Catégories
Chroniques d'albums

The Besnard Lakes – Are The Toaring Night

the-besnard-lakes-are-the-toaring-night

La bande de boute-en-train notoire de Montreal sera sérieusement de retour aux affaires le 08 mars avec un album un tantinet plus accessible que le précèdent (Are the dark horse). Ce dernier avait marqué l’année 2007 au fer rouge par son psychédilisme et son mutisme frelaté.
Et ce nouvel opus? Qu’en est il?

The Besnard Lakes

Les réjouissances commencent sans coup férir dès le premier titre (Like the Ocean, Like the Innocent; Pt. 1: The Ocean). Un mélange oppressant rempli de distorsions torture l’auditeur jusque là sain d’esprit. La dernière partie du  diptyque nous permet de retrouver la voix si particulière de l’ange déchu en chef de Jace Lasek.

Chicago train fait écho aux derniers efforts du groupe et peut être considérée comme une ode à la joie de vivre… C’est après ces quelques minutes de respiration qu’arrive la grosse part du gâteau : Albastross.

Déjà le nom. Références à qui on sait? Peut être. Qu’importe. Alternant entre avalanches bitumeuses de guitares  et roulements funèbres de batterie, enlaçant chœurs maléfiques et la voix de Madame, nous voilà partis pour les mers froides du globe. Cerise sur le cacheton de Xanax, ce titre est téléchargeable sur le site officiel du groupe.

Passé le très dispensable Glass Printer, la bande de joyeux drilles nous refait le coup du morceau disloqué en deux parties avec la série Land of Living Skies. SI les premières minutes peuvent s’avérer quelque peu pénibles, la fin de ce morceau envoie tout valser. Guitares shoegaziennes, batterie meurtrière, tout y est. Tout comme And This Is What We Call Progress.

Le très élégant Light Up the Night aurait pu clôturer l’album. Ces andouilles nous gâchent notre plaisir avec The Lonely Man. Armé de violons, les 7 minutes de Light Up the Night nous entraîne dans un tourbillon épique.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
1 réponse sur « The Besnard Lakes – Are The Toaring Night »

Euh, au fait… Puisque j’ai ouï dire samedi soir sur Europe 1 que les Plastiscines ont une connexion particulière avec le continent Américain, en particulier depuis 2009, le choix du nom du groupe n’aurait-il pas influencé lui aussi par Katty ? ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

The Besnard Lakes

Les Besnard Lakes au musée

Jace Lasek et sa coupe de cheveux improbable seront de retour le 22 janvier 2016 avec un nouveau disque, A Coliseum Complex Museum. Lasek est un pyromane. Là où il passe, il met le feu à l’aide de voix complétement farfelues et de mélodies totalement folles.Certains ne se sont toujours pas remis de Disaster, titre…
The Besnard Lakes

The Besnard Lakes : Until in Excess, Imperceptible UFO

The Besnard Lakes Les cinglés montréalais de The Besnard Lakes sortiront leur quatrième album, le 2 avril prochain : Until in Excess, Imperceptible UFO. Ce dernier se fait attendre et a mis un certain temps à être réalisé. Un plan d’invasion est il élaboré secrètement par ce groupe diablement essentiel.

Eldorado, une mine d’or !

Le nouveau numéro de l’excellent magazine Eldorado vient de sortir avec au sommaire un dossier de 32 pages sur Exile On Main Street, le meilleur album des Rolling Stones selon les fans avec un retour sur « Cocksucker Blues », le film mythique de Robert Frank consacré à la tournée du groupe, en 1972 et les premières…

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.