Catégories
Chroniques d'albums

Régina Demina – Hystérie

On voudrait voir la dame blanche, en short serré, talons aiguilles et joli décolleté, on se trouverait probablement au bon endroit. On souhaiterait voir la Belle et la Bête monter une barre de pole dance, ou Atchoum se maquiller en princesse, on le serait probablement encore aussi. Car Régina Demina est un enchevêtrement de peut-être, lorgnant du côté du béton froid et du romantisme noir. D’ailleurs, son Hystérie essaierait de nous lire l’avenir dans une bulle de chewing-gum, que l’on ne serait pas surpris non plus. Oui, peut-être.

Mais il y aurait rapidement bien autre chose. Il y aurait cette fragilité étrange, enrobée de papier gras, badigeonnée de vernis brillant bon marché. Ce vernis qui très vite craquèlerait sous les à-coups de rêves d’enfants soldés. Ceux que l’on tente de racheter, en vain, dans nos jeux d’adultes, déshumanisés, érotiques et meurtriers. Glaçants, à s’y cramer. C’est le cercle vicieux et nous au milieu. On pourrait bien supplier, qu’il n’y aurait rien à faire. Emprisonnés, conscients qu’il nous reste qu’à feindre d’oublier cet indéfinissable relent, tout au bout, de fosse ou de charnier.

Le vernis alors ne cacherait plus rien, et tout deviendrait subitement presque pathétique, presque mélancolique, presque macabre. Tout un peu plus sombre. Trop de désirs. Trop de grimaces. Et Hystérie basculerait alors, pour être ce truc un peu curieux, un peu visqueux, presque bancal. Des envies de Chupa Chups ou de jambes écartées, de ronces et de jolies fleurs fanées. De cathédrales gothiques, comme de barquettes de frites.

Régina Demina – Pyromane

De tout ça, Régina Demina s’en amuse. Même, elle s’en délecte. Qu’importe si elle lance la chasse ou boit la tasse. Tour à tour succube ingénue ou méduse en mal de tendresse, c’est une sirène faussement paumée récitant Baudelaire à une concentration de tuning. Cherchant son Ulysse au milieu des watts, du fluo, et des 206 moumoutées. Elle en oublierait même qu’elle vient tout juste de le dévorer. C’est le chant du supplicié sur le parking d’un supermarché. La castration du condamné. Elle pourrait le pleurer, que personne ne la croirait. Ce serait une erreur. Car au milieu de jardins orientalistes, de coupables pyromanes, de leçons algébriques sans logique, elle se trahit pourtant, et souvent. Mais pour la croire, il faudrait comprendre, la douleur et l’amour foiré. Mais personne ne comprend jamais le chagrin des fleurs fanées.

Dans cette Hystérie aux contours non délimités, Régina Demina se fait l’hôte d’un songe qui se transformerait bien vite en un mauvais rêve troublant et troublé. Un peu humide, un peu honteux. Et sans la peur trop forte, sans le réveil brutal du cauchemar pour nous sortir de là. Le morbide se dessine déjà. Alors on donnerait tout pour gagner encore du temps. Quelques miettes. Pour ces petites choses. Pour une Chupa Chups, pour cette barquette de frites. Pour des jambes écartées. Même pour la plus sotte des téléréalités. Mais tout bave déjà. Et Régina Demina nous sourit…

Atchoum, lui, s’est déguisé en princesse, et au loin la Belle et la Bête s’éclatent au pole dance.

Régina Demina – L’Amour monstre

Régina Demina - Hystérie

Tracklist : Régina Demina - Hystérie
  1. Fantasia
  2. Couzin
  3. Nabila
  4. L'amour monstre
  5. L'homme jasmin
  6. Mathématiques
  7. Pyromane
  8. Fleur de métal
  9. Ondine mélancolie
  10. Chimère

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Voyage à Cythère (Arandel Remix)

Voyage Voyage

Le magicien Arandel revisite le Voyage à Cythère de la fée Féline. Si vous avez envie d’une déflagration de douceur et d’un voyage immobile aux confins de votre espace intérieur, ce nouveau Voyage à Cythère vous comblera.
La Féline - Voyage à Cythère

Vidéo : La Féline – Voyage à Cythère

Vie future de La Féline est sans doute le disque à emporter sur notre île en ce moment. Il dessine l’aube d’une autre humanité et permet de voyager au delà de Jupiter et de ses gaz obreptices.

5 questions à … Doriand

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Doriand dans l’ombre d’un paquet de chansons et d’artistes que l’on aime (Keren Ann, Katerine, Peter Von Poehl, Edith Fambuena…) et…
Pierre Daven-Keller

Le Vent se Lève pour Pierre Daven-Keller

Proche de Philippe Katerine, Dominique A et Miossec, Pierre Daven-Keller a publié il y a quelques semaines Kino Music, un disque aussi singulier que beau. La vie de ce disque se poursuit avec le clip de Sirocco.
La Féline - Effet de Nuit

Vidéo : La Féline – Effet de Nuit

La Féline glisse sur sa lost highway avec cet Effet de Nuit ouaté et mystérieux, qui nous fait dodeliner doucement, osciller paisiblement, au petit matin quand on rentre grisé par la musique, l’alcool et les conversations qui ont refait le monde.

Plus dans Chroniques d'albums

The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…