Catégories
Chroniques d'albums

Brendan Benson – Dear Life

A quoi sert Sour Mash, le label de Noel Gallagher ? A sortir les disques ennuyeux de son groupe (les High Flying Birds) et à financer les chansons fascinantes de Shack.
A quoi sert Third Man Records, le label de Jack White ? A sortir les disques ennuyeux de ses groupes (The Raconteurs & The Dead Weather) et à rééditer les chansons fascinantes des Jonathan Fire*Eater. Mais aussi à sortir du silence Brendan Benson qui n’avait rien produit depuis sept ans.

Brendan Benson n’avait rien dit depuis sept ans… On devrait préciser que Brendan Benson n’avait rien écrit de passionnant depuis 15 ans. On oubliera volontiers What Kind Of World and co pour se focaliser sur la sacro-sainte période qui va de 1996 à 2005. Il y a 24 ans, Benson faisait jeu égal avec les Posies en impressionnant tout le monde grâce à ses chansons écrites avec Jason Falkner. On arrête donc de suite notre analogie avec Noel Gallagher qui n’a rien écrit de passionnant depuis… A vous de choisir.

Brendan Benson – Dear Life

Désormais âgé de 49 ans, Benson est visiblement content de lui. Dans les interviews, il se dit aussi fier de ce nouveau disque que de Lapalco. Et nous aussi. On retrouve des sensations qu’on croyait disparues. La plume de Benson retrouve une agilité qu’elle n’avait pas eue depuis des lustres. La guitare de Freak Out ou de I Quit nous font revivre les heures glorieuses des 90’s. Autant les Raconteurs sont bons pour la casse, autant BB mérite de casser la baraque avec ce disque.

Brendan Benson - Dear Life

Dear Life de Brendan Benson est disponible chez Third Man Records.

Brendan-Benson - Dear Life

Tracklist : Brendan Benson - Dear Life
  1. I Can If You Want Me To
  2. Good To Be Alive
  3. Half A Boy (Half A Man)
  4. Richest Man
  5. Dear Life
  6. Baby's Eyes
  7. Freak Out
  8. Evil Eyes
  9. I'm In Love
  10. I Quit
  11. Who's Gonna Love You?

Brendan Benson – Dear Life4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

1970 (I Feel Alright with The Stooges)

Third Man Records a décidé de faire l’opération coup de poing cet été en publiant le dernier concert des Stooges donné au Goose Lake International Music Festival un mois après la sortie de Fun House.
Jonathan FireEater’s -Tremble Under Boom Lights

Jonathan Fire*Eater ‎– Tremble Under Boom Lights

Third Man Records fait oeuvre d’utilité publique en rééditant Tremble Under Boom Lights des feux Jonathan Fire*Eater. Sans ces derniers, Paul Banks (Interpol) serait resté seul avec ses boutons d’acné et les Yeah Yeah Yeahs ne seraient pas sortis de leur local de répétition. Vénérés (et pillés) par les Strokes, les Jonathan Fire*Eater furent le…
Yak

Yak attack

En quelques mois Yak a réussi à mettre tout le monde d’accord. De Jack White à Jason Pierce de Spiritualized, de Fat Possum à Third Man Records, tout le monde écoute le rock franc du collier de ces trois londoniens.
The Blind Suns

Arrivée à Austin : Power to The Blind Suns

CAUTION ! SXSW WARM UP ! CAUTION ! Les The Blind Suns sont enfin arrivés à Austin. Visiblement la capitale texane mérite bien sa réputation de ville la plus cool du monde. Nos Angevins préférés font des rencontres et se chauffent au sens propre comme au sens figuré pour leurs futures prestations. Le jeans Skinny…
Yak - The No EP

On dit oui à Yak qui dit non!

Les Yak n’ont pas le droit d’échouer si on étudie l’équipe qui les entoure. Leur nouvel EP, produit par Steve Mackey (Pulp) est la nouvelle sortie du label de Jack White. Et quand on écoute le premier extrait, No, on dit un grand oui!
clip : Jack White - Sixteen Saltines

clip : Jack White – Sixteen Saltines

Jack White – Sixteen Saltines Le garçon déchaine les passions, surtout chez les jeunes filles, alors faites vous plaisir, la vidéo de Sixteen Saltines vient juste de sortir. Ce titre est extrait de Blunderbuss, premier album solo de Jack White (sortie le 24 avril), les White Stripes ayant splitté il y a deux mois après…
The Dead Weather @ Eurockéennes, Belfort | 2 juillet 2010

Premier jour aux Eurockéennes de Belfort – 2 juillet 2010

Premier jour sous une chaleur étouffante sur la presqu’île du Malsaucy pour les Eurockéennes de Belfort. Après un rapide repérage des scènes, une longue réflexion sur le planning de la journée, me voilà donc parti découvrir quelques artistes programmés cette journée. Grande claque pour The Dead Weather qui a fournis une prestation énergique de qualité…

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…