Over the Brainbow. Alors que l’on va fêter les cinquante ans du trip halluciné de Stanley Kubrick, 2001 l’odyssée de l’espace avec une ressortie en salle le 18 mai, le quintette lyonnais Brainbow place sur orbite son premier album concept qui met en scène Nils, un être venu d’ailleurs en exil cosmique.

L’entrée en matière est vigoureuse, une poussée sonique digne du faucon millenium enclenchant l’hyperespace, un space trip sans substances hallucinogènes. “Chaque région de l’espace, aussi petite soit-elle, en descendant jusqu’au simple photon, contient la configuration de l’ensemble” affirme Grichka Bogdanov. So long répond Brainbow avec une rythmique, une guitare, un falsetto à la Prince. On voyage en limousine jusqu’au bout de la nuit sur une basse groovy et un mélange de français et d’anglais. L’ascension est progressive pour atteindre les sommets, la contagion est totale mais le romantisme n’est jamais très loin quand point la nuit éternelle. Brainbow aurait-il découvert la porte des étoiles ? Retrouvé la monolithe noir source de connaissance et d’intelligence infinie qui ouvre sur un monde incertain ? Peut-être et Brainbow nous en fait voir sans conteste de toutes les couleurs.

Brainbow – Gold Rush

Brainbow - Brainbow

Brainbow - Brainbow

Tracklist : Brainbow - Brainbow
  1. Space Trip
  2. Gold Rush
  3. So Long
  4. Limousine
  5. Nils
  6. Tellurisme
  7. Ascension
  8. Paper Rain
  9. Contagion
  10. Nuit Eternelle
  11. Cristale

Brainbow – Brainbow4.0
8/10
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Chants de Mars 2018

Les Chants de Mars 2018 !

Alors que l’on nous annonce une vague de froid polaire, SK* vous certifie un tsunami de chaleur humaine pour la douzième édition du festival Les Chants de Mars à Lyon du 17 au 24 mars.

Vidéo : Brainbow – Tellurime

Après nous avoir fait voyager en Limousine, Brainbow revient avec Tellurisme, un deuxième extrait de leur album à paraître chez Archipel le 6 avril.

Plus dans Chroniques d'albums

idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.