L’automne 2018 sera l’automne des duos sur SK*. Avant que Sub Pop ne mette dans les bacs une nouvelle édition de Keep Your Eyes Ahead de Helio Sequence, il est très fortement recommandé d’aller écouter le premier disque de Portier Dean. On y croisera Alex, la Pythie de Delphes et une kyrielle de personnages qui nous font un bien fou. Toujours intelligente, ne sombrant jamais dans la facilité, la musique de nos deux héros du jour (voire de l’année) nous redonne confiance. C’est donc deuxfFrançais qui ont réussi à faire se rencontrer les rimes taciturnes de Mark Kozelek et les pas de danse de Bernard Summer ? Bravo messieurs.

Comment se sent-on un mois avant la sortie de son premier disque ?

Gildas : très impatient et assez anxieux à la fois. Nous avons sorti deux EP avant, mais l’album est une sorte de passage symbolique. Nous y avons mis une grande part de nous-mêmes (ainsi qu’une partie de nos économies ah ah), et c’est difficile de savoir comment il sera accueilli.

Quelle est l’histoire de la chanson Pythia ?

Gwendal : Musicalement, ça part d’une improvisation pendant une répét’ : à la percu un rythme basique ; à la basse un motif un peu ample, posé. On a eu envie de dérouler cette idée le plus loin possible. Les paroles se prêtent à cette transe. Elles évoquent la Pythie, une prêtresse du temple d’Apollon à Delphes pendant l’antiquité grecque. Les puissants de toutes les cités venaient la voir pour lui poser des questions sur leur avenir et consulter ses oracles. Plongée dans une forme d’ivresse, elle répondait par des propos délirants et trompeurs qu’il s’agissait de décrypter. On trouvait ça d’actualité cette soif de connaître l’avenir, cette quête impossible, piégeuse.

Portier Dean - Pythia

3) Comment avez-vous rencontré Adrien Leprêtre ? Pourquoi l’avoir choisi comme producteur ?

Gildas : J’ai rencontré Adrien en 2010 ou 2011, à l’époque j’animais une émission hebdomadaire sur Radio Phénix à Caen et Adrien faisait un service civique à la technique. On a sympathisé assez rapidement, il m’a invité à des concerts dans son appartement, une fois nous avons même fait une émission en public et en direct dans son salon. A ce moment là il jouait déjà dans Concrete Knives, qui rencontrait un certain succès, puis il a commencé Samba de la Muerte, que j’ai suivi assidûment. C’est Adrien qui a enregistré le premier morceau de Portier Dean en 2012, puis il nous a suivis et conseillés de près ou de loin en fonction de ses activités, encouragés quand nous en avions besoin. Adrien m’a aussi régulièrement associé à l’écriture des paroles de morceaux pour Samba. Depuis 2017 Adrien et moi jouons dans le même groupe, El Ayacha (Adrien à la basse, moi à la batterie). Notre amitié s’est forgée autour de la musique, c’est le cœur de notre relation, mais avec le temps nous nous sommes rapprochés de plus en plus. J’ai énormément d’estime pour ses talents de musicien, sa polyvalence, sa rigueur dans le travail, j’apprécie beaucoup sa sensibilité humaine, dans laquelle je me reconnais. Quand je le vois en concert ou quand je joue avec lui sur la même scène, sa présence scénique m’impressionne toujours. J’ai confiance en lui, Gwendal aussi, et c’est donc naturellement à lui que nous avons pensé pour produire ce premier album.

Quel est le meilleur souvenir de cet enregistrement ?

Gildas : Avec Gwen nous avons fait beaucoup de démos dans sa maison à Darnétal, parfois jusqu’aux petites heures de la nuit. Une fois, alors que nous faisions des prises de voix pour le morceau Emma, je commençais littéralement à m’endormir debout, j’étais épuisé, alors que sur les refrains j’étais censé envoyer assez fort. Gwen m’a secoué, poussé à bout, et j’ai chanté, presque crié pour terminer ces prises avant de tomber de sommeil. Ces prises de refrains qui ne devaient être utilisées que pour la démo sont en fait restées dans le mix final du morceau. J’ai rarement réussi à ressortir un chant aussi cru et authentique depuis.
Je pourrais aussi parler de la fois où j’ai fait les prises de batterie dans le home studio d’Adrien pour le morceau Grazalema. Déjà il habite au dernier étage d’un immeuble historique du centre historique de Caen, et pour monter la batterie c’était un enfer. Ensuite, évidemment cela faisait un gros boucan dans l’immeuble et Adrien était très stressé, entre deux prises il nous demandait de faire silence pour voir si des voisins gueulaient ou pas, ce qui est drôle avec le recul car je l’ai déjà vu en soirée, un peu arrosée certes, mettre la musique très très fort dans son salon en pleine nuit !

Portier Dean – Waiting for Alex

Comment définiriez vous ce premier album à quelqu'un qui ne vous connait pas ? Si on dit que c'est du slow core qui rencontre de la pop... On a bon ?

Gildas : ah ah oui je crois que vous avez bon ! Vous auriez dit “ska” j’aurais peut-être été vexé. Qu’y-a-t-il de plus difficile que de décrire sa propre musique, surtout quand, comme sur cet album, elle fait se rencontrer plusieurs genres ? C’est cette hybridité qui nous a guidés en tous cas.

TOP¨10

1) Votre album préféré de 2018 (pour le moment) ?

Gildas : Trevor Powers, Mulberry Violence sorti en août.
Gwendal : Porches, The House sorti en janvier.

2) Le disque que vous attendez le plus ?

Gildas : Le prochain Gojira ou le prochain de la norvégienne Farao.
Gwendal : Curieux d’entendre le prochain Tame Impala.

3) La chanson que vous auriez bien aimé écrire ?

Gildas : Dead Deer de Evening Hymns (Spirit Guides)
Gwendal : Daily Routine de Animal Collective (Merriweather Post Pavilion)

4) Votre bande originale de film préférée ?

Gildas : la B.O. de Ghost Dog de Jim Jarmusch (avec RZA et Wu-Tang Clan) ou la B.O. de la saison 2 de la série True Detective (HBO, surtout les morceaux sombres et désabusés de Lera Lynn, dont Lately. Mais dans cette B.O. on trouve aussi Leonard Cohen et Nick Cave)
Gwendal : la B.O de Isle of Dogs de Wes Anderson.

5) Votre chanson préférée de Metronomy ?

Gildas : “Old Skool sur l’album Summer 08.
Gwendal : Corinne sur l’album English Riviera.

6) Le meilleur endroit sur terre pour voir un concert ?

Gwendal : N’importe où, si le groupe est bon. Un concert d’un groupe qu’on aime dans un festival c’est vraiment pas mal.
Gildas : je ne sais pas s’il y a de meilleur endroit. Mais moi je suis très sensible aux conditions et à l’alchimie qui vont faire que le concert va être génial ou pas. J’ai été transporté par des concerts dans des appartements comme par des concerts dans l’immense Halle de la Villette pour le festival Pitchfork par exemple.

7) Le meilleur endroit sur terre pour faire un concert ?

Gildas : le bar “Noch Besser Leben” à Leipzig.

8) Le producteur de vos rêves ?

Trevor Powers (Youth Lagoon) ?

9) Le refrain ultime ?

Gwendal : celui de Pennyroyal Tea de Nirvana. Seul Kurt Cobain peut chanter ça.

10) Un écrivain qui devrait ou aurait dû enregistrer un disque ?

Gildas : Comme j’ai fait ma thèse de doctorat sur lui, j’ai envie de répondre Thomas Hardy ah ah (auteur de Tess of the D’Urbervilles, 1891). J’imagine que sa pensée noire aurait donné des disques comme ceux de Chelsea Wolfe, que j’aime vraiment beaucoup. Sinon je viens de terminer The Green Mile, et je serais donc très très curieux d’entendre un disque de Stephen King !!
Gwendal : Beaucoup ! Kerouac pour ses descriptions immersives de concerts, Proust pour l’ampleur de ses phrases, Vallès pour son style frontal et son humour désabusé.

Ancient Majesty de Portier Dean sera disponible le 12 octobre 2018. (Collectif Toujours / Microcultures / Differ-Ant).
Portier Dean sera en concert les :

  • 14 septembre - Big Band Café - Hérouville
  • 30 septembre - Sofar - Paris (duo)
  • 04 octobre - Le Cargö - Release Party ! - Caen
  • 08 octobre - Supersonic - Paris
  • 10 novembre - Le Tétris - Le Havre
  • 22 novembre - Unicaen Bibliothèque Pierre Sineux (duo)

Portier Dean - Ancien Majesty

Tracklist

Portier Dean - Titre album
  1. Intro
  2. The Pool
  3. Pythia
  4. Waiting for Alex
  5. The Sound Of Your Tears
  6. A Carol
  7. Emma
  8. Colourful Bugs
  9. Grazalema
  10. A Fool