Homeless songs aux petits oignons

Homeless songs aux petits oignons
Guimauve - 24/09/2019

C’est une chanson bleue que propose le barde suisse Stephan Eicher. Si tu veux (Que je chante) est une ode à la simplicité écrite par le fidèle ami Djian, une Love song en creux, un aveu intime extrait de son nouveau disque, Homeless Songs sorti le 20 septembre.

Il y a des artistes que l’on ne quitte pas. Des artistes qui ravivent des souvenirs personnels, un concert privé after show dans le salon lounge d’un hôtel chic du vieux Lyon lors de la tournée Engelberg ou encore cette version magique de son déjeuner en paix filmé par Jeremiah pour la pionnière Blogothèque dans les cuisines d’un hôtel de Crans-Montana. Son dernier album, L’envolée remontait à déjà sept ans, mais on avait suivi son aventure en chef d’orchestre d’automates, ses concerts festifs et humains avec les 12 fadas cuivrés de la fanfare du Traktorkestar ou encore son doux duo avec Frédéric Lo sur Cet obscur objet du désir. Franc tireur, sur son nouvel album il ose cinq titres dans son dialecte bernois guttural avec parfois de l’autotune. Certains titres font moins d’une minute d’autres plus de six pour un disque apaisé et apaisant. Car il est libre Eicher, à la fin de l’envoi, il touche comme sur ce titre magnifique, la fête est fini avec Axelle Red et Miossec. De ritournelles en valses, d’haïkus en émotions, il se livre et nous délivre ses « petits cailloux », c’est doux, généreux et bienveillant. D’habitude, on n’aime pas trop citer le dossier de presse mais lisez le texte ci-dessous écrit par l’artiste qui raconte la genèse de ces Homeless Songs magnifiées par le regard troublé de Greta Garbo, oeuvre de l’artiste contemporain Gregory Debrandt. Et c’est l’auditeur qui est troublé, touché, chamboulé.

Stephan Eicher sera en tournée et en concert le 28 novembre au Radiant-Bellevue à Caluire près de Lyon.

Stephan Eicher – Si tu veux (Que je chante)

« Durant les années de blocage avec mon ancien label, j’ai continué d’écrire et enregistrer des chansons. Réfléchir, chercher, écrire, enregistrer : c’est ce que je fais de mes journées quand je ne voyage pas pour chanter devant un public. Cette période était difficile à vivre mais elle portait en elle un élément libérateur. Je me posais la question : comment sonne une chanson sans l’empreinte de l’autocensure ? Cette autocensure que je retrouve chez beaucoup de musiciens, et que je commençais à percevoir chez moi aussi ? La chanson doit plaire, on veut plaire, sans réfléchir, en acceptant un format imposé, on ne sait plus vraiment par qui ou pourquoi.

Les 45 tours nous ont apporté les chansons directes sans ‘chichi’, en format 3 minutes. 2 chansons séparées par des faces A et des faces B, parce que le support le demandait. Chuck Berry, Billie Holiday, Elvis, Nat King Cole : les radios ont adoré.

Les 33 tours nous ont amené les « storytellers ». 30 minutes divisées par 3 minutes par chanson. Encore une fois séparées par un geste physique, le disque doit être retourné… « L’album » était né et apportait des chefs d’œuvres : Blond On Blond, Sgt Peppers, Blue, Kind of Blue, What’s Going On… Et puis dans un bureau au Japon, un directeur d’une monumentale industrie du divertissement a demandé à ses inventeurs de lui créer un format qui pouvait comporter la 9e symphonie de Beethoven, sans tourner le disque, sans craquement. Le CD, avec ses 74 minutes, apparaissait. Ces 74 minutes existantes, nous ont amené des concepts mais aussi le début d’une séparation entre la musique et les paroles. D’un côté tous ces enfants de Satie : Enaudi, Eno, Oldfield, Nils Frahm, ou la techno, sans paroles. De l’autre, le rap. Au centre, l’attitude et les paroles, Grand Master Flash, Bone Thugs And Harmony, Busta Rhymes… (je ne suis plus si jeune ;)

Ces 2 tendances avec leurs ouvertures, leurs interludes, les pistes cachées… Et aujourd’hui, le streaming qui est en train d’établir un nouveau format. Serait-ce la playlist ? Des chansons pleines de saccharine, très courtes avec des fins frustrantes pour que l’auditeur retrouve encore une fois le « hit » pour accumuler des streams ? Je ne sais pas… je reste curieux… mais entre temps : je me suis posé des questions : « Comment sonne une chanson sans les contraintes de durée ou de formatage pour les radios ? Sans que se posent les questions du genre « le refrain est-il suffisamment répété pour que ça accroche ? ».

J’ai remplacé ces contraintes par une modeste radicalité, en me posant d’autres questions : « A quoi ressemble une chanson porteuse d’une simple expression ou émotion ? » ; « Quand ai-je dis ce que j’ai à dire ? » ;« Et si j’ai envie de prendre le temps de tourner autour du pot » ; « Dans quel costume sonore ? ». Ou, selon la formule surréaliste du musicien et producteur Martin Gallop : « Comment sonne un chef-d’œuvre d’humilité ? ».

J’ai appelé ce recueil de chansons « Homeless Songs » … Homeless, car ces chansons ne me semblent pas avoir leur place dans l’industrie musicale actuelle. Elles habitent ailleurs. Elles dorment dehors. Ce qui n’est nullement péjoratif à mes yeux, bien au contraire. Ces chansons sont de petits cailloux. De petits cailloux ramassés par un enfant au bord de la rivière. Pour un adulte, impossible de comprendre ce qui a guidé le choix de l’enfant. Était-ce la fraîcheur agréable de la pierre ? Un petit motif sur sa surface ? Une forme bizarre ou amusante ? Le hasard ? Maintenant, tout ce que ces chansons peuvent souhaiter, c’est d’être entendues ; ce filet d’attention qui relie brièvement l’auditeur à la chanson, et à travers celle-ci, à moi et mes musiciens. Nous avons pris du plaisir à soigner ces instants de musique pour créer un moment de détente, un espace confortable, le temps d’une petite rêverie. Ou le top du top : pour susciter le sentiment d’être embrassé par la chanson. Ce serait merveilleux tant pour moi que pour les excellents musiciens qui m’entourent sur ce disque et cette tournée. »

Stephan Eicher
Camargue printemps 2019

Si tu veux que je chante ne sois pas infidèle
Ne me crois pas si fort, ne me crois pas si faible

Que je puisse accepter la brûlure et le froid
Sans perdre le sourire, sans perdre la voix

Si tu veux que j’entende sois désormais plus claire
Ne me roule plus dans rien, ne brouille plus mes repères
Sous peine de relancer les ‘comment’ les ‘pourquoi’
Qui font perdre patience, qui font perdre la foi

Inutile de me tendre une impatiente oreille

Le goût de toi me manque mais rien ne se réveille
Les paroles ne viennent plus, la musique n’est plus là
Comme sec est mon cœur, comme sec sont mes bras

Si tu veux que je chante, si tu veux que je chante
Les paroles ne viennent plus la musique n’est plus là
Comme sec est mon cœur, comme sec sont mes bras

Stephan Eicher - Homeless Songs


Tracklist : Stephan Eicher - Homeless Songs
  1. Si tu veux (que je chante)
  2. Homeless song
  3. Prisonnière
  4. Niene dehei
  5. Je n'attendrai pas
  6. Monsieur - je ne sais pas trop
  7. Broken
  8. Gang nid eso
  9. Haiku - papillons
  10. Né un ver
  11. Toi et ce monde
  12. Still
  13. La fête est finie
  14. Wie einem der gewissheit hat

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Agenda Concert

Clairo

Réveil au Clairo

La jeune Américaine originaire du Massachusetts sera de passage à Paris le 12 décembre 2019 pour jouer son premier album, Immunity.

photos : Iggy Pop @ Nuits de Fourvière 2015

Libre comme Iggy Pop !

Influencé par Lou Reed et le jazz, le dernier disque de l’Iguane a fait une entrée remarquée dans les charts et a été salué par la critique. Il sera en concert cet été en France et passera par le festival Rétro C Trop à la fin du mois de juin 2020.

Baxter Dury rythmera ta nuit

Après le très réussi BED (avec Etienne De Crecy et Delilah Holliday), Baxter Dury est de retour en solo avec un disque pour le printemps et deux concerts parisiens.

Marcus King, la musique du Sud

En attendant de connaître les dates de la nouvelle tournée des Black Crowes qui fêtera les 30 ans de Shake Your Money Maker, on peut se plonger dans les chansons de Marcus King, un jeune américain produit par Dan Auerbach (The Black Keys) et qui va venir sonner la messe en mars prochain à Paris.

Olivier Marguerit

O chaud

Avant d’aller applaudir Olivier Marguerit aka O à La Maroquinerie le 27 novembre 2019, on peut regarder son nouveau clip et planer.

[Pitchfork 2019] Quelque chose de Briston Maroney

Briston Maroney sera en concert le 1er novembre 2019 au Pitchfork Festival Paris avec Primal Scream et Belle And Sebastian. En attendant d’écouter Small Talk ou St. Augustine en live, on peut regarder Chattanooga, son nouveau clip.

tiny_ruins © Fabrice Buffart

Tiny Ruins au Bruno’s !

Elle vient d’illuminer le MaMA festival, elle a joué au milieu des livres au Manhattan Center il y a peu, Hollie Fullbrook alias Tiny Ruins sera en concert au Bruno’s de l’Épicerie Moderne ce jeudi 24 octobre, formule en « after work » (19h00 – 22h00), agrémentée d’une dégustation de vin assurée par un vigneron…

Black Lips

L’odyssée des Black Lips

Les Black Lips ont le chic pour faire des annonces de qualité. Le groupe d’Atlanta vient d’annoncer un nouveau single et la signature d’un contrat sur un nouveau label.

Divins DIIV

Zachary Cole Smith est revenu des enfers et a mis en studio ses DIIV avec Sonny Diperri (My Bloody Valentine, Nine Inch Nails). Le résultat s’appelle Deceiver et ne déçoit pas.

Corridor

2X1 places pour Corridor au Point Ephémère

Les Corridor sont de Montréal et on décrochait le jackpot en signant chez Sub Pop, le mythique label de Seattle. SK* est heureux de vous faire gagner vos places pour leur concert parisien du 4 novembre 2019 au Point Éphémère.

La grande revue des Jim Jones And The Righteous Mind

Jim Jones avait enchanté (ou terrorisé) le début des années 2000 avec sa Revue d’enfer. Il continue avec la même recette avec ses Righteous Mind et débarque en France pour une nouvelle tournée.

Kevin Morby

Morbleu revoilà Morby !

Kevin Morby ne quitte plus la France. L’Américain vient d’annoncer une nouvelle tournée hexagonal pour l’hiver 2020 avant de venir le 17 novembre 2019 à Paris le temps d’un concert au Trianon.

nouvelles-voix-beaujolais-2019

Voix Nouvelles, Nouvelles voix !

Déjà la 15ème édition pour le festival Nouvelles Voix en Beaujolais à Villefranche sur Saône et dans son agglomération, le meilleur endroit pour découvrir les talents de demain dans tous les genres de pop à la samba, du hip hop à la chanson frissonnante, de l’indé au psyché du 19 au 23 novembre.

fair party

La belle affaire du FAIR

On ne présente plus le FAIR, « premier dispositif de soutien au démarrage de carrière et de professionnalisation en musiques actuelles ». Dionysos, Christine and the Queens, Ben Mazué, Cabadzi, Radio Elvis qui ont été des lauréats louent cet accompagnement humain et efficace.

Le SuperHomard © Fabrice Buffart

Le SuperHomard sur un plateau !

La montée des eaux liée au réchauffement climatique n’a pas que des effets négatifs. Elle a un effet positif… Un seul : la montée du Superhomard dans le Nord de la France !

Structures

Psychotiques Structures

Les Structures ont débarqué sans prévenir avec leur rough wave et martèlent leur discours comme des beaux diables. Ils repartent en tournée et s’attaquent à Paris.

[Pitchfork 2019] Sons of Raphael, sons of anarchy

Ils ont un look totalement improbable, des chansons totalement improbables et une caractère totalement improbable. Les Sons of Raphael ont donc toute leur place au Pitchfork Festival de Paris.

Corridor

Corridor met le nez dehors

Les Corridor publieront leur prochain album le moins prochain. En attendant, le groupe annonce trois dates en France et un nouveau single.

[Pitchfork 2019] Bas les masques Orville Peck !

Belle and Sebastian et Primal Scream seront à Paris le 1er novembre 2019. Immanquables évidemment. Tout comme le jeune Orville Peck, nouveau héros du label Sub Pop (Mudhoney, The Shins & Fleet Foxes)