Catégories
Chroniques d'albums

Mark Lanegan – Straight Songs of Sorrow

Accompagnant la sortie de Sing Backwards and Weep, son autobiographie publiée chez White Rabbit, Straight Songs of Sorrow voit un Mark Lanegan évoquer son passé. Fascinant, ce cow-boy solitaire a traversé plus de trente ans avec des hauts (voire des sommets comme avec Bubblegum en 2004) et des bas. Agé aujourd’hui de 55 ans, l’ex-chanteur des Trees peut se targuer de n’avoir enregistré aucun mauvais disque depuis ses débuts à Seattle.

A l’heure du Jugement Dernier, l’âme damnée de Mark Lanegan aura sa place parmi les justes. Parti avant tout le monde avec les Screaming Trees à l’assaut du monde, Mark Lanegan revient, avec ce disque sur l’enfer des années 90. Comme l’écrit Michka Assayas sur la page Facebook de Very Good Trip, on entend ici « la voix d’un survivant ». Des années 90 chez Sub Pop, Mark Lanegan ne garde visiblement que des souvenirs douloureux. Ayant encore en tête les heures passées avec Kurt Cobain et Layne Staley, Lanegan revient sur cette période qui compte autant de phases d’addiction (Stockholm City Blues) que de phases de création.

Mark Lanegan – Skeleton Key

La lecture de Sing Backwards and Weep réserve quelques surprises. Il en va de même pour Straight Songs of Sorrow. On quitte les paysages sonores du dernier disque et on ne retrouve pas les racines folk de Lanegan. Rien d’étonnant pour quelqu’un qui n’a jamais voulu enregistrer le même disque et qui a inspiré Josh Homme, suscité l’admiration de Dave Gahan et enregistré avec Isobel Campbell les disques les plus sombres des années 2000. Enregisrtré avec le fidèle Alain Johannes et une kyrielle d’invités (Ed Harcourt, Warren Ellis), moins évident que ses derniers albums, Straight Songs of Sorrow est peut être le plus touchant. Toujours pudique, Lanegan se cache toujours derrière son micro et la fumée de sa cigarette. Pour la première fois, il sort de l’ombre comme pour expier ce passé qui ne passe pas. Il n’empêche que le constat est implacable : ses disques n’ont pris aucune ride (la preuve avec Field Songs). Moins sibyllines que d’habitude, les paroles scellent définitivement le sort de cette étoile noire du rock américain.

Ugly, I’m so very ugly
I’m ugly, inside and out, there’s no denyin’
Love me, why would you ever love me?

Ecoute tes chansons et tu auras la réponse !

Straight Songs of Sorrow de Mark Lanegan sera disponible le 8 mai 2020 chez Heavenly Recordings/PIAS. La tournée européenne de Mark Lanegan est reportée.

Mark Lanegan - Straight Songs Of Sorrow

Tracklist : Mark Lanegan - Straight Songs of Sorrow
  1. I Wouldn't Want To Say
  2. Apples From A Tree
  3. This Game Of Love
  4. Ketamine
  5. Bleed All Over
  6. Churchbells; Ghosts
  7. Internal Hourglass Discussion
  8. Stockholm City Blues
  9. Skeleton Key
  10. Daylight Nocturnal House
  11. Ballad of the Dying Rover
  12. Hanging On (For DRC)
  13. Burying Ground
  14. At Zero Below
  15. Eden Lost And Found

Mark Lanegan – Straight Songs of Sorrow4.5
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Mark Lanegan

[1990 – 2020] Where did Mark Lanegan sleep last night ?

Avant de sublimer les Queens Of The Stone Age, avant de chanter avec Nick Cave, Mark Lanegan était le chanteur des Screaming Trees. Signés chez Velvetone et surtout SST (Minutemen, Descendents), les Trees étaient là avant tout le monde dans les années 80. Ce groupe originaire d’Ellensburg annonçait les 90’s, Lanegan annonçait sans le savoir…
Mike Johnson

Mike Johnson, les hauts d’un bassiste

Membre de Snakepit (dont il faut réécouter urgemment les morceaux de From Vegas To Memphis), bassiste des Dinosaur Jr, proche de Mark Lanegan, Mike Johnson n’a pas chômé au cours des années 90. Il faut donc profiter de notre retraite forcée pour redécouvrir les disques de cette plume fine et sombre de l’Amérique des 90’s.
Mark Lanegan

Le chagrin de Mark Lanegan

Mark Lanegan est déjà de retour. Après le succès de Somebody’s Knocking, il a décidé de retourner rapidement en studio pour enregistrer les quinze chansons de Straight Songs of Sorrow, disque qui accompagnera la sortie de Sing Backwards And Weep, son autobiographie.

Humanist – Humanist

Il y a Rob Marshall et les autres. Pour son premier disque solo, l’ex Exit Calm réussit l’exploit de réunir une douzaine de chansons belles à tomber à la renverse avec un casting qui donne le tournis. Humanist est un coup de foudre. Et comme pour Lucien Leuwen de Stendhal, Humanist est un coup de…
Mark Lanegan @ 106 Rouen 05-11-2019

Mark Lanegan ne bulle pas.

Mark Lanegan sera de retour au printemps prochain pour deux bonnes raisons qui sont les suivantes : une tournée française et un concert à l’Ancienne Belgique pour fêter les 10 ans de Bubblegum.

Plus dans Chroniques d'albums

The Bats - Foothills

The Bats – Foothills

Les Bats viennent de publier Foothills, leur dixième album. Comme pour les neuf premiers, le verdict sera le même : les Bats sont le meilleur groupe du monde.
J.E. Sunde - Love

J.E. Sunde – Love

Désormais hébergé chez Vietnam (Chevalrex, H-Burns), J.E. Sunde poursuit la quête qu’il a débutée une décennie plus tôt ; à savoir écrire la chanson folk parfaite. Avec ce nouvel album, Love, Sunde démontre qu’il va falloir compter sur lui en 2020. Et pour le reste de votre vie.
The Moons - Pocket Melodies

The Moons – Pocket Melodies

Très actifs au début des années 2010, The Moons s’était assagi en devenant silencieux depuis quelques années. Andy Crofts, l’homme qui se cache derrière ce groupe, avait été accaparé par son travail avec Paul Weller. 2020 nous réserve son lot de surprises tous les jours. The Moons est de retour avec un disque et s’est…
Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée de Jim James, Bill Frisell, Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.