Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l'agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L'affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont passées... De cette collaboration, il reste quelques souvenirs et ce disque Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston. Forcément formidable.


Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston a le droit à une petite sortie et une chronique pourrie chez Pitchfork. C’est qui est foutrement triste pour un disque qui est un classique instantané et qui vous fait tomber immédiatement amoureux des chansons de Johnston. Court (35 minutes), ce disque est soit un merveilleux prétexte pour rentrer dans le monde de Daniel Johnston soit un détour pour une relecture très sage des chansons du chanteur de Sacremento. Il y a les classiques (Life in Vain, Good Morning You), les sorties de route (Mountain Top et Fake Records of Rock & Roll) et un Doug Martsch qui chante les chansons de son héros comme un adolescent de 15 ans. Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston transforme votre salon en local de répétitions et vous plonge dans les affres d’un enregistrement qui se soucie peu de l’extérieur. Au début des années 90, Arthur Lee (Love) donna une série de concerts avec Shack en guise de backing band. Mick Head sortit totalement métamorphosé de cette collaboration. L’histoire se répète avec Martsch et les chansons de son idole.

Built to Spill - Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston de Built To Spill est disponible chez Ernest Jenning Record Co.

Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Tracklist : Built To Spill - Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston
  1. Bloody Rainbow
  2. Tell Me Now
  3. Honey I Sure Miss You
  4. Good Morning You
  5. Heart
  6. Mind and Soul
  7. Life in Vain
  8. Mountain Top
  9. Queen the Dog
  10. Impossible Love
  11. Fake Record of Rock & Roll
  12. Fish

Discographie

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

TINALS 2019

Ça c’est TINALS !

Qu’importe les ‘ronchondoillons’, le TINALS demeure le festival indé incontournable du début de l’été. Malgré le succès et les tentations que cela aurait pu entraîner, ce festival a conservé sa philosophie exprimée dans sa profession de foi : « une programmation dictée uniquement par les coups de cœur dans un cadre verdoyant. De la musique avant […]
Daniel Johnston

Lelièvre et le chanteur

Au XIII ième siècle, Thomas d’Aquin écrivit La Somme théologique (Summa theologica), un traité théologique et philosophique. En 2017, Xavier Lelièvre écrit le livre définitif sur le début de la carrière de Daniel Johnston. Sorry Entertainer – La production artistique de Daniel Johnston de 1979 à 1986 est un ouvrage extrêmement documenté et précis qui […]
Built to Spill - Untethered Moon

Built To Spill – Untethered Moon

Bon, Doug Martsch n’a pas le joli minois de Damon Albarn ni la coupe de cheveux d’Alex James et voit donc son nouveau disque sortir en import chez nous. C’est vraiment l’austérité dans tous les secteurs de l’économie mondiale. Certes la coupe de cheveux de ce garçon n’est pas très vendeuse mais ce type a […]

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.