Catégories
Chroniques d'albums

Jeff Tweedy – Warm

Avant de revenir réchauffer nos cœurs l’été prochain avec Wilco dans des salles à dimensions humaines, Jeff Tweedy publie son premier album solo. Et nous réchauffe le cœur même en étant de l’autre côté de l’Atlantique.

Le premier disque d’Uncle Tupelo (donc le premier disque de Tweedy) a bientôt trente ans. Malgré le temps qui passe inexorablement, l’écriture de Tweedy conserve toujours sa fraîcheur et son efficacité. Le premier disque d’Uncle Tupelo s’appelait No Depression et était au final assez prémonitoire sur les presque trente ans qui ont suivi. Wilco s’est imposé comme une des formations américaines les plus passionnantes (la plus passionnante ?) et a enterré toute la concurrence. Et comme tous les membres de Wilco, Tweedy aime bien prendre la tangente. Warm fait suite à Sukierae, un disque enregistré avec son fils Spencer. On retrouve d’ailleurs ce dernier sur Warm ainsi que Glenn Kotche et Tom Schick.

Jeff Tweedy – I Know What It’s Like

« Notre grand poète américain de l’ironie et de la consolation » comme le décrit George Saunders publie ce disque et son autobiographie, xadLet’s Go (So We Can Get Back): A Memoir of Recording and Discording with Wilco, etc. de manière concomitante. Marqué par la mort de son père (la splendide Don’t Forget), ce disque compte les meilleures chansons que Tweedy ait écrite depuis une paire d’années. Autobiographique, Warm désarme par sa riche simplicité. Les chansons défilent et nous donnent envie de laisser nos disques de Chris Robinson et de Ryan Adams sur le bord de la route. Route qu’a prise Tweedy pour écrire ces onze petites merveilles.

Jeff Tweedy - WARM

Warm de Jeff Tweedy est disponible chez DmBp Records.

Jeff Tweedy - Warm

Tracklist : Jeff Tweedy - Warm
  1. Bombs Above
  2. Some Birds
  3. Don't Forget
  4. How Hard It Is For A Desert To Die
  5. Let's Go Rain
  6. From Far Away
  7. I Know What It's Like
  8. Having Been Is No Way To Be
  9. The Red Brick
  10. Warm (When The Sun Has Died)
  11. How Will I Find You?

Jeff Tweedy – Warm4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Le roi Tweedy

Wilco réédite Summerteeth et Jeff Tweedy annonce un nouveau disque solo. Que demander de plus ?
Benedict Benjamin

Bonjour Benedict Benjamin !

Benedict Benjamin est en réalité Ben Rubinstein, le leader des très discrets The Mariner’s Children et des Peggy Sue. Benedict Benjamin ne devrait pas être discret très longtemps. Ses chansons devraient faire chavirer les cœurs des amateurs des Leisure Society et des Fleet Foxes.

Plus dans Chroniques d'albums

idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.