Catégories
Interviews

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988 chez UltraSuede. Il en va de même pour Codeine, un groupe de New-York.. A ce détail qu’on ne pourrait pas qualifier un membre de Codeine de chaud lapin.

Greg Dulli a chanté les affres de la ville et du sexe comme personne dans les années 90. Les Codeine ont quant à eux chanté le silence et glaçaient le sang de tout ceux qui écoutaient leurs morceaux. Les notes de Stephen Immerwahr, de John Engle et de Chris Brokaw ont eu une influence majeure dès leur parution. Derrière les hurlements de Mark Arm, derrière les chevelures de Mark Lanegan et de Kurt Cobain, les murmures de Stephen Immerwahr allaient faire germer les graines du slowcore et donner des idées à un certain Mark Kozelek.
Retour sur l’enregistrement de Frigid Stars avec John Engle.

Pourquoi avez-vous choisi de travailler avec Sub Pop ? Comment avez-vous rencontré Pavitt et Poneman ?

John Engle : Steve a grandi dans la banlieue de Seattle. C’était un grand fan des groupes qui ont permis à Sub Pop de se développer. Je pense notamment à Green River et à Mother Love Bone. Mais nous avons pris un chemin détourné pour arriver sur Sub Pop. Notre premier label était en fait Glitterhouse Records, un label allemand. Glitterhouse avait travaillé avec de nombreux groupes américains, y compris ceux sur Sub Pop et avec nos amis de Bitch Magnet. Au début de 1990, ils ont entendu parler de nous par le biais de Bitch Magnet. Nous n’avions fait qu’un seul concert à cette époque. Ils nous ont demandé si nous étions signés et si nous avions des chansons à sortir. Nous leur avons envoyé Castle, une chanson qui avait été enregistrée avant Codeine en 1988. Ils nous ont offert 500 dollars pour ce morceau. Ils nous ont demandé si nous avions d’autres morceaux et nous leur avons répondu que les 500 dollars allaient servir à enregistrer quatre nouveaux morceaux. Ces chansons sont devenues la première face du vinyle de Frigid Stars. Peu de temps après avoir envoyé ces morceaux à Glitterhouse, ils nous ont signés. Je pense que nous n’avions joué que trois concerts à ce moment-là… Et peu de temps après, nous avons enregistré les chansons restantes du disque. Une fois que nous avons été signés et que nos chansons ont été enregistrées, Glitterhouse a envoyé les enregistrements à Sub Pop. Mais cela n’a pas fonctionné. Il leur a fallu quelques mois avant d’adopter le son et notre concept. Ils pensaient que nous pourrions aller à Seattle pour enregistrer des guitares supplémentaires avec Jack Endino afin que nous sonnions plus grunge… Nous leur avons répondu de nous accepter tels que nous étions. Jonathan Poneman s’est envolé pour la côte Est pour voir un de nos concerts (qui devaient être le sixième ou le septième) et a aimé ce qu’il a entendu et vu. Peu de temps après, Bruce et Jonathan sont venus nous signer. Nous avons également enregistré 3 Angels and Pea pour porter le nombre de nos chansons à dix et pour être prêt pour Sub Pop.

Codeine – Castle

Comment avez-vous rencontré Mike McMackin ?

Mike McMackin est allé à Oberlin College avec Steve et Chris. Peu de temps après avoir obtenu son diplôme, il a enregistré une démo pour The Lilies le groupe que Steve avait quand il était à l’université. Il travaillait dans un studio de New-York qui avait une console 24 pistes. Peu de temps après, Steve a commencé à travailler au studio et a enregistré de la musique qui allait devenir celle de Codeine, y compris le morceau Castle.

Combien de temps a duré l’enregistrement ? Ce fut un enregistrement facile ?

Frigid stars a été enregistré en 1990 sur deux week-ends à quelques mois d’intervalle dans l’appartement du rez-de-chaussée de Mike McMackin à Brooklyn. Il avait une console de huit pistes et nous avons emprunté quelques micros. Presque tout le reste a été loué, y compris une unité de réverbération que Mike a installé sur la batterie. Ce fut un enregistrement très simple, beaucoup plus simple et plus facile que tous les futurs enregistrements du groupe. Nous avons installé des batteries et des amplis dans le salon avec 4 micros sur la batterie et 1 pour la basse et la guitare. Le signal a été envoyé par des cordons qui étaient installés dans la chambre. Nous ne pouvions jouer que de 10 heures du matin à 17 heures à cause des voisins. Le premier week-end, nous avons enregistré D, Gravel Bed, Pickup Song et New Years. Nous avons commencé par enregistrer les pistes de base de la basse, de la guitare et de la batterie jouées ensemble. Nous avons probablement fais quatre ou cinq prises au plus pour chaque chanson. Le dimanche a été réservé au chant et la guitare superposée de Chris. Mike a mixé les chansons pendant la semaine. Une fois que nous avons signé et accepté de sortir un album, nous avons refait un enregistrement quelques mois plus tard pour les chansons de la deuxième face: Second Chance, Cave-in, Cigarette Machine (qui a été écrite entre les deux dates) et Old Things. Pour enregistrer la guitare pour Old Things, qui nécessitait beaucoup de volume et de soutien. J’ai dû jouer recroquevillé dans la chaufferie du sous-sol. C’était difficile de jouer à ce rythme sans pouvoir voir Chris jouer de la batterie. Mais c’était la seule fois où les choses ont été difficiles. Tout s’est déroulé assez facilement sur les quatre jours.

Et où avez-vous trouvé le visuel de la pochette ?

Steve est allé à la bibliothèque (nous vivions dans un monde sans Internet) et a lu un livre de sciences. Il a vu la photo que nous avons ensuite inversée.

Codeine - Frigid Stars

Frigid Stars des Codeine est disponible chez Sub Pop.

Codeine - Frigid Stars

Tracklist : Codeine - Frigid Stars
  1. D
  2. Gravel Bed
  3. Pickup Song
  4. New Year's
  5. Second Chance
  6. Cave-In
  7. Cigarette Machine
  8. Old Things
  9. 3 Angels
  10. Pea

English text

Why did you choose to work with Sub Pop ? How did you meet Pavitt & Poneman ?

John Engle : Steve grew up outside Seattle and was a big fan of proto-Sub Pop bands like Green River and Mother Love Bone, but our path to Sub Pop was a circuitous one. Our first label was actually Glitterhouse records in Germany. Glitterhouse released many US bands including those on Sub Pop and also our friends Bitch Magnet. In early 1990 they heard about us through Bitch Magnet, although we had only played a single show six months earlier. They inquired if we were signed, and if we had any songs they could release. We sent them Castle, a song that had been recorded pre-Codeine about two years earlier and received $500 for it. They asked if we had any other material and we said we would record four songs with the $500. Those songs became side one of Frigid Stars LP. Not long after sending those to Glitterhouse they signed us to an actual contract (I think we had played three shows at that point) and soon after, we recorded the remaining songs for side two. Once we were signed and our songs were recorded, Glitterhouse sent the recordings to Sub Pop, but they were not interested. It took a few months before they embraced the sound/concept. Even then, they had a thought that we might go to Seattle to record additional guitar with Jack Endino in order to “grunge“ us up (!) We told them to accept us as we were. Jonathan Poneman flew out to the East Coast to see a show (I think it was show six or seven) and liked what he heard and saw. Not long after, Bruce and Jonathan came out to sign us. We also recorded 3 Angels and Pea to bring the number of songs on the Sub Pop release up to ten.

And how did you meet Mike McMackin ?

Mike McMackin went to Oberlin College with Steve and Chris. Shortly after graduation, while working at a 24-track studio in NYC, he recorded a demo for Steve’s college band, the Lilies. Soon after Steve Started working at the studio and recorded some proto-Codeine music there including Castle.

How easy was this recording process ? How did long it take you ? Two months ? How many hours did you work per day?

Frigid stars was recorded in 1990 over two weekends a few months apart at Mike McMackin’s ground floor apartment in Brooklyn. He had an eight track console and we borrowed a few mics. Most everything else was rented including a reverb unit that Mike put on the drums. It was a very simple recording process. Far simpler and easier than all future recordings. We set up drums and amps in the living room with 4 mics on the drums and 1 each for bass and guitar. The signal was sent through cords running to the bedroom. We could only play from 10 in the morning to five in the evening because of neighbors. The first weekend we did D, Gravel Bed, Pickup Song, and New Years. We began by recording the basic track of bass, guitar, and drums played together. We probably took four or five takes at most for each song. Sunday was vocals and overdubbed loud guitar by Chris. Mike mixed the songs during the week. Once we were signed and agreed to release an album, we repeated the process a few months later for the songs on side two: Second Chance, Cave-in, Cigarette Machine (which was written between the two dates) and Old Things. To record the guitar for Old Things, which required a lot of volume and sustain, I had to play curled up in the basement boiler room. It was difficult to play at that tempo without being able to see Chris drumming. But that was the only time things were challenging. Everything was fairly easily over the total four days.

What’s the story of the Frigid Stars front cover ?

Steve went to the library (In the days before internet) and looked through some science book and saw the photo which we then got reversed.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Screaming Trees

[1990 – 2020] Le temps du changement pour les Screaming Trees

Il y a trente ans, les Screaming Trees publièrent Change Has Come, un EP qui eut le mérite de faire la jonction entre leurs premières années sur le circuit indépendant et leur arrivée chez Epic. Après la parution de ce disque, les cartes seront rebattues et plus rien ne sera comme avant…
Mudhoney

Le Morning Live de Mudhoney

Ils sont chauds, ils sont sales, ils sont humides…Mudhoney un déjà de retour en France après un dernier passage remarqué au Trabendo en novembre 2018.

Badaboum, revoilà les Frankie Cosmos !

Greta Kline et ses Frankie Cosmos sont déjà de retour. Un an après l’excellent Vessel, Kline revient avec un disque de 21 morceaux enregistrés à New-York.
Frankie Cosmos

Badaboum, revoilà Frankie Cosmos

Greta Kline sera de retour à la rentrée avec le quatrième album de Frankie Cosmos. Et comme Greta est parfaite, elle sera aussi en concert à Paris.
Trupa Trupa - Remainder

Vidéo : Trupa Trupa – Remainder

Les polonais de Trupa Trupa ne cèdent pas aux tentations de repli. Ils regardent le monde qui ne tourne pas rond par le petit bout de leur lorgnette avec un montage d’images d’archives des récentes catastrophes de notre planète.

Avi Buffalo sort la tête de l’eau

Après avoir fait jouer les anglais John Cunningham et Matthew Edwards, Life Is a Minestrone a traversé l’Atlantique, a franchi le détroit de Magellan et a jeté ses filets dans l’Océan Pacifique. Il a attrapé dans ceux-ci Avi Buffalo et le fera jouer le 2 juin 2018 à Paris.

Plus dans Interviews

Karine Daviet

Karine Daviet en toute indépendance

Karine Daviet est lyonnaise et vient de sortir un premier EP, L’indépendance, recueil de six titres en français à la fois doux et âpres avec des arrangements soignés mêlant guitare acoustique, théorbe, clavecin, viole de gambe, flûtes à bec et sons électroniques. Assez logique quand on écoute sa playlist commentée ci-dessous après un questionnaire façon…
Moli © Celeste Call

5 questions à … Moli

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moli , jeune belge de 21 ans qui pourrait suivre la trace de Mademoiselle Van Laeken. Installée à Berlin où elle…
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
December-Square

Back To December Square

Deux ans après sa création, la maison de musique December Square peut s’enorgueillir d’avoir fait un sans-faute. Possédant désormais un catalogue d’une dizaine d’artistes, DS a eu le chic de prendre des risques en publiant des disques que personne d’autre n’aurait publié. Car l’addition des chansons de Matthew Edwards et du piano d’Emmmanuel Tellier donnent…