Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un appel ou d’une nécessité.

To love is to live respire la colère et les espoirs foutus, les doutes qui mettent par terre, et surtout l’amour, peut-être un peu. Celui qui met debout, celui que l’on ne voudrait voir perdu. Il respire le besoin. Le charnel. Les corps et la peau. La nôtre que l’on voudrait tellement éplucher, recomposer, pour pouvoir enfin juste une fois l’accepter. Et puis celle de l’autre, celle que l’on a tant besoin de toucher. Là, maintenant. C’est une adolescence à vif. Un quatorze février comme une envie de crier. Une Saint Valentin au milieu des coups de pieds. Ceux pour faire mal. Ceux pour plier. Pour dégager le passage vers ce que l’on veut aimer.

Jehnny Beth – Heroine

Sous le décorum de hargne ou de violence, on a toujours du mal à cacher l’enfance. Que l’on a laissée là. Un peu trop seule. On a du mal à cacher nous-mêmes. Notre propre danger. Car on aimerait savoir la dompter, cette lente dérive loin de tout ce que nous n’avons pas réussi à être. La dompter et finalement lui pardonner. Cette enfance, Jehnny Beth la camoufle mal. Le veut-elle seulement ? Cette enfance, To love is to live ne la cache pas. C’est ce S si brûlant, cette apostrophe si dure d’accoler, entre lui et le verbe aimer.

C’est le goût du défi ou de l’impudeur. Celle qui nargue. Mais qui n’arrive pas à masquer le manque, la nécessité du contact. C’est un frisson à l’étroit, un épiderme dressé qui chuchoterait « n’hésite pas ». C’est un bain de minuit improvisé. Moteur encore tournant et phares allumés. Ce serait une route qui brusquement s’arrêterait là. Un film. Le cut. Une pause. La course et le plongeon. L’étreinte précipitée. Comme s’il n’y aurait plus rien, plus loin, au bout. Et qu’ici pourtant, il fallait encore tellement de tout.

To Love Is To Live de Jehnny Beth sort le 12 juin 2020 chez Caroline Records.

Jehnny Beth – Flower

Jehnny Beth - To Love Is To Live

Jehnny Beth - To Love Is To Live

Tracklist : Jehnny Beth - To Love Is To Live
  1. I am
  2. Innocence
  3. Flower
  4. We will sin together
  5. A place above
  6. I'm the man
  7. The rooms
  8. Heroine
  9. How could you
  10. The french country side
  11. Human

Jehnny Beth – To love is to live4.0
8/10
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Jehnny Beth - Heroine

Vidéo : Jehnny Beth – Heroine

Jehnny Beth et l’amour à fleur de peau. Heroine est extrait de son premier album solo, To love is to live disponible le 12 juin.
Jehnny Beth & Julian Casablancas - Boy/Girl

Un gars, une fille !

Un joli scopitone qui dépote avec Jehnny Beth et Julian Casablancas qui reprennent le Boy/Girl des pionniers danois Sort Sol avec l’icône punk Lydia Lunch.

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.