Catégories
Chroniques d'albums

The Besnard Lakes – Are The Toaring Night

the-besnard-lakes-are-the-toaring-night

La bande de boute-en-train notoire de Montreal sera sérieusement de retour aux affaires le 08 mars avec un album un tantinet plus accessible que le précèdent (Are the dark horse). Ce dernier avait marqué l’année 2007 au fer rouge par son psychédilisme et son mutisme frelaté.
Et ce nouvel opus? Qu’en est il?

The Besnard Lakes

Les réjouissances commencent sans coup férir dès le premier titre (Like the Ocean, Like the Innocent; Pt. 1: The Ocean). Un mélange oppressant rempli de distorsions torture l’auditeur jusque là sain d’esprit. La dernière partie du  diptyque nous permet de retrouver la voix si particulière de l’ange déchu en chef de Jace Lasek.

Discographie :

Chicago train fait écho aux derniers efforts du groupe et peut être considérée comme une ode à la joie de vivre… C’est après ces quelques minutes de respiration qu’arrive la grosse part du gâteau : Albastross.

Déjà le nom. Références à qui on sait? Peut être. Qu’importe. Alternant entre avalanches bitumeuses de guitares  et roulements funèbres de batterie, enlaçant chœurs maléfiques et la voix de Madame, nous voilà partis pour les mers froides du globe. Cerise sur le cacheton de Xanax, ce titre est téléchargeable sur le site officiel du groupe.

Passé le très dispensable Glass Printer, la bande de joyeux drilles nous refait le coup du morceau disloqué en deux parties avec la série Land of Living Skies. SI les premières minutes peuvent s’avérer quelque peu pénibles, la fin de ce morceau envoie tout valser. Guitares shoegaziennes, batterie meurtrière, tout y est. Tout comme And This Is What We Call Progress.

Le très élégant Light Up the Night aurait pu clôturer l’album. Ces andouilles nous gâchent notre plaisir avec The Lonely Man. Armé de violons, les 7 minutes de Light Up the Night nous entraîne dans un tourbillon épique.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez :
1 réponse sur « The Besnard Lakes – Are The Toaring Night »

Euh, au fait… Puisque j’ai ouï dire samedi soir sur Europe 1 que les Plastiscines ont une connexion particulière avec le continent Américain, en particulier depuis 2009, le choix du nom du groupe n’aurait-il pas influencé lui aussi par Katty ? ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2009 - 2021 : 31 M de vues sur note chaine YouTube !

Merci aux artistes et labels qui nous ont fait confiance !

Avec : Mariama, Sayem, St Augustine, Ornette, The Dodoz, Dominique A, Lisa Hannigan, Nadeah, Hocus Pocus, BabX, Absynth Minded, Diane Birch, 3 Minutes Sur Mer, Applause, Jon And Jen, Anita Drake, Mademoiselle K, Richard Walters, Brune, Chew Lips, Emily Loizeau, Julia Stone, Sarah Blasko, Marie-Flore, MLCD (My Little Cheap Dictaphone), Hey Hey My My, AaRON, Foreign Beggars, Skip The Use, Hyphen Hyphen, Curry And Coco, Lilly Wood And The Prick, Rivkah, Kid Bombardos, You, Sharleen Spiteri , Thos Henley, Élodie Frégé, Caro Emerald, Viva And The Diva, Sly Johnson, Belleruche, Skip The Use, Ben Mazue, The Dø, Twin Twin, Marie-Pierre Arthur, Chris Garneau, Angus And Julia Stone

↪ Toutes les SK Sessions

↪ Abonnez-vous à notre chaine YouTube!

Cela pourrait vous intéresser

Vidéo : The Besnard Lakes – Raindrops

The Besnard Lakes sont libres, au revoir Jagjaguwar, bonjour Full Time Hobby pour leur sixième album, The Last of the Great Thunderstorm Warnings le 29 janvier 2021.

The Besnard Lakes est le meilleur groupe du monde

Enfin une bonne nouvelle en 2020 ! Après l’impeccable A Coliseum Complex Museum et surtout après quatre années de silence, les Besnard Lakes sont de retour. On peut ranger ses compilations de My Bloody Valentine et prévenir les voisins… Le gros son est de retour.
The Besnard Lakes

Les Besnard Lakes au musée

Jace Lasek et sa coupe de cheveux improbable seront de retour le 22 janvier 2016 avec un nouveau disque, A Coliseum Complex Museum. Lasek est un pyromane. Là où il passe, il met le feu à l’aide de voix complétement farfelues et de mélodies totalement folles.Certains ne se sont toujours pas remis de Disaster, titre…
The Besnard Lakes

The Besnard Lakes : Until in Excess, Imperceptible UFO

The Besnard Lakes Les cinglés montréalais de The Besnard Lakes sortiront leur quatrième album, le 2 avril prochain : Until in Excess, Imperceptible UFO. Ce dernier se fait attendre et a mis un certain temps à être réalisé. Un plan d’invasion est il élaboré secrètement par ce groupe diablement essentiel.

Eldorado, une mine d’or !

Le nouveau numéro de l’excellent magazine Eldorado vient de sortir avec au sommaire un dossier de 32 pages sur Exile On Main Street, le meilleur album des Rolling Stones selon les fans avec un retour sur « Cocksucker Blues », le film mythique de Robert Frank consacré à la tournée du groupe, en 1972 et les premières…

Plus dans Chroniques d'albums

Vikken

Vikken – Joie

Vikken et sa Joie ont tous deux le sens de la débâcle. Un côté Charlie Chaplin de la folle déprime, face à une grosse machinerie bête et informe, qui fixe, qui normalise, qui nécessairement finit par s’emballer, et qui ne s’arrête plus, et qui envoie valser en l’air à grands coups de beats électro tout…
Francis Lung - Miracle

Francis Lung – Miracle

L’ex-membre de WU LYF a bien fait de nommer son nouveau disque Miracle. Les 13 (tiens tiens, ce nombre..) chansons font de nouveau croire en lui.
Gruff Rhys - Seeking

Gruff Rhys – Seeking New Gods

Obsédé par le mont Paektu, un volcan situé à la frontière de la Chine et de la Corée, Gruff Rhys atteint des sommets avec son septième album solo, le bien nommé Seeking New Gods.
The Chills - Scatterbrain

The Chills – Scatterbrain

Détruit par l’industrie musicale dans les années 90, Martin Phillipps (l’écrivain qui se cache derrière ce groupe) vit une seconde vie (musicale) depuis 2015 grâce à Fire Records, label anglais qui ne jure que par lui.