Catégories
Chroniques d'albums

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont passées… De cette collaboration, il reste quelques souvenirs et ce disque Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston. Forcément formidable.

Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston a le droit à une petite sortie et une chronique pourrie chez Pitchfork. C’est qui est foutrement triste pour un disque qui est un classique instantané et qui vous fait tomber immédiatement amoureux des chansons de Johnston. Court (35 minutes), ce disque est soit un merveilleux prétexte pour rentrer dans le monde de Daniel Johnston soit un détour pour une relecture très sage des chansons du chanteur de Sacremento. Il y a les classiques (Life in Vain, Good Morning You), les sorties de route (Mountain Top et Fake Records of Rock & Roll) et un Doug Martsch qui chante les chansons de son héros comme un adolescent de 15 ans. Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston transforme votre salon en local de répétitions et vous plonge dans les affres d’un enregistrement qui se soucie peu de l’extérieur. Au début des années 90, Arthur Lee (Love) donna une série de concerts avec Shack en guise de backing band. Mick Head sortit totalement métamorphosé de cette collaboration. L’histoire se répète avec Martsch et les chansons de son idole.

Built to Spill - Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston de Built To Spill est disponible chez Ernest Jenning Record Co.

Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Tracklist : Built To Spill - Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston
  1. Bloody Rainbow
  2. Tell Me Now
  3. Honey I Sure Miss You
  4. Good Morning You
  5. Heart
  6. Mind and Soul
  7. Life in Vain
  8. Mountain Top
  9. Queen the Dog
  10. Impossible Love
  11. Fake Record of Rock & Roll
  12. Fish

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

TINALS 2019

Ça c’est TINALS !

Qu’importe les ‘ronchondoillons’, le TINALS demeure le festival indé incontournable du début de l’été. Malgré le succès et les tentations que cela aurait pu entraîner, ce festival a conservé sa philosophie exprimée dans sa profession de foi : « une programmation dictée uniquement par les coups de cœur dans un cadre verdoyant. De la musique avant…
Daniel Johnston

Lelièvre et le chanteur

Au XIII ième siècle, Thomas d’Aquin écrivit La Somme théologique (Summa theologica), un traité théologique et philosophique. En 2017, Xavier Lelièvre écrit le livre définitif sur le début de la carrière de Daniel Johnston. Sorry Entertainer – La production artistique de Daniel Johnston de 1979 à 1986 est un ouvrage extrêmement documenté et précis qui…
Built to Spill - Untethered Moon

Built To Spill – Untethered Moon

Bon, Doug Martsch n’a pas le joli minois de Damon Albarn ni la coupe de cheveux d’Alex James et voit donc son nouveau disque sortir en import chez nous. C’est vraiment l’austérité dans tous les secteurs de l’économie mondiale. Certes la coupe de cheveux de ce garçon n’est pas très vendeuse mais ce type a…
Built to Spill - Untethered Moon

Built to Spill décroche la lune

Au début du mois d’avril, les vétérans de Built to Spill sortiront leur huitième album. Intitulé Untethered Moon, ce disque a une pochette immonde mais un premier single en béton armé qui nous transporte dans le monde merveilleux du rock indé des 90’s. Built to Spill – Untethered Moon

Daniel Johnston @ Le Bataclan

Daniel Johnston Daniel Johnston fait parti de ces chanteurs auréolés d’une gloire, devenue hype, dont on peut se demander si elle est usurpée. Qu’est ce qui fait que ce gros type à la voix improbable et au jeu de guitare approximatif, est salué comme étant un génie absolu du song-writing et proclamé pape du lo-fi…

Plus dans Chroniques d'albums

The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…
Régina Demina - Hystérie

Régina Demina – Hystérie

On voudrait voir la dame blanche, en short serré, talons aiguilles et joli décolleté, on se trouverait probablement au bon endroit. On souhaiterait voir la Belle et la Bête monter une barre de pole dance, ou Atchoum se maquiller en princesse, on le serait probablement encore aussi. Car Régina Demina est un enchevêtrement de peut-être,…