Catégories
Chroniques d'albums

Primal Scream – Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles

Après avoir publié le passionnant Give Out But Don’t Give Up (The Original Memphis Recordings) en 2018, Primal Scream (ou plutôt Sony) sort un double best-of dénué de tout intérêt. Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles, maximale arnaque.

En 2018, Primal Scream excitait tous les nostalgiques des 90’s en ressortant du placard les bandes de Give Out But Don’t Give Up, son grand disque stonien produit par George Drakoulias (The Black Crowes, The Jayhawks).
En 2019, Sony fait débander tout le monde avec un double best-of comme on en fait plus. Aucun live, aucun inédit, zéro intérêt.
Autant s’écouter une play-list sur Spotify faite par un fan péruvien de ce groupe plutôt que de verser un centime pour ce disque.
Les fans historiques ont déjà tous les singles et peuvent passer leur tour. Les jeunes, quant à eux, n’achètent plus de disque.
On peut juste, à la rigueur, jeter un coup d’œil à tous ces singles. Et se dire que c’est bien l’un des plus grands groupes de rock de ces trente dernières années. Parti de rien avec deux chansons qui imitaient (joliment) les Byrds, le Scream deviendra le meilleur groupe stonien des 90’s et un terroriste sonore impeccable.

Primal Scream - Maximum Rock ‘n’ Roll - The Singles

Maximum Rock ‘N’ Roll: the Singles de Primal Scream est disponible chez Sony Music.


Tracklist : Primal Scream - Maximum Rock 'N' Roll: the Singles (disque 1)
  1. Velocity Girl
  2. Gentle Tuesday
  3. Imperial
  4. Ivy Ivy Ivy
  5. Loaded
  6. Come Together
  7. Higher Than the Sun (the Orb Mix)
  8. Don't Fight It
  9. Feel It (7 Edit)
  10. Movin' on Up
  11. Rocks
  12. Jailbird
  13. (I'm Gonna) Cry Myself Blind
  14. Kowalski
  15. Star
  16. Burning Wheel
  17. Swastika Eyes
  18. Kill All Hippies (Brendan Lynch Edit)

Tracklist : Primal Scream - Maximum Rock 'N' Roll: the Singles (disque 2)
  1. Accelerator
  2. Miss Lucifer
  3. Autobahn 66
  4. Some Velvet Morning
  5. Country Girl
  6. Dolls (Sweet Rock and Roll)
  7. Sometimes I Feel So Lonely
  8. Can't Go Back
  9. Uptown
  10. It's Alright
  11. It's Ok
  12. Goodbye Johnny
  13. Where the Light Gets in
  14. 100% Or Nothing
Primal Scream – Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles1.0
2/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Primal Scream @ Pitchfork 2019, 01.11.2019 , Paris

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.
Primal Scream © Fabrice Buffart

Primal Pitchfork !

C’est la fin du mois d’octobre, le début du mois de novembre… L’hiver n’est pas loin et le moral au plus bas. Une seule solution : le Pitchfork Music Festival Paris et sa programmation de folie.
Primal Scream © Fabrice Buffart

Maximum Primal Scream !

Comment aborder la rentrée 2019 avec le sourire ? En apprenant que Primal Scream revient à l’automne à Paris le temps d’une date lors du Pitchfork Festival.
Primal Scream - Give Out But Don't Give Up

Primal Scream – Give out but don’t give up: the original Memphis recordings

Après avoir fricoté avec les Byrds et publié un premier chef-d’oeuvre (Screamadelica), les Primal Scream prirent tout le monde de cours en 1994 en voulant jouer dans la même catégorie que les Stones. Coup de bol (enfin pas que…), le groupe de Glasgow enregistra un grand disque, totalement incompris à son époque, qui ressort aujourd’hui…
Primal Scream © Fabrice Buffart

Crucial TINALS #2

Le TINALS 2018 est en approche du 1er au 3 juin avec comme toujours une programmation impressionnante sous le soleil gardois dans l’antre accueillante Paloma ! L’occasion de revenir sur l’énormissime édition 2017 avec les photos de Fabrice Buffart de la deuxième journée !
The Black Angels

Viscéral TINALS !

SK* sera présent pour la cinquième année au festival This is not a love song, l’un des premiers et des plus alléchants festival du début de l’été.
TINALS 2016 © Fabrice Buffart

The TINALS countdown !

Une grande partie de la programmation du meilleur festival de la ‘non chanson d’amour’ est connue. Le festival TINALS aura lieu du 9 au 11 juin et les derniers noms seront dévoilés ce mercredi à la conférence de presse à Paloma à Nîmes.

Plus dans Chroniques d'albums

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.
Andy Bell

Andy Bell – The View From Halfway Down

Andy Bell s’offre son premier album solo pour ses 50 ans et nous fait un joli cadeau. The View From Halfway Down, enregistré avec Gem Archer (Oasis), est un disque aux allures modestes mais qui fait le travail comme les grands.
StrawberrySeas_LP_Cover

Strawberry Seas – Strawberry Seas

2020 est une l’année horrible par excellence. La Covid, les élections américaines, les inondations… Le meilleur moyen pour quitter la tête haute cette année infernale est le disque des Strawberry Seas.
idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.