Le label Heavenly Recordings (Saint Etienne, Mark Lanegan) fête dignement ses trente ans avec la sortie de Disco Volador, le deuxième disque des Orielles qui, on le souhaite, ne sera pas leur second.

Qui a dit qu’il ne se passait rien à Halifax ? Tout le monde. Sauf Esme Dee Hand-Halford qui a décidé de rompre la monotonie de son Yorkshire natal en reprenant à son compte l’héritage du Beta Band et de Stereolab. Depuis 2016, The Orielles a remis son sort entre les mains du label de Jeff Barrett et a décidé de s’affranchir des convenances habituelles. On les avait découverts avec Silver Dollar Moment, un disque au final très sage quand on écoute Disco Volador.

The Orielles – Space Samba (Disco Volador Theme)

The Orielles ont dû récupérer un stock de vinyles de jazz dans un charity shop de Stockport, ville où se situent les Eve Studios dans lesquels ont été enregistrées les chansons de ce nouvel album. Disco Volador est disque d’humeur volatile qui navigue entre free jazz et acid house du début des années 90. Produit par Marta Salogni (Liars, Björk, The Moonlandingz) et de leur nouveau claviériste, Disco Volador propulse nos jeunes héros sur la piste de danse. A nous de suivre désormais.

Disco Volador des The Orielles est disponible chez Heavenly Recordings / [PIAS].

The Orielles - Disco Volador


The Orielles - Disco Volador

The Orielles - Disco Volador

Tracklist : The Orielles - Disco Volador
  1. Come Down On Jupiter
  2. Rapid i
  3. Memoirs Of Miso
  4. Bobbi's Second World
  5. Whilst The Flowers Look
  6. The Square Eyed Pack
  7. 7th Dynamic Goo
  8. A Material Mistake
  9. Euro Borealis
  10. Space Samba (Disco Volador Theme)

The Orielles – Disco Volador3.5
7/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

The Orielles

La samba des The Orielles

Heavenly Recordings fête cette année ses 30 ans. Le label de Jeff Barrett a signé en trois décennies la crème du rock britannique (Ewdyn Collins, Doves, Beth Orton) et s’offre une nouvelle jeunesse avec The Orielles.

Les Orielles plein les oreilles !

Signés chez Heavenly Recordings et annoncés par le Guardian comme le chaînon manquant entre les Manic Street Preachers et Saint Etienne, les Orielles devraient faire encore plus parler d’eux en 2018.
The Orielles © Neelam Khan Vela

Les jolies boucles d’Orielles

Ces trois jeunes gens originaires de la ville industrielle d’Halifax viennent de publier un titre franchement réjouissant chez Heavenly Recordings. Sugar Tastes Like Salt et ses 8 minutes 24 hypnotisent et impressionnent.

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…