Catégories
Chroniques musique

Gerry Cinnamon – The Bonny

Après avoir triomphé avec Erratic Cinematic en 2017, Gerry Cinnamon revient, en plein confinement, avec The Bonny, un disque gorgé de tubes (plus ou moins éphémères).

Gerry Cinnamon fait donc partie de ces artistes qui ont décidé de maintenir la sortie de son disque pendant le confinement. Les semaines passent et ne se ressemblent pas. La semaine dernière , Laura Marling avait décidé de sortir Song for Our Daughter, un disque assez ennuyeux. L’ennui ne sera pas de la partie avec The Bonny. Gerry Cinnamon fait du Gerry Cinnamon et séduit tout le monde. Après avoir été adoubé par Liam Gallagher, l’écossais devait s’envoler aux Etats-Unis pour tourner avec Rancid. La pandémie du Covid-19 en a décidé autrement. Coincé chez lui, Cinnamon a décidé de sortir son disque qui devrait vous faire danser quand vous faîtes la vaisselle ou quand vous lavez vos vitres. Sorte de croisement hybride de The Associates et de The View, Gerry Cinnamon contrecarre la malédiction des groupes du Nord du Royaume-Uni et enchante votre journée tout en défonçant le top 10 des charts du Royaume-Uni.

Gerry Cinnamon – Where We’re Going

Fermez les yeux quand vous écoutez Head in the Clouds et vous vous retrouverez sur une route entre Dundee et Aberdeen (attention si vous lavez vos vitres au même moment). Fermez les yeux quand vous écoutez Outsiders et vous vous retrouverez dans un pub de Glasgow (attention si vous faîtes votre vaisselle au même moment)… Le souci de ce disque est son effet dans le temps. Il se pourrait qu’on oublie rapidement ce garçon et qu’on retourne écouter sagement une compilation de faces b des The Coral.

Gerry Cinnamon - The Bonny

The Bonny de Gerry Cinnamon est disponible chez Little Runaway Records.

Gerry Cinnamon - The Bonny

Tracklist : Gerry Cinnamon - The Bonny
  1. Canter
  2. War Song Soldier
  3. Where We're Going
  4. Head in the Clouds
  5. Dark Days
  6. The Bonny
  7. Sun Queen
  8. Outsiders
  9. Roll the Credits
  10. Mayhem
  11. Six String Gun
  12. Every Man's Truth

Gerry Cinnamon – The Bonny
6/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Lucy Gooch en Technicolor

Après le remarqué Rushing, Lucy Gooch sort son deuxième EP Rain’s Break chez Fire Records le 25 juin.

The Coral, l’efficacité anglaise

Et de dix pour les Coral ! Le groupe de Liverpool sera de retour à la fin du mois d’avril avec un double album et vient de publier Vacancy, un nouveau single diablement efficace.
Les Louanges - Pigeons

Vidéo : Les Louanges – Pigeons

Avec son nouveau titre Pigeons, Vincent Roberge alias Les Louanges semble être le dindon de la farce avec une chanson introspective après les excès, la fatigue, les aléas et peut-être la lassitude de deux ans de tournée.

Vidéo : John Moods – Talk To Me

The return of the Mullet. C’est le Daily Star qui l’annonce, 2021 sera l’année du retour de la coupe ramasse miettes façon Patrick Swayze dans Ghost ou Chris Waddle au Vélodrome de Marseille. Jonathan Jarzyna (Fenster) prend les devants capillaires avec son projet John Moods et son titre Talk To Me.
Olivier Rocabois - Goes Too Far

Olivier Rocabois – Goes Too Far

Olivier Rocabois fait feu de tout bois pour dépasser par la droite Neil Hannon sans le prévenir et laisser tout penauds les frères Brewis de Field Music.
Alela Diane

Oulala Alela !

Alela Diane était en tournée en 2018 avec Heather Woods Broderick et Mirabai Peart, Live At The Map Room en est le polaroid en saisissant ces instants fugaces « en live, comme en concert, canalisant l’énergie de tous les endroits où nous étions allées. »
Mina Tindle - Sister

Love is real, real is love

All I want is a little bit of love. Tout est dit. Mais ce n’est pas donné à tout le monde de donner, sincèrement, honnêtement, simplement.

Plus dans Chroniques musique

Shame - Drunk Tank Pink

Shame – Drunk Tank Pink

L’heure de la raison a déjà sonné pour les Shame. Il y a trois ans, ces jeunes anglais débarquaient sans frapper à la porte avec Songs Of Praise, une oeuvre de jeunesse bourrée de bonnes chansons. Avec Drunk Tank Pink, les Shame complexifient leur discours et s’assagissent.