Blueboy – If Wishes Were Horses

Publié en 1992, If Wishes Were Horses des Blueboy était devenu un disque qui coûtait une blinde sur le marché de l'occasion. Il ressort aujourd'hui à un prix tout à fait abordable grâce au label australien A Colourful Storm.


Attention, chef d’oeuvre. Sorti en catimini chez Sarah Records, If Wishes Were Horses est le premier disque des Blueboy, un trio composé de Keith Girdler, de Paul Stewart et de Gemma Townley. Après avoir publié une paire de singles, ces trois Anglais originaires de Reading réalisent un coup de maître avec ce disque. Hors du temps et hors-sol, les chansons sont un régal absolu. Les cordes des guitares de Paul Stewart et de Harvey Williams nous font quitter notre quotidien morose pour un paradis pop où la bossa nova des Pale Fountains danserait avec la pop des The Field Mice. La voix de Keith Girdler est le coup de grâce de cette affaire. Comment résister à Sea Horses quand on est normalement constitué ? Comment ne pas être hypnotisé par Fondette ?

Avec Back in Denim de Denim et Down colourful hill des Red House Painters, 1992 était une année foutrement classe.

Blueboy - If Wishes Were Horses

If Wishes Were Horses de Blueboy est disponible chez A Colourful Storm.


Tracklist : Blueboy - If Wishes Were Horses
  1. Candy Bracelet
  2. Cloud Babies
  3. Too Good To Be True
  4. Fondette
  5. Sea Horses
  6. Clear Skies
  7. Happiness And Smiles
  8. Amoroso

Blueboy – If Wishes Were Horses
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.