Catégories
Chroniques d'albums

Mark Lanegan – Straight Songs of Sorrow

Accompagnant la sortie de Sing Backwards and Weep, son autobiographie publiée chez White Rabbit, Straight Songs of Sorrow voit un Mark Lanegan évoquer son passé. Fascinant, ce cow-boy solitaire a traversé plus de trente ans avec des hauts (voire des sommets comme avec Bubblegum en 2004) et des bas. Agé aujourd’hui de 55 ans, l’ex-chanteur des Trees peut se targuer de n’avoir enregistré aucun mauvais disque depuis ses débuts à Seattle.

A l’heure du Jugement Dernier, l’âme damnée de Mark Lanegan aura sa place parmi les justes. Parti avant tout le monde avec les Screaming Trees à l’assaut du monde, Mark Lanegan revient, avec ce disque sur l’enfer des années 90. Comme l’écrit Michka Assayas sur la page Facebook de Very Good Trip, on entend ici « la voix d’un survivant ». Des années 90 chez Sub Pop, Mark Lanegan ne garde visiblement que des souvenirs douloureux. Ayant encore en tête les heures passées avec Kurt Cobain et Layne Staley, Lanegan revient sur cette période qui compte autant de phases d’addiction (Stockholm City Blues) que de phases de création.

Mark Lanegan – Skeleton Key

La lecture de Sing Backwards and Weep réserve quelques surprises. Il en va de même pour Straight Songs of Sorrow. On quitte les paysages sonores du dernier disque et on ne retrouve pas les racines folk de Lanegan. Rien d’étonnant pour quelqu’un qui n’a jamais voulu enregistrer le même disque et qui a inspiré Josh Homme, suscité l’admiration de Dave Gahan et enregistré avec Isobel Campbell les disques les plus sombres des années 2000. Enregisrtré avec le fidèle Alain Johannes et une kyrielle d’invités (Ed Harcourt, Warren Ellis), moins évident que ses derniers albums, Straight Songs of Sorrow est peut être le plus touchant. Toujours pudique, Lanegan se cache toujours derrière son micro et la fumée de sa cigarette. Pour la première fois, il sort de l’ombre comme pour expier ce passé qui ne passe pas. Il n’empêche que le constat est implacable : ses disques n’ont pris aucune ride (la preuve avec Field Songs). Moins sibyllines que d’habitude, les paroles scellent définitivement le sort de cette étoile noire du rock américain.

Ugly, I’m so very ugly
I’m ugly, inside and out, there’s no denyin’
Love me, why would you ever love me?

Ecoute tes chansons et tu auras la réponse !

Straight Songs of Sorrow de Mark Lanegan sera disponible le 8 mai 2020 chez Heavenly Recordings/PIAS. La tournée européenne de Mark Lanegan est reportée.

Mark Lanegan - Straight Songs Of Sorrow

Tracklist : Mark Lanegan - Straight Songs of Sorrow
  1. I Wouldn't Want To Say
  2. Apples From A Tree
  3. This Game Of Love
  4. Ketamine
  5. Bleed All Over
  6. Churchbells; Ghosts
  7. Internal Hourglass Discussion
  8. Stockholm City Blues
  9. Skeleton Key
  10. Daylight Nocturnal House
  11. Ballad of the Dying Rover
  12. Hanging On (For DRC)
  13. Burying Ground
  14. At Zero Below
  15. Eden Lost And Found

Mark Lanegan – Straight Songs of Sorrow4.5
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Mike Johnson

Mike Johnson, les hauts d’un bassiste

Membre de Snakepit (dont il faut réécouter urgemment les morceaux de From Vegas To Memphis), bassiste des Dinosaur Jr, proche de Mark Lanegan, Mike Johnson n’a pas chômé au cours des années 90. Il faut donc profiter de notre retraite forcée pour redécouvrir les disques de cette plume fine et sombre de l’Amérique des 90’s.
Mark Lanegan

Le chagrin de Mark Lanegan

Mark Lanegan est déjà de retour. Après le succès de Somebody’s Knocking, il a décidé de retourner rapidement en studio pour enregistrer les quinze chansons de Straight Songs of Sorrow, disque qui accompagnera la sortie de Sing Backwards And Weep, son autobiographie.

Humanist – Humanist

Il y a Rob Marshall et les autres. Pour son premier disque solo, l’ex Exit Calm réussit l’exploit de réunir une douzaine de chansons belles à tomber à la renverse avec un casting qui donne le tournis. Humanist est un coup de foudre. Et comme pour Lucien Leuwen de Stendhal, Humanist est un coup de…
Mark Lanegan @ 106 Rouen 05-11-2019

Mark Lanegan ne bulle pas.

Mark Lanegan sera de retour au printemps prochain pour deux bonnes raisons qui sont les suivantes : une tournée française et un concert à l’Ancienne Belgique pour fêter les 10 ans de Bubblegum.

L’humaniste Dave Gahan

Rob Marshall, guitariste d’Exit Calm et proche de Mark Lanegan, a recruté Dave Gahan (Depeche Mode) pour le premier single de l’album d’Humanist, son nouveau projet.

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…