[EXCLU] Vidéo : Louis Arlette – La Maladie d’Amour – Live (Jean-Louis Murat)

Louis Arlette a toujours le sourire carnivore. Avec Des ruines et des poèmes, il se mesure aux plus grands avec un deuxième disque d'une terrible beauté cathartique où il nous balade (sans pendus) le long de ses chemins tortueux. On pense aux contrastes d'un peintre qui "était venu pour détruire la peinture" ou à la lumineuse noirceur de Baudelaire.

Et cela tombe bien puisque Louis Arlette, après sa revisitation d’un titre peu connu de Brel, Je suis un soir d’été nous offre en exclusivité dans son studio du Bruit Blanc sa version de la maladie d’amour de Murat extrait du sublime Lilith paru il y a 16 ans déjà. Murat qui a repris Charles et Léo, Baudelaire qui dans son Hymne à la Beauté, rend hommage sans la nommer à Lilith, et la boucle est bouclée. Alors que ressort aujourd’hui Le lien défait (Le Manteau De Pluie en 1991), La Maladie d’Amour est le lien qui nous lie tous. Louis Arlette transforme ce splendide texte de Murat en un diamant noir électro pop vertigineux, sublimant à la manière du Caravage, les corps et les ombres.

« L’amour est un échantillon mortel de l’immortalité ». Fernando Pessoa

Louis Arlette sera en concert au Café de la Danse le jeudi 12 septembre.

C’est la maladie d’amour
Qui nous apprend à ne jurer de rien
C’est la nature de mon sang
Par le sang oui l’amour me tient
Et je passe toutes mes nuits
En idées de bonheur
Au soleil de votre vie…

Je ne sais dire votre nom
Mon désir ça je le savais
Et où est votre maison
Mon plaisir ça je m’en doutais
C’est la maladie d’amour
Qui nous tient le corps
Cette odeur de toujours…

C’est licorne qu’on effleure
Son silence nous fait trembler
Partout les yeux la lueur
De celles qu’on reconnaît
Voilà parade d’amour
Sexes qu’il faut ajuster
Sur la piste des beaux jours…

C’est la maladie d’amour
Qui nous tient le corps trempé
C’est la manie des toujours
Qui sait si bien nous faire chanter
Sur le mol lit de fleurs
Où s’échangent nos baisers
Et le rêve dont on meurt
(Mourir sous vos baisers)

Jean Louis Murat – La maladie D’Amour

Louis Arlette – La Discorde

Louis Arlette – Je suis un soir d’été (Jacques Brel)

Louis Arlette - Des ruines et des poèmes

Louis Arlette - Des ruines et des poèmes

Tracklist : Louis Arlette - Des ruines et des poèmes
  1. La discorde
  2. Semence
  3. Tokyo
  4. Hécatombe
  5. La carence
  6. Je suis un soir d'été
  7. Des ruines et des poèmes
  8. Petite mort
  9. Jamais
  10. Médecine
  11. L'ange
  12. Khéops
  13. La sirène
  14. Le refuge

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Louise Combier @ Bourse du Travail | 24.11.2022 © Fabrice Buffart

Photos : Louise Combier @ Bourse du Travail | 24.11.2022

Louise Combier fêtait son anniversaire ce soir là à la Bourse du Travail à Lyon en ouverture de Marc Lavoine mais pour le public, c’était elle le cadeau, une fleur en hiver dont les pétales ont été saisis par Fabrice Buffart.
Jeanfelzine-ablanc

Jean foutre ?

Jean Felzine est un immense parolier de son temps que cela soit pour Mustang, pour d’autres ou pour ce futur album prévu pour février 2023 mixé par Adrien Durand (Bon Voyage Organisation) qui risque de faire date.
Kacimi-leballonsonge

Vidéo : Kacimi – Le Ballon Songe

Deuxième extrait de Couronne d’Ephémères, le nouvel album de Kacimi à paraître le 20 janvier 2023 chez Le Pop Club Records, It’s a Gas Records et Echo Orange.

Plus dans Son du jour

Kacimi-leballonsonge

Vidéo : Kacimi – Le Ballon Songe

Deuxième extrait de Couronne d’Ephémères, le nouvel album de Kacimi à paraître le 20 janvier 2023 chez Le Pop Club Records, It’s a Gas Records et Echo Orange.
Blacklilys-newera

Vidéo : Black Lilys – New Era

Se relever. Se régénérer. Et finalement renaître. Black Lilys titre son deuxième disque New Era et point d’errance ici, que de bonnes ondes, celles que l’on recueille tels des chamanes dans la forêt matricielle.