Catégories
Chroniques d'albums

The Besnard Lakes – Are The Toaring Night

the-besnard-lakes-are-the-toaring-night

La bande de boute-en-train notoire de Montreal sera sérieusement de retour aux affaires le 08 mars avec un album un tantinet plus accessible que le précèdent (Are the dark horse). Ce dernier avait marqué l’année 2007 au fer rouge par son psychédilisme et son mutisme frelaté.
Et ce nouvel opus? Qu’en est il?

The Besnard Lakes

Les réjouissances commencent sans coup férir dès le premier titre (Like the Ocean, Like the Innocent; Pt. 1: The Ocean). Un mélange oppressant rempli de distorsions torture l’auditeur jusque là sain d’esprit. La dernière partie du  diptyque nous permet de retrouver la voix si particulière de l’ange déchu en chef de Jace Lasek.

Chicago train fait écho aux derniers efforts du groupe et peut être considérée comme une ode à la joie de vivre… C’est après ces quelques minutes de respiration qu’arrive la grosse part du gâteau : Albastross.

Déjà le nom. Références à qui on sait? Peut être. Qu’importe. Alternant entre avalanches bitumeuses de guitares  et roulements funèbres de batterie, enlaçant chœurs maléfiques et la voix de Madame, nous voilà partis pour les mers froides du globe. Cerise sur le cacheton de Xanax, ce titre est téléchargeable sur le site officiel du groupe.

Passé le très dispensable Glass Printer, la bande de joyeux drilles nous refait le coup du morceau disloqué en deux parties avec la série Land of Living Skies. SI les premières minutes peuvent s’avérer quelque peu pénibles, la fin de ce morceau envoie tout valser. Guitares shoegaziennes, batterie meurtrière, tout y est. Tout comme And This Is What We Call Progress.

Le très élégant Light Up the Night aurait pu clôturer l’album. Ces andouilles nous gâchent notre plaisir avec The Lonely Man. Armé de violons, les 7 minutes de Light Up the Night nous entraîne dans un tourbillon épique.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
1 réponse sur « The Besnard Lakes – Are The Toaring Night »

Euh, au fait… Puisque j’ai ouï dire samedi soir sur Europe 1 que les Plastiscines ont une connexion particulière avec le continent Américain, en particulier depuis 2009, le choix du nom du groupe n’aurait-il pas influencé lui aussi par Katty ? ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

The Besnard Lakes

Les Besnard Lakes au musée

Jace Lasek et sa coupe de cheveux improbable seront de retour le 22 janvier 2016 avec un nouveau disque, A Coliseum Complex Museum. Lasek est un pyromane. Là où il passe, il met le feu à l’aide de voix complétement farfelues et de mélodies totalement folles.Certains ne se sont toujours pas remis de Disaster, titre…
The Besnard Lakes

The Besnard Lakes : Until in Excess, Imperceptible UFO

The Besnard Lakes Les cinglés montréalais de The Besnard Lakes sortiront leur quatrième album, le 2 avril prochain : Until in Excess, Imperceptible UFO. Ce dernier se fait attendre et a mis un certain temps à être réalisé. Un plan d’invasion est il élaboré secrètement par ce groupe diablement essentiel.

Eldorado, une mine d’or !

Le nouveau numéro de l’excellent magazine Eldorado vient de sortir avec au sommaire un dossier de 32 pages sur Exile On Main Street, le meilleur album des Rolling Stones selon les fans avec un retour sur « Cocksucker Blues », le film mythique de Robert Frank consacré à la tournée du groupe, en 1972 et les premières…

Plus dans Chroniques d'albums

The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…