Wilco – The Wole Love

chronique : Wilco – The Wole Love The Whole Love est le 8ème album du groupe américain Wilco. Le premier à sortir sur leur label dBpm. The Whole Love fait suite à Wilco (The Album) sorti en 2009. Comme à son habitude, Jeff Tweedy a composé une très large majorité des morceaux de ce nouvel album qui oscille presque mathématiquement entre ballades americana et classicisme pop.

Wilco

The Whole Love s’ouvre sur Art of Almost. Intro saturée, mélodie pop, petites touches d’electro ; et puis un break qui laisse les guitares s’exprimer, sans queue ni tête, pour un final aux riffs accrocheurs, presque métal tendance 80’s. Mise en bouche aux petits oignons.
Le problème quand on met la barre haute avec le premier morceau, c’est qu’on peut facilement tomber de haut. I Might, le premier single, est donc une petite ritournelle pop, pas dégueu, mais sans intérêt particulier. C’est le constat que l’on fera avec la plupart des morceaux plus classiques (Dawned on Me). Mais c’est de la faute aux très beaux moments de l’album.
Sur Sunloathe, la voix de Jeff Tweedy est d’une douceur délicieuse, accompagnée d’harmonies vocales délicates, de claviers discrets et de petites touches électros et électriques pour le relief. Il en résulte une balade presque beatlesienne. La mélancolique Black Moon oscille entre folk et americana quand Open Mind renoue plus clairement avec des racines country.
La pop vintage un brin desuette de Capitol City n’est pas sans rappeler les Beatles, une fois encore. Quant aux arrangements plus contemporains c’est presque à Elliott Smith qu’ils font appel sur ce morceau déstructuré aux accents bruitistes. On passera sur un Standing O presque potache. Pour s’attarder sur le crépusculaire Rising Red Lung aux guitares pleines de reverb. On termine avec One Sunday Morning, le bien nommé. Morceau de 12 minutes, délicats aux arrangements fournis mais discrets, plus complexes qu’ils n’y paraissent.

Wilco – Art Of Almost (Live on Letterman)

https://www.youtube.com/watch?v=uz6UrYvacQk

Discographie

C’est mathématique, un morceau sur deux, alternativement, mérite qu’on s’arrête franchement. Wilco excelle dans les expressions de la mélancolie, c’est que c’est à ce groupe que l’on doit She’s a Jar, We’re Just Friends, How To Fight Loneliness. Un sens aiguë de la mélodie et des arrangements. Si l’album parait en dent de scie, c’est que régulièrement, Wilco met la barre très haute.
Un album à moitié parfait donc.

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
1 réponse sur « Wilco – The Wole Love »

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Wilco

No reservations for Yankee Hotel Foxtrot !

Il y a des chansons qui nous parlent instantanément. Reservations en est une, elle figure sur le classique de Wilco, Yankee Hotel Foxtrot paru en avril 2002 et réédité en version Deluxe et Super Deluxe le 16 septembre.
Wilco @Le 106 19 juin 2019

Le roi Tweedy

Wilco réédite Summerteeth et Jeff Tweedy annonce un nouveau disque solo. Que demander de plus ?
Wilco @Le 106 19 juin 2019

Wilco ne se cache plus

Wilco ne va pas jouer à cache-cache très longtemps avec nous. Avec Ode To Joy, Jeff Tweedy et ses acolytes retrouvent un niveau qu’ils n’avaient pas effleuré depuis des années. La preuve avec leur nouveau single, le bien nommé Everyone Hides.

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.