Catégories
Chroniques d'albums

Régina Demina – Hystérie

On voudrait voir la dame blanche, en short serré, talons aiguilles et joli décolleté, on se trouverait probablement au bon endroit. On souhaiterait voir la Belle et la Bête monter une barre de pole dance, ou Atchoum se maquiller en princesse, on le serait probablement encore aussi. Car Régina Demina est un enchevêtrement de peut-être, lorgnant du côté du béton froid et du romantisme noir. D’ailleurs, son Hystérie essaierait de nous lire l’avenir dans une bulle de chewing-gum, que l’on ne serait pas surpris non plus. Oui, peut-être.

Mais il y aurait rapidement bien autre chose. Il y aurait cette fragilité étrange, enrobée de papier gras, badigeonnée de vernis brillant bon marché. Ce vernis qui très vite craquèlerait sous les à-coups de rêves d’enfants soldés. Ceux que l’on tente de racheter, en vain, dans nos jeux d’adultes, déshumanisés, érotiques et meurtriers. Glaçants, à s’y cramer. C’est le cercle vicieux et nous au milieu. On pourrait bien supplier, qu’il n’y aurait rien à faire. Emprisonnés, conscients qu’il nous reste qu’à feindre d’oublier cet indéfinissable relent, tout au bout, de fosse ou de charnier.

Le vernis alors ne cacherait plus rien, et tout deviendrait subitement presque pathétique, presque mélancolique, presque macabre. Tout un peu plus sombre. Trop de désirs. Trop de grimaces. Et Hystérie basculerait alors, pour être ce truc un peu curieux, un peu visqueux, presque bancal. Des envies de Chupa Chups ou de jambes écartées, de ronces et de jolies fleurs fanées. De cathédrales gothiques, comme de barquettes de frites.

Régina Demina – Pyromane

De tout ça, Régina Demina s’en amuse. Même, elle s’en délecte. Qu’importe si elle lance la chasse ou boit la tasse. Tour à tour succube ingénue ou méduse en mal de tendresse, c’est une sirène faussement paumée récitant Baudelaire à une concentration de tuning. Cherchant son Ulysse au milieu des watts, du fluo, et des 206 moumoutées. Elle en oublierait même qu’elle vient tout juste de le dévorer. C’est le chant du supplicié sur le parking d’un supermarché. La castration du condamné. Elle pourrait le pleurer, que personne ne la croirait. Ce serait une erreur. Car au milieu de jardins orientalistes, de coupables pyromanes, de leçons algébriques sans logique, elle se trahit pourtant, et souvent. Mais pour la croire, il faudrait comprendre, la douleur et l’amour foiré. Mais personne ne comprend jamais le chagrin des fleurs fanées.

Dans cette Hystérie aux contours non délimités, Régina Demina se fait l’hôte d’un songe qui se transformerait bien vite en un mauvais rêve troublant et troublé. Un peu humide, un peu honteux. Et sans la peur trop forte, sans le réveil brutal du cauchemar pour nous sortir de là. Le morbide se dessine déjà. Alors on donnerait tout pour gagner encore du temps. Quelques miettes. Pour ces petites choses. Pour une Chupa Chups, pour cette barquette de frites. Pour des jambes écartées. Même pour la plus sotte des téléréalités. Mais tout bave déjà. Et Régina Demina nous sourit…

Atchoum, lui, s’est déguisé en princesse, et au loin la Belle et la Bête s’éclatent au pole dance.

Régina Demina – L’Amour monstre

Régina Demina - Hystérie

Tracklist : Régina Demina - Hystérie
  1. Fantasia
  2. Couzin
  3. Nabila
  4. L'amour monstre
  5. L'homme jasmin
  6. Mathématiques
  7. Pyromane
  8. Fleur de métal
  9. Ondine mélancolie
  10. Chimère

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Grand Palladium - J'aime

Vidéo : Grand Palladium – J’aime

Grand Palladium est un duo brestois qui transforme les Monts d’Arrée en Appalaches avec un premier album de chansons en français dont est extrait ce J’aime où il se tapent l’incruste dans des toiles de maîtres.
Voyage à Cythère (Arandel Remix)

Voyage Voyage

Le magicien Arandel revisite le Voyage à Cythère de la fée Féline. Si vous avez envie d’une déflagration de douceur et d’un voyage immobile aux confins de votre espace intérieur, ce nouveau Voyage à Cythère vous comblera.
La Féline - Voyage à Cythère

Vidéo : La Féline – Voyage à Cythère

Vie future de La Féline est sans doute le disque à emporter sur notre île en ce moment. Il dessine l’aube d’une autre humanité et permet de voyager au delà de Jupiter et de ses gaz obreptices.

5 questions à … Doriand

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Doriand dans l’ombre d’un paquet de chansons et d’artistes que l’on aime (Keren Ann, Katerine, Peter Von Poehl, Edith Fambuena…) et…

Plus dans Chroniques d'albums

idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.