Damny ou l’ennemi intérieur

Damny, explosif frontman de La Phaze se met à nu pour offrir un album solo d'une rare noirceur. En français, la chose est remarquable. Attention, vénéneux.

Damny

Le talk-over a ceci d’effrayant : il a le pouvoir de vous parler au creux de l’âme.

Souvenez-vous du meilleur de Tricky, des grands morceaux de Gainsbourg, et de leurs voix, se livrant jusqu’au malaise. Songez à Daniel Darc. Puis songez à Tricky, à nouveau, pour ce timbre démoniaque, qui trouve sa voix quand vous perdez la vôtre.

Discographie

Stop.

Vous y êtes.

Damny vous parle de cortex à cortex, comme un ange damné pleurant des larmes sêches.

L’argument hip hop, les guitares, les nappes sombres, tout n’est n’est ici que prétexte, tordu jusqu’à convoquer les angoisses du« Pornography » de The Cure, l’étalon de mesure des albums sans issues.

La Phaze est l’explosion. Damny livre une implosion en bonne et due forme. L’objet sonore est terrifiant. Ici, tout vous susurre à l’oreille et le son vous prend à la gorge pour mieux vous étouffer.

« Ecoute cette voix, c’est la tienne. » scande la mélopée. Et Damny devient votre Doppleganger. Celui qui vous dit ce que vous n’auriez pas souhaité entendre. Celui que vous ne voulez pas croiser dans le miroir.

Mauvais présage.

Par delà ce miroir, tout n’est que noirceur, oppressante. Le voyage proposé par Damny n’est pas de ceux dont l’on revient indemne.

Vérifiez vos vaccins, vous n’êtes pas chez Delerm. Ici, le confortable pull d’automne que l’on aime à porter est brûlé dans un accès de folie nihiliste, et la première gorgée de bière ne sert qu’à faire passer quelques Valiums. Pour la descente.

A l’heure où Arnaud Fleurent-Didier voudrait nous faire croire qu’il réinvente la chanson en français, l’album de Damny vient trafiquer les pendules pour les remettre à l’heure. Et l’heure n’est pas à France-Culture. L’heure est au voyage intérieur destination néant. « In the heart of darkness » écrivait Conrad.

« Damny » grand album éponyme et malade, ne relâche jamais la pression, pour mieux vous emmener « Au bout ». « Au bout », l’instrumental qui conclue l’affaire. « Au bout », et il n’y a plus rien.

Rien que vous face à vous même.

Et pour la première fois vous remarquez la fêlure dans le miroir.

Sortie : 25/01/2009

One Two Three Boom.
2 réponses sur « Damny ou l’ennemi intérieur »

Damny a beau répéter 2 fois dans l’interview « l’album sort en janvier 2010″… c’est marqué 25/01/2009 en bas :)

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Photos concert : La Phaze @ Couvre Feu, Corsept | 27 aout 2011

photos : Couvre Feu 2011 – Jour 2

« On est content à couvre feu ! » C’est un peu avec cette photo ci-dessus, qu’on peut résumer le festival sur les trois jours, et par la même occasion je peux dire que moi aussi ça va ! Bien content d’y être et de remettre ça un deuxième jour ! Un peu comme hier soir où […]

photos : Au Pont Du Rock 2011

« Au pont du rock », mais c’est-ce que c’est que ce festival à la programmation excellente pour un bonhomme comme moi ! Complètement à l’arrache, accréditation donnée 5 jours avant le début du festival (merci à eux d’ailleurs !), je me rend à Malestroit qui était un peu « the place to be », en ce dernier weekend […]

Chien à Plumes 2011 : Demandez le programme !

15e édition du Chien à Plumes, déjà ? Pour cet anniversaire on peut dire que l’équipe du festival nous a préparé une programmation éclectique allant du Métal au Trip hop ce qui ne sera pas sans ravir beaucoup d’entre nous. Ce « petit » festival aux allures de grand se déroulera comme à son habitude sur les […]
Steeve Pulse @ Furia Sound Festival, Cergy | 4.07.2009

Progamme Furia Sound Festival 2010

Le Furia Sound Festival 2010 aura-t-il lieu ? Malgré leurs déboires avec les pouvoirs publics, les organisateurs semblent croire à la tenue de cette édition 2010. Si tout se passe bien, le festival se déroulera les 5 et 6 juin prochain et voici la programmation.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.