Catégories
Chroniques d'albums

Régina Demina – Hystérie

On voudrait voir la dame blanche, en short serré, talons aiguilles et joli décolleté, on se trouverait probablement au bon endroit. On souhaiterait voir la Belle et la Bête monter une barre de pole dance, ou Atchoum se maquiller en princesse, on le serait probablement encore aussi. Car Régina Demina est un enchevêtrement de peut-être, lorgnant du côté du béton froid et du romantisme noir. D’ailleurs, son Hystérie essaierait de nous lire l’avenir dans une bulle de chewing-gum, que l’on ne serait pas surpris non plus. Oui, peut-être.

Mais il y aurait rapidement bien autre chose. Il y aurait cette fragilité étrange, enrobée de papier gras, badigeonnée de vernis brillant bon marché. Ce vernis qui très vite craquèlerait sous les à-coups de rêves d’enfants soldés. Ceux que l’on tente de racheter, en vain, dans nos jeux d’adultes, déshumanisés, érotiques et meurtriers. Glaçants, à s’y cramer. C’est le cercle vicieux et nous au milieu. On pourrait bien supplier, qu’il n’y aurait rien à faire. Emprisonnés, conscients qu’il nous reste qu’à feindre d’oublier cet indéfinissable relent, tout au bout, de fosse ou de charnier.

Le vernis alors ne cacherait plus rien, et tout deviendrait subitement presque pathétique, presque mélancolique, presque macabre. Tout un peu plus sombre. Trop de désirs. Trop de grimaces. Et Hystérie basculerait alors, pour être ce truc un peu curieux, un peu visqueux, presque bancal. Des envies de Chupa Chups ou de jambes écartées, de ronces et de jolies fleurs fanées. De cathédrales gothiques, comme de barquettes de frites.

Régina Demina – Pyromane

De tout ça, Régina Demina s’en amuse. Même, elle s’en délecte. Qu’importe si elle lance la chasse ou boit la tasse. Tour à tour succube ingénue ou méduse en mal de tendresse, c’est une sirène faussement paumée récitant Baudelaire à une concentration de tuning. Cherchant son Ulysse au milieu des watts, du fluo, et des 206 moumoutées. Elle en oublierait même qu’elle vient tout juste de le dévorer. C’est le chant du supplicié sur le parking d’un supermarché. La castration du condamné. Elle pourrait le pleurer, que personne ne la croirait. Ce serait une erreur. Car au milieu de jardins orientalistes, de coupables pyromanes, de leçons algébriques sans logique, elle se trahit pourtant, et souvent. Mais pour la croire, il faudrait comprendre, la douleur et l’amour foiré. Mais personne ne comprend jamais le chagrin des fleurs fanées.

Dans cette Hystérie aux contours non délimités, Régina Demina se fait l’hôte d’un songe qui se transformerait bien vite en un mauvais rêve troublant et troublé. Un peu humide, un peu honteux. Et sans la peur trop forte, sans le réveil brutal du cauchemar pour nous sortir de là. Le morbide se dessine déjà. Alors on donnerait tout pour gagner encore du temps. Quelques miettes. Pour ces petites choses. Pour une Chupa Chups, pour cette barquette de frites. Pour des jambes écartées. Même pour la plus sotte des téléréalités. Mais tout bave déjà. Et Régina Demina nous sourit…

Atchoum, lui, s’est déguisé en princesse, et au loin la Belle et la Bête s’éclatent au pole dance.

Régina Demina – L’Amour monstre

Régina Demina - Hystérie

Tracklist : Régina Demina - Hystérie
  1. Fantasia
  2. Couzin
  3. Nabila
  4. L'amour monstre
  5. L'homme jasmin
  6. Mathématiques
  7. Pyromane
  8. Fleur de métal
  9. Ondine mélancolie
  10. Chimère

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2009 - 2021 : 31 M de vues sur note chaine YouTube !

Merci aux artistes et labels qui nous ont fait confiance !

Avec : Mariama, Sayem, St Augustine, Ornette, The Dodoz, Dominique A, Lisa Hannigan, Nadeah, Hocus Pocus, BabX, Absynth Minded, Diane Birch, 3 Minutes Sur Mer, Applause, Jon And Jen, Anita Drake, Mademoiselle K, Richard Walters, Brune, Chew Lips, Emily Loizeau, Julia Stone, Sarah Blasko, Marie-Flore, MLCD (My Little Cheap Dictaphone), Hey Hey My My, AaRON, Foreign Beggars, Skip The Use, Hyphen Hyphen, Curry And Coco, Lilly Wood And The Prick, Rivkah, Kid Bombardos, You, Sharleen Spiteri , Thos Henley, Élodie Frégé, Caro Emerald, Viva And The Diva, Sly Johnson, Belleruche, Skip The Use, Ben Mazue, The Dø, Twin Twin, Marie-Pierre Arthur, Chris Garneau, Angus And Julia Stone

↪ Toutes les SK Sessions

↪ Abonnez-vous à notre chaine YouTube!

Cela pourrait vous intéresser

LaCafeteraRoja-photo

[EXCLU] Amour toujours avec La Cafetera Roja

Avec l’amour on en prend toujours un coup sur la cafetière. on attend un coup de téléphone et c’est souvent un coup de blues. Mais avec La Cafetera Roja, on embarque pour l’île de la Rose, cette utopie qui a permis un temps d’ouvrir les yeux sur le monde.

L’amoür selon Cabadzi

On ferme les yeux avec Cabadzi et l’on imagine le grand amour, éparpillé façon Puzzle dans notre société hightech qui éloigne plus qu’elle ne rapproche.
Cabadzi - Animal

Vidéo : Cabadzi – Animal

Le sociologue Gérald Bronner écrit dans son récent Apocalypse cognitive : « l’écran est l’arme du crime idéale pour cambrioler notre cerveau ». Avec Animal Cabadzi braque le notre pour mieux nous libérer.
Crimi - Julien Lesuisse Marion Bornaz

La chaleur Crimi !

On aurait dû voir Julien Lesuisse avec son nouveau projet Crimi à Jazz à Vienne ou aux Trans Musicales de Rennes. On attend donc en mars sur le label Airfono un premier album Luci e guai avec ses acolytes Cyril Moulas (guitare), Brice Berrerd (basse) et Bruno Duval (batterie).
Cabadzi - Cabane

Vidéo : Cabadzi – Cabane

Cabadzi prend perpet’ avec Cabane. Rater sa vie c’est déjà ça alors on augmente la dose de Burrhus pour tailler la route avec Blanche neige sans les nains.

Plus dans Chroniques d'albums

Maxwell Farrington & Le SuperHomard - Once

Maxwell Farrington & Le SuperHomard – Once

Ceci sera une chronique basique d’un disque né grâce à une rencontre autour d’une reprise a cappella de Burt Bacharach et qui doit autant à Scott Walker qu’à Lee Hazelwood.
Belfour - Si la rivière coule

Belfour – Si la rivière coule

Belfour, duo composé des magnétiques Lucie Mena et Michael Sacchetti, prend des chemins de traverse pour atteindre des cimes des arbres centenaires du Colorado.
Dinosaur Jr - Sweep

Dinosaur Jr. – Sweep It Into Space

Né avant la chute du Mur de Berlin, Dinosaur Jr. n’est pas touché par les années qui passent. Et ce n’est pas une pandémie qui va calmer les velléités sonores de ce trio américain… Enregistré en partie en 2020, ce douzième album fait des merveilles et nous propulse dans le monde d’avant tout en espérant…
The Coral - Coral Island

The Coral – Coral Island

Nés dans le sillage des effluves de la Brit pop, les Coral ont cassé la baraque en 2002 avec le premier disque et Dreaming Of You, leur unique tube. Depuis ? Une dizaine d’albums, confinés à un succès anglo-saxon, tous excellents. Maintes fois dépassés dans les classements par la jeune garde, les Coral n’ont jamais…
Olivier Rocabois - Goes Too Far

Olivier Rocabois – Goes Too Far

Olivier Rocabois fait feu de tout bois pour dépasser par la droite Neil Hannon sans le prévenir et laisser tout penauds les frères Brewis de Field Music.
Renée Reed - Renée Reed

Renée Reed – Renée Reed

Alternant la langue américaine et la langue française, Renée Reed arrive de sa Louisiane natale avec un premier disque qui plonge ses racines dans les limbes de la culture cajun tout en regardant le fantôme d’Elliott Smith.