Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un appel ou d’une nécessité.

To love is to live respire la colère et les espoirs foutus, les doutes qui mettent par terre, et surtout l’amour, peut-être un peu. Celui qui met debout, celui que l’on ne voudrait voir perdu. Il respire le besoin. Le charnel. Les corps et la peau. La nôtre que l’on voudrait tellement éplucher, recomposer, pour pouvoir enfin juste une fois l’accepter. Et puis celle de l’autre, celle que l’on a tant besoin de toucher. Là, maintenant. C’est une adolescence à vif. Un quatorze février comme une envie de crier. Une Saint Valentin au milieu des coups de pieds. Ceux pour faire mal. Ceux pour plier. Pour dégager le passage vers ce que l’on veut aimer.

Jehnny Beth – Heroine

Discographie

Sous le décorum de hargne ou de violence, on a toujours du mal à cacher l’enfance. Que l’on a laissée là. Un peu trop seule. On a du mal à cacher nous-mêmes. Notre propre danger. Car on aimerait savoir la dompter, cette lente dérive loin de tout ce que nous n’avons pas réussi à être. La dompter et finalement lui pardonner. Cette enfance, Jehnny Beth la camoufle mal. Le veut-elle seulement ? Cette enfance, To love is to live ne la cache pas. C’est ce S si brûlant, cette apostrophe si dure d’accoler, entre lui et le verbe aimer.

C’est le goût du défi ou de l’impudeur. Celle qui nargue. Mais qui n’arrive pas à masquer le manque, la nécessité du contact. C’est un frisson à l’étroit, un épiderme dressé qui chuchoterait « n’hésite pas ». C’est un bain de minuit improvisé. Moteur encore tournant et phares allumés. Ce serait une route qui brusquement s’arrêterait là. Un film. Le cut. Une pause. La course et le plongeon. L’étreinte précipitée. Comme s’il n’y aurait plus rien, plus loin, au bout. Et qu’ici pourtant, il fallait encore tellement de tout.

To Love Is To Live de Jehnny Beth sort le 12 juin 2020 chez Caroline Records.

Jehnny Beth – Flower

Jehnny Beth - To Love Is To Live

Jehnny Beth – To love is to live

Tracklist : Jehnny Beth - To Love Is To Live
  1. I am
  2. Innocence
  3. Flower
  4. We will sin together
  5. A place above
  6. I'm the man
  7. The rooms
  8. Heroine
  9. How could you
  10. The french country side
  11. Human

Jehnny Beth – To love is to live
8/10

Cela pourrait vous intéresser

Jehnny Beth - Heroine

Vidéo : Jehnny Beth – Heroine

Jehnny Beth et l’amour à fleur de peau. Heroine est extrait de son premier album solo, To love is to live disponible le 12 juin.

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.