Catégories
Chroniques d'albums

Laura Marling – I Speak Because I Can

Laura Marling sort son deuxième album I Speak Because I Can le 22 mars. Son premier album Alas I Cannot Swim m’a irritée plus qu’autre chose. Mais ce nouvel album est plus intense, plus complet, elle n’est plus seule avec sa guitare, elle a su s’entourer. Il m’a transportée et plombée à la fois.

L’omniprésence de la guitare acoustique sur Alas I Cannot Swim(2008) m’a fait l’associer penser à une vieille maison pendant une tempête : avec le bois qui craque la nuit. Sur I Speak Because I Can, la patte d’Ethan Johns se fait sentir. Aussi, parmi les musiciens, on compte Marcus Mumford, Ted Dwayne et Winston Marshall des Mumford & Sons et Tom Fiddle de Noah & the Whale.
En s’entourant d’un producteur professionnel – Ethan Johns a produit les Kings Of Leon, Ryan Adams et Rufus Wainwright entre autres – en lieu et place de son (ex)-petit ami Charlie Fink de Noah & the Whale, elle a réussit à créer une réelle atmosphère.

Discographie

Laura Marling - I Speak Because I Can

La première impression que m’a faite cet album, c’est les grands espaces : je me voyais en haut d’une falaise à voir la mer se déchaîner. En fait, Laura Marling souhaitait par le biais de cet album réitérer son identité anglaise. Le titre le plus flagrant de cet aspect reste ‘Goodbye England (covered in snow)‘ ; mais ‘Devil’s Spoke‘, figurerait parfaitement en bande-son de Braveheart.

Laura Marling discute dans cet album de la responsabilité de la féminité. Elle présente la femme dans l’attitude passive stéréotypée depuis la nuit des temps : ‘What He Wrote‘ décrit une correspondance de guerre entre deux amoureux et ‘I Speak Because I Can‘ adresse la relation entre Penelope et Ulysse. Elle a appris aussi de ses erreurs commises sur le premier album : si ‘Alpha Shallows‘ est une chanson personnelle, elle est codée.

Je ne retiendrai pourtant que deux voire trois chansons pour cet album : ‘Rambling Man‘ (« Let it be known that I was who I am ») et ‘Hope in the Air‘, qui par leur puissance asseyent la position de la femme – s’il est réellement question de la responsabilité de la féminité. Et au passage, je rajoute ‘Darkness Descends‘ qui reste enlevé et insouciant et donc ma intrigué pour le contraste avec le titre – et qui permet de souffler dans cet album très mélo-dramatique.

En attendant, le clip de Devil’s Spoke.
Laura Marling – Devil’s Spoke

Sortie le 22 mars chez EMI.

Tracklist : Laura Marling - I Speak Because I Can
  1. Devil's Spoke
  2. Made By Maid
  3. Rambling Man
  4. Blackberry Stone
  5. Alpha Shallows
  6. Goodbye England (Covered In Snow)
  7. Hope In The Air
  8. What He Wrote
  9. Darkness Descends
  10. I Speak Because I Can

Vous avez aimé ? Partagez !
4 réponses sur « Laura Marling – I Speak Because I Can »

j’viens de poster un portrait … elle est jolie « pour de vrai » mais difficilement takable en photo en fait. enfin je dis ca, j’ai fait ca en 30 secondes, parce qu’on avait déja bouffé le temps alloué :)

je veux bien croire que sa beauté soit difficile à capter! aucune vidéo ni aucune photo ne la révèle vraiment… c’est exactement le contraire des fausses belles (qui sont hypra photogéniques)! dommage!

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Lump - Gamma Ray

Vidéo : Lump – Gamma Ray

C’est aujourd’hui que l’on se met un grosse lampée de Lump, duo composé de Mike Lindsay, troubadour de Tuung et Laura Marling touche à tout folk britannique qui sort ce jour son deuxième album Animal qui fait mal (à la concurrence).
Marika Hackman © Teri Pengilley

Grosse chaleur avec Marika Hackman

2013 fut une année très riche pour Marika Hackman, un mini album, That Iron Taste deux fois clipés Bath Is Black et ses postérieurs, Cannibal et sa Cène à la Marco Ferreri et produit par Charlie Andrew (Alt-J) et un EP, Sugar Blind.

Plus dans Chroniques d'albums

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur. Vestale évanescente au milieu des villes mélancoliques, de territoires sauvages, fauves même… Et puis des ombres, des […]
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.
The Killers - Pressure Machine

The Killers – Pressure Machine

Entouré par Springsteen et par John Steinbeck, Brandon Flowers poursuit sa quête de la chanson parfaite et nous emmène dans les terres de son enfance.
Vikken

Vikken – Joie

Vikken et sa Joie ont tous deux le sens de la débâcle. Un côté Charlie Chaplin de la folle déprime, face à une grosse machinerie bête et informe, qui fixe, qui normalise, qui nécessairement finit par s’emballer, et qui ne s’arrête plus, et qui envoie valser en l’air à grands coups de beats électro tout […]
Francis Lung - Miracle

Francis Lung – Miracle

L’ex-membre de WU LYF a bien fait de nommer son nouveau disque Miracle. Les 13 (tiens tiens, ce nombre..) chansons font de nouveau croire en lui.