Catégories
Chroniques d'albums

Greg Dulli – Random Desire

Greg Dulli n’a jamais déçu. Que ce soit avec les Afghan Whigs ou The Twilight Singers ou encore avec Mark Lanegan le temps de The Gutter Twins. Ce n’est pas avec son premier album solo que la déception va pointer le bout de son nez.

Pour la première fois de sa (longue) carrière, Greg Dulli s’est retrouvé seul. Depuis la sortie du premier disque des Afghan Whigs en 1988, Dulli avait toujours ressenti le besoin d’être accompagné par un groupe pour nous chanter son rock gorgé de soul. Avec Random Desire, Dulli fait du Dulli. Aucun péril dans la demeure. Bordé par Nick Cave, influencé par les Doves, Greg Dulli reste cet écrivain prolifique qui sait vous retourner avec une chanson, une intention, une note. It Falls Apart fera rougit de plaisir les fanatiques de Black Love et A Ghost fera tomber en pâmoison les fans des Bad Seeds.

Greg Dulli – Pantomima

Le constat reste au final toujours le même. Dulli reste une des plus belles plumes du rock américain. Il serait temps de s’en apercevoir.

Greg Dulli - Random Desire


Random Desire de Greg Dulli est disponible chez Royal Cream/BMG.

Greg Dulli - Random Desire

Tracklist : Greg Dulli - Random Desire
  1. Pantomima
  2. Sempre
  3. Marry Me
  4. The Tide
  5. Scorpio
  6. It Falls Apart
  7. A Ghost
  8. Lockless
  9. Black Moon
  10. Slow Pan

Greg Dulli – Random Desire4.5
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
1 réponse sur « Greg Dulli – Random Desire »

Concernant la qualité des compositions de Dulli, je partage : elles sont d’une qualité supérieure à la moyenne. En revanche, sa voix ne m’accroche pas complètement. C’est peut-être là que ça coince un peu. Elle manque de charisme ou d’originalité. Mais je vais écouter cet album.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Nick Cave - Cosmic Dancer

Dancing King !

Il y a des chansons ‘madeleine’ et sans doute Cosmic Dancer de T. Rex en fait partie. Mais quand c’est Nick Cave qui s’y colle surtout en ce moment cela revêt une autre dimension, from the womb to the tomb, d’autant que l’initiateur de ce projet d’hommage à Marc Bolan, le producteur Hal Willner est…

À mon W. Hamon

Dans le Hamon tout est bon écrivait il y a quelques mois le collègue Guimauve. Son disque, Soleil, Soleil Bleu, se bonifie comme un Chablis Grand Cru et prend une jolie patine au fil des écoutes.

Greg (tombe) Dulli

On a connu Greg Dulli dans les The Afghan Whigs, The Gutter Twins, The Twilight Singers et comme invité du premier Foo Fighters. On le connaitra désormais en solo avec l’arrivée de Random Desire.
Theo Lawrence

Bang Bang, Theo Lawrence shot me down

L’année 2018 fut une année formidable pour Theo Lawrence and The Hearts. Porté par le rock suave et élégant de Homemade Limonade, le public a bu comme du petit lait les paroles de ce garçon passionnant. SK* a passé l’année à le suivre. Il était donc logique de le rencontrer pour sa dernière date de…

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.