Catégories
Chroniques d'albums

Laura Marling – I Speak Because I Can

Laura Marling - I Speak Because I CanLaura Marling sort son deuxième album I Speak Because I Can le 22 mars. Son premier album Alas I Cannot Swim m’a irritée plus qu’autre chose. Mais ce nouvel album est plus intense, plus complet, elle n’est plus seule avec sa guitare, elle a su s’entourer. Il m’a transportée et plombée à la fois.

Laura Marling : I Speak Because I Can

L’omniprésence de la guitare acoustique sur Alas I Cannot Swim(2008) m’a fait l’associer penser à une vieille maison pendant une tempête : avec le bois qui craque la nuit. Sur I Speak Because I Can, la patte d’Ethan Johns se fait sentir. Aussi, parmi les musiciens, on compte Marcus Mumford, Ted Dwayne et Winston Marshall des Mumford & Sons et Tom Fiddle de Noah & the Whale.
En s’entourant d’un producteur professionnel – Ethan Johns a produit les Kings Of Leon, Ryan Adams et Rufus Wainwright entre autres – en lieu et place de son (ex)-petit ami Charlie Fink de Noah & the Whale, elle a réussit à créer une réelle atmosphère.

La première impression que m’a faite cet album, c’est les grands espaces : je me voyais en haut d’une falaise à voir la mer se déchaîner. En fait, Laura Marling souhaitait par le biais de cet album réitérer son identité anglaise. Le titre le plus flagrant de cet aspect reste ‘Goodbye England (covered in snow)‘ ; mais ‘Devil’s Spoke‘, figurerait parfaitement en bande-son de Braveheart.

Laura Marling discute dans cet album de la responsabilité de la féminité. Elle présente la femme dans l’attitude passive stéréotypée depuis la nuit des temps : ‘What He Wrote‘ décrit une correspondance de guerre entre deux amoureux et ‘I Speak Because I Can‘ adresse la relation entre Penelope et Ulysse. Elle a appris aussi de ses erreurs commises sur le premier album : si ‘Alpha Shallows‘ est une chanson personnelle, elle est codée.

Je ne retiendrai pourtant que deux voire trois chansons pour cet album : ‘Rambling Man‘ (« Let it be known that I was who I am ») et ‘Hope in the Air‘, qui par leur puissance asseyent la position de la femme – s’il est réellement question de la responsabilité de la féminité. Et au passage, je rajoute ‘Darkness Descends‘ qui reste enlevé et insouciant et donc ma intrigué pour le contraste avec le titre – et qui permet de souffler dans cet album très mélo-dramatique.

En attendant, le clip de Devil’s Spoke.

Sortie le 22 mars chez EMI

Tracklist
1. Devil’s Spoke
2. Made By Maid
3. Rambling Man
4. Blackberry Stone
5. Alpha Shallows
6. Goodbye England (Covered In Snow)
7. Hope In The Air
8. What He Wrote
9. Darkness Descends
10. I Speak Because I Can

Partager cet article
4 réponses sur « Laura Marling – I Speak Because I Can »

j’viens de poster un portrait … elle est jolie « pour de vrai » mais difficilement takable en photo en fait. enfin je dis ca, j’ai fait ca en 30 secondes, parce qu’on avait déja bouffé le temps alloué :)

je veux bien croire que sa beauté soit difficile à capter! aucune vidéo ni aucune photo ne la révèle vraiment… c’est exactement le contraire des fausses belles (qui sont hypra photogéniques)! dommage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Paul Mc Cartney - Deluxe Boxset Cover

Cerise sur la tarte !

Flaming Pie, le dixième album solo de Sir Paul est réédité luxueusement pour les soins de la Paul McCartney Archive Collection après le dernier en date, Wings over Europe toujours sous la supervision du maître.
Andrew Bird

Andrew Bird can sing !

Chicago – Illinois. Andrew Bird s’apprête à faire son grand retour avec, peut-être, son plus beau disque depuis Break It Yourself. Il sera en concert au Trianon (Paris) et au festival Minuit Avant La Nuit (Amiens) au mois de juin prochain.
Paul McCartney - Carpool Karaoke

Paul is not dead !

When I’m 76 pourrait chanter Macca après son incroyable passage dans le late show de James Corden qui provoque assurément un grave bonheur à déjà plus de 18 millions de fans en 7 jours. Il y a des artistes qui vieillissent comme un bon vin et continuent de se bonifier, Paulo est de ceux là.…
Blossoms - Blossoms

Blossoms – Blossoms

Attention danger ! Avec ce disque, le fan lambda de pop devrait avoir quelques caries après l’écoute du premier morceau et devrait finir diabétique à la fin du disque. Originaires de Stockport, les Blossoms sont le premier groupe important de cette ville qui se situe dix kilomètres à l’ombre de Manchester. Si la ville de…

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…