Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un appel ou d’une nécessité.

To love is to live respire la colère et les espoirs foutus, les doutes qui mettent par terre, et surtout l’amour, peut-être un peu. Celui qui met debout, celui que l’on ne voudrait voir perdu. Il respire le besoin. Le charnel. Les corps et la peau. La nôtre que l’on voudrait tellement éplucher, recomposer, pour pouvoir enfin juste une fois l’accepter. Et puis celle de l’autre, celle que l’on a tant besoin de toucher. Là, maintenant. C’est une adolescence à vif. Un quatorze février comme une envie de crier. Une Saint Valentin au milieu des coups de pieds. Ceux pour faire mal. Ceux pour plier. Pour dégager le passage vers ce que l’on veut aimer.

Jehnny Beth – Heroine

Sous le décorum de hargne ou de violence, on a toujours du mal à cacher l’enfance. Que l’on a laissée là. Un peu trop seule. On a du mal à cacher nous-mêmes. Notre propre danger. Car on aimerait savoir la dompter, cette lente dérive loin de tout ce que nous n’avons pas réussi à être. La dompter et finalement lui pardonner. Cette enfance, Jehnny Beth la camoufle mal. Le veut-elle seulement ? Cette enfance, To love is to live ne la cache pas. C’est ce S si brûlant, cette apostrophe si dure d’accoler, entre lui et le verbe aimer.

C’est le goût du défi ou de l’impudeur. Celle qui nargue. Mais qui n’arrive pas à masquer le manque, la nécessité du contact. C’est un frisson à l’étroit, un épiderme dressé qui chuchoterait « n’hésite pas ». C’est un bain de minuit improvisé. Moteur encore tournant et phares allumés. Ce serait une route qui brusquement s’arrêterait là. Un film. Le cut. Une pause. La course et le plongeon. L’étreinte précipitée. Comme s’il n’y aurait plus rien, plus loin, au bout. Et qu’ici pourtant, il fallait encore tellement de tout.

To Love Is To Live de Jehnny Beth sort le 12 juin 2020 chez Caroline Records.

Jehnny Beth – Flower

Jehnny Beth - To Love Is To Live

Jehnny Beth - To Love Is To Live

Tracklist : Jehnny Beth - To Love Is To Live
  1. I am
  2. Innocence
  3. Flower
  4. We will sin together
  5. A place above
  6. I'm the man
  7. The rooms
  8. Heroine
  9. How could you
  10. The french country side
  11. Human

Jehnny Beth – To love is to live4.0
8/10
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Jehnny Beth - Heroine

Vidéo : Jehnny Beth – Heroine

Jehnny Beth et l’amour à fleur de peau. Heroine est extrait de son premier album solo, To love is to live disponible le 12 juin.
Jehnny Beth & Julian Casablancas - Boy/Girl

Un gars, une fille !

Un joli scopitone qui dépote avec Jehnny Beth et Julian Casablancas qui reprennent le Boy/Girl des pionniers danois Sort Sol avec l’icône punk Lydia Lunch.

Plus dans Chroniques d'albums

Strum & Thrum

Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983​-​1987

Attention. Grande compilation. Concoctée par Mike Spiner, le patron de Captured Tracks, Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983​-​1987 soulève le couvercle d’un passé riche mais totalement oublié. En effet, dans les années 80, le rock indépendant américain avait des têtes de pont formidables mais avec toute une tripotée de seconds couteaux tout…

Half Japanese – Crazy Hearts

Fondé en 1975 par les frères Fair, Half Japanese est une créature artistique singulière qui possède un répertoire totalement biscornu. Adulée par Kurt Cobain, adorée par les soeurs Deal et aimée par tous les grands noms de la pop écossaise, la discographie de ce groupe s’enrichit d’un dix-neuvième disque cette semaine. Et comme depuis 1975,…
The Smashing Pumpkins - Cyr

The Smashing Pumpkins – CYR

Revenus à un son décent avec Shiny and Oh So Bright, Vol. 1 / LP: No Past. No Future. No Sun en 2018 grâce à Rick Rubin, les Smashing Pumpkins prennent tout le monde à contre-pied en laissant Billy Corgan voguer vers son groupe préféré, New Order et donc changer d’identité sonore.
The Bats - Foothills

The Bats – Foothills

Les Bats viennent de publier Foothills, leur dixième album. Comme pour les neuf premiers, le verdict sera le même : les Bats sont le meilleur groupe du monde.
J.E. Sunde - Love

J.E. Sunde – Love

Désormais hébergé chez Vietnam (Chevalrex, H-Burns), J.E. Sunde poursuit la quête qu’il a débutée une décennie plus tôt ; à savoir écrire la chanson folk parfaite. Avec ce nouvel album, Love, Sunde démontre qu’il va falloir compter sur lui en 2020. Et pour le reste de votre vie.
The Moons - Pocket Melodies

The Moons – Pocket Melodies

Très actifs au début des années 2010, The Moons s’était assagi en devenant silencieux depuis quelques années. Andy Crofts, l’homme qui se cache derrière ce groupe, avait été accaparé par son travail avec Paul Weller. 2020 nous réserve son lot de surprises tous les jours. The Moons est de retour avec un disque et s’est…