Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un appel ou d’une nécessité.

To love is to live respire la colère et les espoirs foutus, les doutes qui mettent par terre, et surtout l’amour, peut-être un peu. Celui qui met debout, celui que l’on ne voudrait voir perdu. Il respire le besoin. Le charnel. Les corps et la peau. La nôtre que l’on voudrait tellement éplucher, recomposer, pour pouvoir enfin juste une fois l’accepter. Et puis celle de l’autre, celle que l’on a tant besoin de toucher. Là, maintenant. C’est une adolescence à vif. Un quatorze février comme une envie de crier. Une Saint Valentin au milieu des coups de pieds. Ceux pour faire mal. Ceux pour plier. Pour dégager le passage vers ce que l’on veut aimer.

Jehnny Beth – Heroine

Sous le décorum de hargne ou de violence, on a toujours du mal à cacher l’enfance. Que l’on a laissée là. Un peu trop seule. On a du mal à cacher nous-mêmes. Notre propre danger. Car on aimerait savoir la dompter, cette lente dérive loin de tout ce que nous n’avons pas réussi à être. La dompter et finalement lui pardonner. Cette enfance, Jehnny Beth la camoufle mal. Le veut-elle seulement ? Cette enfance, To love is to live ne la cache pas. C’est ce S si brûlant, cette apostrophe si dure d’accoler, entre lui et le verbe aimer.

C’est le goût du défi ou de l’impudeur. Celle qui nargue. Mais qui n’arrive pas à masquer le manque, la nécessité du contact. C’est un frisson à l’étroit, un épiderme dressé qui chuchoterait « n’hésite pas ». C’est un bain de minuit improvisé. Moteur encore tournant et phares allumés. Ce serait une route qui brusquement s’arrêterait là. Un film. Le cut. Une pause. La course et le plongeon. L’étreinte précipitée. Comme s’il n’y aurait plus rien, plus loin, au bout. Et qu’ici pourtant, il fallait encore tellement de tout.

To Love Is To Live de Jehnny Beth sort le 12 juin 2020 chez Caroline Records.

Jehnny Beth – Flower

Jehnny Beth - To Love Is To Live

Jehnny Beth - To Love Is To Live

Tracklist : Jehnny Beth - To Love Is To Live
  1. I am
  2. Innocence
  3. Flower
  4. We will sin together
  5. A place above
  6. I'm the man
  7. The rooms
  8. Heroine
  9. How could you
  10. The french country side
  11. Human

Jehnny Beth – To love is to live4.0
8/10
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Jehnny Beth - Heroine

Vidéo : Jehnny Beth – Heroine

Jehnny Beth et l’amour à fleur de peau. Heroine est extrait de son premier album solo, To love is to live disponible le 12 juin.
Jehnny Beth & Julian Casablancas - Boy/Girl

Un gars, une fille !

Un joli scopitone qui dépote avec Jehnny Beth et Julian Casablancas qui reprennent le Boy/Girl des pionniers danois Sort Sol avec l’icône punk Lydia Lunch.

Plus dans Chroniques d'albums

The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…
Régina Demina - Hystérie

Régina Demina – Hystérie

On voudrait voir la dame blanche, en short serré, talons aiguilles et joli décolleté, on se trouverait probablement au bon endroit. On souhaiterait voir la Belle et la Bête monter une barre de pole dance, ou Atchoum se maquiller en princesse, on le serait probablement encore aussi. Car Régina Demina est un enchevêtrement de peut-être,…