Photos : Shannon Wright & Paillette @ Comédie Odéon, Lyon | 20.10.2019

Shannon Wright @ Comédie Odéon, Lyon | 20.10.2019 © Fabrice Buffart
On le subodorait, Shannon Wright a renversé le Théâtre Comédie Odéon de sa classe, de son talent, de sa gentillesse.

Ce concert restera comme un des événements de cette année musicale à Lyon. Shannon Wright, seule, au piano d’abord puis à la guitare a laissé bouche bée un auditoire qui a assisté à une performance dans des conditions optimum. Shannon s’est déchaînée à l’heure du thé ou de la digestion du gigot du dimanche. Radicale, séminale, hantée, elle ne faisait qu’un avec son instrument. Penchée sur son piano, happée par celui-ci, elle fait corps avec lui. Pas de mots superflus, un merci susurré par-ci, un sourire sous la tignasse par là, rien de plus et c’est très bien ainsi. Point besoin de coach scénique, de décors grandiloquents ou de robe d’apparat. Shannon a raison. Elle se livre totalement et l’on est fasciné par ce lâcher prise, subjugué par l’émotion dégagée et peut être terrifié par cette terrible beauté. Elle ne fait rien comme les autres. Elle n’est pas là pour sur-vendre son dernier disque, l’immense Providence (Vicious Circle) dont elle chantera 5 titres sur les 16 de la set-list. Quand en fin de set, elle s’empare de sa guitare, c’est pour mieux nous saisir, nous renverser, nous pétrifier :

You sing the saddest sounds
In the voice in my ruin
You on your face
The cruelest eyes
And could you be the answer
For a wretch like me
Clasp your hand in mine
I must confess
You’ll be the death of me

Discographie

Elle est là pour se donner, pour donner et l’on prend sans vergogne, car Shannon dégage une force à redonner confiance en ce monde qui s’effondre par Fragments.

Merci au Théâtre Comédie Odéon, à Julien Poncet et Camille Quatorze.

Shannon Wright

2019_10_20_shannon_wright
2019_10_20_shannon_wright
2019_10_20_shannon_wright
2019_10_20_shannon_wright
2019_10_20_shannon_wright
2019_10_20_shannon_wright
2019_10_20_shannon_wright
2019_10_20_shannon_wright
2019_10_20_shannon_wright
2019_10_20_shannon_wright

Paillette

2019_10_20_paillette
2019_10_20_paillette
2019_10_20_paillette
2019_10_20_paillette
2019_10_20_paillette
2019_10_20_paillette
2019_10_20_paillette
2019_10_20_paillette
Date : 20 octobre 2019
Setlist du concert de Shannon Wright @ Théâtre Comédie Odéon, 20 octobre 2019
  1. Soft Noise - Shannon Wright
  2. Wayward - Shannon Wright
  3. Defy This Love - Shannon Wright
  4. Somedays - Shannon Wright
  5. Fragments - Shannon Wright
  6. Louise - Shannon Wright
  7. Avalanche - Shannon Wright
  8. Lighthouse (Drag us in) - Shannon Wright
  9. Close the Door - Shannon Wright
  10. Steadfast And True - Shannon Wright
  11. Ways To Make You See - Shannon Wright
  12. Providence - Shannon Wright
  13. These Present Arms - Shannon Wright
  14. In the Morning - Shannon Wright
  15. Black Little Stray - Shannon Wright
  16. You'll Be the Death - Shannon Wright
Photographe

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Shannon Wright © Louis Teyssedou

[30 ans] It’s all Wright, it’s ok

Pour entamer cette semaine de concerts, la Lune des Pirates recevait hier le rock écorché de Shannon Wright avant d’accueillir Albin de la Simone ou Peter Hook.

Plus dans Concerts (live reports)

Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
molsemrahal-06sk

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait […]