen et arrangé par Bo Rande, ce Not Everythin Beautiful Is Good vaut qu’on s’y penche immédiatement. Et bonne nouvelle : Brown a annoncé quelques concerts aux Etats-Unis… Avant de disparaître de nouveau ?

Findlay Brown - Not Everything Beautiful Is Good

Not Everything Beautiful Is Good de Findlay Brown est disponible chez Nettwerk.

Findlay Brown - Not Everything Beautiful Is Good

Tracklist : Findlay Brown - Not Everything Beautiful Is Good
  1. Call It What You Want
  2. Feet to the Flame
  3. Home
  4. Not Everything Beautiful Is Good
  5. Sound in the Distance
  6. In Search of the Golden Flower
  7. Only What Is Real
  8. Feathers from the Fray
  9. Seven Hours
  10. We Go out into the Light
  11. When the Lights Go Out
  12. The Morning Waits for Us

Findlay Brown – Not Everything Beautiful Is Good
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Grandblanc-pilulebleue

Vidéo : Grand Blanc – Pilule Bleue

On ignore ce que contient cette pilule bleue, mais elle provoque des hallucinations. Mad – Camille – Max joue de la harpe et un robot bringuebalant l’accompagne à la recherche d’un lieu secret.
Themagiclantern-noonesfault

Non coupable

De l’étreinte musicale. Avec une économie de mots et une douceur infinie, The Magic Lantern éclaire notre nuit sentimentale.
Black Lilys @ Club Transbo, Lyon | 24.11.2022 © Stéphane THABOURET

Photos : Black Lilys @ Club Transbo, Lyon | 24.11.2022

Les Black Lilys ont rugi de plaisir de retour sur leurs terres lyonnaises après des concerts à Londres ou à Budapest. Ils viennent de sortir leur deuxième album, New Era sur le label La Ruche et Stéphane Thabouret était présent pour saisir les soubresauts de Störm ou la caresse de Gymnopédie.

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.