En 1986, après avoir publié …from Across The Kitchen Table et après avoir tourné en Angleterre (notamment en première partie d’Echo and the Bunnymen), les Pale Fountains se trouvent dans une impasse. Totalement lessivés par l’industrie musicale, ces jeunes Liverpuldiens ont connu l’enfer pour avoir écrit les plus belles chansons de leur époque.

Virés de leur maison de disque, détruits par une grande partie de la presse anglaise, abîmés par toutes les drogues, les Pale Fountains disparaissent l’année suivante après le départ de Chris McCaffrey (Biffa). Mais les frères Head sont des acharnés. Tel le phénix qui renaît de ses cendres, Michael Head va réapparaître avec Shack, sa nouvelle chimère.

« No Biffa, no Paleys »

En 1987, les Pale Fountains honorent leurs derniers contrats. Le dernier concert français des Paleys a lieu au Parc Floral de Vincennes devant un parterre de cols blancs. En effet, en avant de disparaître le 20 décembre 1987 lors de leur dernier concert à Liverpool, les Paleys jouent en France avec un line-up remanié.
Et sans Biffa (le premier bassiste des Paleys), Michael Head refuse de poursuivre l’aventure.

Pale Fountains

Le dernier concert français des Pale Fountains (Paris, Gala ESCP, juin 1987).
De gauche à droite : John Head, Mick Hurst, Ade Swift, Mick Head, Dave Butcher et Ken ‘Mossy »

article sur Shack

Le Figaro

Après ce chant du cygne, les frères Head filent en studio pour enregistrer le premier album de Shack que sera Zilch. Mais la production de Broudie entraîne le disque dans les profondeurs de la Mersey et empêche un succès pourtant promis à l’aîné des frères Head. Pourtant tout était réuni. Avec Shack, Michael Head resserre son discours et se concentre sur l’essentiel : les chansons. Il n’empêche… Le traitement réservé aux batteries par Broudie (qui refuse d’en parler aujourd’hui) flingue le disque.

Mick Hurst

Mick Hurst fut le premier batteur de Shack.

Comment as-tu rencontré les frères Head ?

Mick Hurst : J’ai été repéré par Mick quand je jouais dans le groupe Now is the time to forget the whimpering child/Become the warrior. J’ai rencontré John lors de ma première répétition avec Shack à Liverpool (sur Duke Street) où on m’a annoncé que nous allions tourner avec les Everything But The Girl deux semaines plus tard.

Shack – Emergency

Tu te rappelles de ta première répétition avec Shack ?

Mick Hurst : Nous avons passé une grande partie de notre temps à apprendre les chansons et à trouver notre son alors que nous partagions notre local avec un potier. Il y avait le bruit des clefs et des tours de potier.

Quel est ton meilleur souvenir avec Shack ?

Mick Hurst : Mon meilleur souvenir est nos premières parties pour The Fall. Le groupe assurait en concert et nous faisions une superbe reprise de House is not a motel de Love. John envoûtait le public avec ses solos. Il s’agissait de moments incroyables.

Et celui qui concerne l’enregistrement de Zilch ?

Mick Hurst : Shack était meilleur en concert. Nous avions du mal à transposer notre son live en studio. Le meilleur exemple de notre son est Liberation, la face B de High Rise Low Life. Elle sonne très bien. Car en vérité, Zilch est une déception.

Shack – Liberation

Dave Butcher

Comment as-tu rencontré Mick ?

Dave Butcher : J’ai rencontré Mick grâce à un ami commun Johnny Mellor. Ils venaient chez moi, après l’heure du thé. Les choses se sont faites ainsi. La musique était très importante dans le fondement de notre amitié. Nous avons passé un an à écouter mes disques quotidiennement. J’écoutais principalement du reggae, du funk et de la soul. Mick m’a fait découvrir Love et les Beatles. Ce n’était franchement pas ma tasse de thé mais j’ai appris à les apprécier. Mon Dieu est Sly Stone.

Tu te souviens de ta première répétition avec Shack ?

Shack
Dave Butcher : Mon premier souvenir remonte à l’époque des Pale Fountains. Ils étaient dans les vieux studios Pink sur Ullet Road à Liverpool. Mick m’a demandé de venir. J’étais un cuisinier qui aimait la musique. Rien ne pouvait me faire penser au fait que j’étais dans un groupe. Je pensais que Mick voulait juste me faire ressentir les bonnes ondes d’un studio. Biffa a travaillé sur ces démos mais a quitté le groupe avant la fin des sessions d’enregistrement. Mick m’a donné le feu vert pour apporter des idées neuves. J’ai alors fait les chœurs et je me suis mis à écrire. C’était vraiment moi ? Mais comme John a dit que j’avais plutôt des oreilles que des idées. Peu de monde a écouté ses chansons.

Et il y a eu ce concert des Palies au Parc Floral de Paris. Ce fut ma première répétition avec le groupe et la première fois que je jouais du clavier et des percussions (à l’aide d’une grosse bûche et de deux marteaux). Nous étions comme des agents secrets. On a fait le concert en tant que Pale Fountains mais nous étions en réalité la première mouture de Shack. Des espions dans la maison de l’amour. A la fin du concert, nous nous sommes rendus compte que nous avions joué pour le parti conservateur français, l’équivalent de nos Tories…

Quel est ton meilleur souvenir avec Shack ?

Dave Butcher : Il y en a pas mal. Le plus marrant fut notre concert à L’Eldorado (Paris). J’étais roadie ou l’homme à tout faire. Nous avons fait le concert et nous avons été invités pour le dîner aux Bains Douches. Biffa était un peu notre mère et voulait s’assurer que nous connaissions les bonnes manières et que nous présentions bien pour une telle réception. Il nous a tous reluqués, brossés nos chaussures et nos vestes pour retirer les tâches. On a donc entrepris de monter les marches de cet endroit si classe, en pensant très fort à Biffa, quand Jock Velan a débarqué avec un de ces chiens type Rottweiler, le traînant jusqu’en haut de ces escaliers magnifiques. Vous auriez vu la tête de Biffa…

Tu te rappelles de l’enregistrement de Zilch ?

Dave Butcher: Nous avions fait quelques démos et Mick et John sont partis aux studios Amazon pour enregistrer ce qui allait être Zilch. J’ai croisé Mick sur Bold Street (Liverpool) qui m’a demandé de venir aux studios pour vérifier certaines choses. High Rise Low Life était enregistré sur une console de 48 pistes. les gars étaient bloqués et avaient besoin d’un coup de main. Mick m’a emmené sur le parking pour discuter, et m’a dit « on devrait engager Sherwood! »… Et moi: « Adrian Sherwood?… ». Pour moi, Adrian Sherwood était le meilleur, mon producteur préféré. J’ai réfléchi un peu et finalement refusé, pensant que ce ne serait pas bon pour les chansons de Mick (ajouté à mon manque de confiance, devant ce talentueux musicien qui demandait à un cuisinier de faire un choix si important pour sa carrière). A ce jour, c’est un grand regret, car maintenant je sais que j’aurais été le parfait chaînon entre ces 2 talents… Meeeeerde t’imagines ce que Zilch aurait été ??!! Ça aurait sonné plus comme du Massive Attack ou Blue Lines, d’ailleurs on était déjà en train de faire la reprise de Be thankful for what you’ve got de William Devaughn. Au passage, j’en profite pour dire que j’ai chanté la plupart des chœurs sur Zilch.

Ton meilleur souvenir de cet enregistrement ?

Dave Butcher : Pendant l’enregistrement, on avait inventé un jeu appelé Doom: tu prenais un morceau d’adhésif, tu en faisais une boule, et sans prévenir, tu la lançais dans le dos de quelqu’un et tu te mettais à courir. Biffa a trouvé une variante du jeu. Il a trouvé le gilet du propriétaire du studio. Quand tu étais touché, tu devais porter le gilet jusqu’à ce que tu touches quelqu’un d’autre. A ce moment là, tu jetais le gilet à terre et celui qui était touché devait le porter.

Quelle est ta chanson préférée ?

Dave Butcher : Ma chansons préférée est Realisation. Cette chanson est immense, du début avec les cuivres à la fin avec les voix.

« And if the tenants aren’t gonna sign,
then the servant aren’t gonna shine »

On pourrait appliquer ces paroles au futur qui arrive.

Shack – Realisation

Combien de temps a pris l’enregistrement ?

Dave Butcher : En ce qui concerne l’enregistrement… Cela a pris une bonne année.

En 1989, Biffa meurt subitement. Mick Head, orphelin à jamais, emmena Shack vers le toujours deuxième album. De là à mettre 6 années à le publier…

Shack - Zilch

Retrouvez les articles liés à Shack et aux Pale Fountains :

Zilch de Shack est disponible via le label Ghetto.
Michael Head and The Red Elastic Band publieront en 2017 l’album Adios Senor Pussycat< via Violette Records.
La photo à la Une est de Marc McNulty.

Shack - Zilch

Tracklist

Shack - Zilch
  1. Emergency
  2. Someone's Knocking
  3. John Kline
  4. I Need You
  5. Realization
  6. High Rise Low Life
  7. Who Killed Clayton Square?
  8. Who'd Believe It?
  9. What's It Like...
  10. The Believers

d'articles et photos :
Partagez!