Over the Brainbow. Alors que l’on va fêter les cinquante ans du trip halluciné de Stanley Kubrick, 2001 l’odyssée de l’espace avec une ressortie en salle le 18 mai, le quintette lyonnais Brainbow place sur orbite son premier album concept qui met en scène Nils, un être venu d’ailleurs en exil cosmique.

L’entrée en matière est vigoureuse, une poussée sonique digne du faucon millenium enclenchant l’hyperespace, un space trip sans substances hallucinogènes. “Chaque région de l’espace, aussi petite soit-elle, en descendant jusqu’au simple photon, contient la configuration de l’ensemble” affirme Grichka Bogdanov. So long répond Brainbow avec une rythmique, une guitare, un falsetto à la Prince. On voyage en limousine jusqu’au bout de la nuit sur une basse groovy et un mélange de français et d’anglais. L’ascension est progressive pour atteindre les sommets, la contagion est totale mais le romantisme n’est jamais très loin quand point la nuit éternelle. Brainbow aurait-il découvert la porte des étoiles ? Retrouvé la monolithe noir source de connaissance et d’intelligence infinie qui ouvre sur un monde incertain ? Peut-être et Brainbow nous en fait voir sans conteste de toutes les couleurs.

Brainbow – Gold Rush

Brainbow - Brainbow

Brainbow - Brainbow

Tracklist : Brainbow - Brainbow
  1. Space Trip
  2. Gold Rush
  3. So Long
  4. Limousine
  5. Nils
  6. Tellurisme
  7. Ascension
  8. Paper Rain
  9. Contagion
  10. Nuit Eternelle
  11. Cristale

Brainbow – Brainbow4.0
8/10
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Chants de Mars 2018

Les Chants de Mars 2018 !

Alors que l’on nous annonce une vague de froid polaire, SK* vous certifie un tsunami de chaleur humaine pour la douzième édition du festival Les Chants de Mars à Lyon du 17 au 24 mars.

Vidéo : Brainbow – Tellurime

Après nous avoir fait voyager en Limousine, Brainbow revient avec Tellurisme, un deuxième extrait de leur album à paraître chez Archipel le 6 avril.

Plus dans Chroniques d'albums

Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…
Régina Demina - Hystérie

Régina Demina – Hystérie

On voudrait voir la dame blanche, en short serré, talons aiguilles et joli décolleté, on se trouverait probablement au bon endroit. On souhaiterait voir la Belle et la Bête monter une barre de pole dance, ou Atchoum se maquiller en princesse, on le serait probablement encore aussi. Car Régina Demina est un enchevêtrement de peut-être,…