The Flamming Lips, Bataclan, 02-02-2017

D’habitude dans une chronique on ne parle pas de soi. Mais comment ne pas évoquer cette première rencontre au défunt festival ‘For Noise’ de Lausanne en Suisse en 2015 dans une cave assez sordide pendant que sur la grande scène se jouait le grand écart, d’Owen Pallett à Ride.

Avec certains groupes, c’est comme en amour, cela peut être long et dispendieux ou alors un vrai coup de foudre. Ce soir-là, Casim Admonk était déjà le leader d’une formation à la beauté diaphane malgré l’obscurité. Tout juste sortis de l’adolescence, des visages à la Tadzio dans Mort à Venise, le quintette genevois nous enivraient d’une pop classieuse et poisseuse, un sommeil trompeur par ci, un souffle ému des vieux par-là, le temps qu’on file sur la berge, à fumer tant qu’on cause.

Le Roi Angus – Concerts Sauvages (Paléo 2016)

Sexy Suisses

Car comment ne pas tomber raide dingue du sensuel, non, sexuel vu l’occurrence du mot du tube Brisbane Epidermique extrait du phénoménal album pop, Iles essentiel ? Oui, ce disque donne la trique. Bon, on ne devrait pas écrire des propos si sexistes, quoique. En tout cas il y a quelque chose de profondément orgiaque chez le Roi Angus. Il suffit de regarder la sulfureuse mise en images de Brisbane Épidermique pour qui on en pince pour plonger dans une félicité laiteuse et un baptême voluptueux sur des rythmes chaloupés qui vont et viennent sans se retenir.

Le Roi Angus - Brisbane Epidermique

Le Roi Angus pratique une écriture et des compositions racées venues de cette Suisse que l’on croit à tort policée. Cet Angus-là n’a rien à voir avec la vache Milka ou la viande savoureuse venue d’Ecosse. Le Roi Angus chipe avec brio le trône d’Aline en brandissant un sceptre juvénile mais déjà pubère : la musique ne devrait être façonnée que par la jeunesse.

Le Roi Angus - Iles essentiel

Le Roi Angus - Iles essentiel
5.0Note finale
Avis des lecteurs 0 Avis