Catégories
Interviews

Pierre Daven-Keller : Pour une poignée de chansons

© Philippe Lebruman

« On n’est jamais mieux servi que par soi-même » dit le dicton. Pierre Daven-Keller a travaillé avec les plus grands (Dominique A, Miossec) et a signé les bandes originales de La Répétition (Catherine Corsini), Le Voyage aux Pyrénées (les frères Larrieu) ou encore Je suis un No Man’s Land de Thierry Jousse. Avec son nouvel album, Kino Music, Daven-Keller signe l’un des meilleurs disques de l’année et nous envoie plein d’images dans la tête.

Cette année, Nouvelle Vague fête ses quinze ans. Le groupe a d’ailleurs fait un brillant concert la semaine dernière au Café de la Danse et avait un cadeau pour son public. En première partie était programmé Pierre Daven-Keller accompagné des Biche. Ce quatuor a joué à la perfection les morceaux de Kino Music, une bande originale de film… sans film car ce dernier n’existe pas.

Avant de parler de Kino Music, je voudrais parler de Ramdam, ton premier album. Il a pile vingt ans cette année

Pierre Daven-Keller : Mince, c’est vrai. Tu le connais ?

Oui. Tu le perçois comment aujourd’hui ?

Je ne l’aime pas trop. C’est un disque un peu prétentieux. Je sentais, la dernière fois que je l’ai écouté, qu’il y avait une volonté de montrer tout ce que je savais faire. C’est un peu trop démonstratif. On sent aussi que c’est le disque d’un jeune homme qui ne maîtrise pas tout et qui se cherche. C’est un premier disque. J’ai un ami qui dit qu’il faut faire un certain nombre de mauvais titres pour en faire de meilleur. C’est le cas de Ramdam. Il a fallu faire ce disque pour en faire de meilleurs. Ramdam veut dire bazar : le titre résume bien l’album. Je ne le renie pas, j’aime bien mes faiblesses.

Et reconnais-tu le jeune homme qui figure sur la pochette du disque ?

Je pense que la photographie de la pochette de Ramdam résume l’état d’esprit de cette époque : le flou et la recherche. On se fait souvent dépasser par son inconscient. Je voulais me montrer sans me montrer. Sur Kino Music, je me montre plus…

Comme la photographie de la pochette.

Au début la pochette devait être juste une pochette graphique, jaune et noire. C’est Marc Collin qui m’a encouragé à mettre une photographie. Je n’y avais pas songé… Je ne suis pas un grand fan de photographie et je ne me trouve pas très photogénique. Je me préfère en vidéo. On a fait la photographie dans le studio où on a enregistré Kino Music. La photographe, Juliette Abitbol, m’a demande de me mettre pieds nus. Elle m’a proposé ça de manière improvisée. Je me reconnais dans cette photographie car je suis toujours pieds nus chez moi.

Et pourquoi avoir utilisé le jaune et le noir ?

Ce n’est pas de mon fait. C’est le graphiste, Rémy Poncet (Brest Brest Brest) qui a choisi les couleurs. Sur la foi des démos, il m’a proposé cette belle pochette. Il y a un côté Blue Note. Kino Music fait écho et assume à certaines références. Il fallait donc que la pochette soit aussi référencée. J’aime parfois le côté cliché.

Où a été enregistré Kino Music ?

Dans deux studios. Tous les instruments principaux et la rythmique ont été enregistrés aux studios Midi Live de Villetaneuse. Il s’agit des anciens studios Vogue. Il est resté dans son jus. Je voulais un son très 70. C’était le studio idéal.
Nous avons été une journée à Sofia pour faire les cordes. J’aime la salle de prise où travaille l’orchestre. C’est une vieille salle stalinienne des années 20. Le son y est très boisé.

En écoutant Kino Music, j’ai pensé à une phrase de Bertrand Burgalat. Il m’expliquait « être en colère » contre les producteurs de disque qui préfère acheter les droits de chansons existantes plutôt que de faire travailler des musiciens… Cette pochette, très voyante, est là pour dire que tu existes

C’est un peu ça. Tu as raison sur un point : je voulais faire un disque instrumental car je traversais un moment personnel difficile. Je voulais un disque instrumental, facile à écouter et qui soit connecté au cinéma. Je fais partie de ces gens qui pense que la musique de film doit être une musique autonome. Elle doit pouvoir fonctionner sans le film auquel elle est rattachée. Elle doit être comme un acteur du film. Si tu as Catherine Deneuve dans ton film, tu ne vas pas lui demander de jouer comme Delphine Seyrig. C’est pareil pour les musiques de film.
Je suis d’accord avec Bertrand. Il y a un autre problème : le manque d’argent. On consacre, je crois, 1% du budget du film à la musique. Ou peut-être 1,5%. Il y a donc très peu de moyens. Et certains réalisateurs montent de la musique pré-existante sur leur film et convoque un compositeur pour se rapprocher de ce qu’ils ont mis. Ce n’est pas la bonne méthode. Ce n’est pas pour faire vieux con mais autrefois Truffaut ne faisait pas ça avec Delerue. Il appelait Delerue car il aimait ses compositions. Truffaut validait les thèmes et le compositeur travaillait seul.
J’ai donc fait Kino Music seul. Je devance l’appel… Elle fonctionne seule et fait un bel objet. J’aimerais que ces morceaux se retrouvent sur des films. J’ai eu ma liberté. J’ai tendance à penser que la musique va se diriger vers ce système : le musicien propose et le réalisateur se sert.

C’est un album que tu joues sur scène. Tu as ouvert pour Nouvelle Vague il y a quelques jours et tu étais accompagné de Biche…

Les Biche sont venus me chercher. Ils ont entendu le disque chez des amis en commun. Ils aiment accompagner des gens sur des projets. Je ne pensais pas le défendre sur scène… On a donc fait deux concerts, un au Silencio et un au Café de La Danse. J’ai pris beaucoup de plaisir. Je n’avais pas fait de concert depuis quinze ans. J’ai adoré jouer de mon instrument (la basse) et c’est très rafraîchissant de se retrouver sur scène avec des gars qui ont vingt ans de moins que toi. J’aimerais bien en refaire.

Kino Music est aussi une histoire de femmes…

J’avais envie, même si je ne voulais pas de chansons, d’une présence humaine. J’ai tout de suite pensé à inviter quelques personnes. Il fallait avoir du relief. J’aime les disques qui ont du relief, qui s’écoutent comme une radio.

Top 5 Pierre Daven-Keller

  1. Ton disque préféré de 2019 ?
  2. J’ai beaucoup aimé Apollo XXI de Steve Lacy.

  3. Le disque que tu attends le plus ?
  4. Le prochain Beck.

  5. Ta bande originale de film préférée ?
  6. C’est très difficile à dire… J’aurais tendance à répondre Morricone. Peut-être Le Bon, La Brute et Le Truand. J’aime beaucoup celle du Clan des Siciliens ou La Donna Invisibile.

  7. Le producteur de tes rêves ?
  8. J’aime produire… Je peux te citer des producteurs que j’aime beaucoup. Nigel Godrich, Bertrand Burgalat et Nicolas Godin

  9. Le groupe disparu que tu aurais aimé produire ?
  10. Je ne sais pas. Je vais répondre Clair. Je produis en ce moment cette chanteuse avec Philippe Katerine. Elle chante sur son disque d’ailleurs.

Kino Music de Pierre Daven-Keller est disponible chez Kwaidan Records.
La pochette du disque est signée Rémy Poncet.

Pierre Daven-Keller - Kino Music

Tracklist : Pierre Daven-Keller - Kino Music
  1. Champ Magnétique
  2. Corniche Kennedy
  3. Melancholia
  4. La Fiancée de l'Atome (feat. Helena Noguerra)
  5. Intermezzo Retro
  6. Dakota Jim
  7. Jerk (feat. Claire Tilier)
  8. Daiquiri
  9. Salvaje Corazon (feat. Arielle Dombasle)
  10. Farfisa
  11. Sirocco
  12. Totoo Totem (feat. Helena Noguerra)
  13. Easy Tempo
  14. Cuore Selvaggio (feat. Arielle Dombasle)

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Pierre Daven-Keller

Le Vent se Lève pour Pierre Daven-Keller

Proche de Philippe Katerine, Dominique A et Miossec, Pierre Daven-Keller a publié il y a quelques semaines Kino Music, un disque aussi singulier que beau. La vie de ce disque se poursuit avec le clip de Sirocco.
Pierre Daven-Keller

5 questions à … Pierre Daven-Keller

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Pierre Daven-Keller qui vient de sortir son nouveau disque, Kino Music, un album « quasi instrumental, composé, arrangé et produit par…

Plus dans Interviews

ojos

[MaMA 2020] 5 questions à … Ojos

SK* a demandé à une centaine (et beaucoup plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour d’Ojos passé l’Huracán qui crée toujours le mystère entre français et espagnol. Les lyonnais nous font aussi les yeux doux avec…
Bafang © Franck Blanquin

5 questions à … BAFANG

SK* a demandé à une centaine (et beaucoup plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de BAFANG qui sort ce vendredi 27 novembre Elektrik Makossa, le disque idéal pour ambiancer votre confinement dé-confiné ou votre dé-confinement…
lee-ann-curren

[MaMA 2020] 5 questions à … Lee-Ann Curren

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Lee-Ann Curren, surfeuse et rockeuse qui aurait du être la déferlante du MaMA 2020. Alors côté concert c’est le calme plat,…
Photos de concert : Damon Albarn @ Nuits de Fourvière, Lyon | 5 juillet 2014

Damon Albarn par Nicolas Sauvage

Après avoir classé et brillamment raconté la carrière de Paul Weller, Nicolas Sauvage domestique la carrière inclassable de Damon Albarn. Le chanteur de Blur n’a eu de cesse, depuis 1995, de perdre les journalistes musicaux et surtout de trouver de nouveaux publics. Avec Mali Music, Gorillaz, The Good The Bad & The Queen, Albarn a…
nico_eric_faceprofil 2 @linda_tuloup

Le (re) nouveau Nicolas Comment !

Après Rose planète en 2015, Nicolas Comment sort un nouvel album en janvier 2021, intitulé… Nouveau. Mais attention, ce disque tourne autour de la figure mystérieuse de Germain Nouveau, compagnon de Rimbaud et inspirateur des surréalistes. Son premier titre, Dévotion est en écoute exclusive ci-dessous, il clôt l’album et pourtant nous permet d’entrer dans le…
20480152lpw-20480186-article-jpg_7186380_980x426

5 questions à … Arielle Dombasle et Nicolas Ker

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, les Bonnie & Clyde baroques et inclassables qui dépoussièrent la scène française. Après un premier album commun…
Temps Calme

5 questions à … Temps Calme

SK* a demandé à une centaine (et beaucoup plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Temps Calme nouveau sur le Circuit avec leur premier album ce 6 novembre accompagné d’un nouveau clip avec Mirrorball. La…