The Magnetic Fields, Realism

The Magnetic Fields - Realism
En 2008, Magnetic Fields, emmené par son chanteur et auteur-compositeur Stephen Merritt, sort Distortion. Le propos est simple, il s’agit d’un album hommage à Jesus and Mary Chain. Comme on peut s’y attendre avec Merritt les mélodies sont habiles, les guitares pleines de fuzz et de disto, et oui effectivement, impossible de ne pas penser aux Jesus and Mary Chain.

The Magnetic Fields : Realism

En 2010 le propos est encore plus simple. Realism doit être l’opposé de Distortion. Et ça commence par le visuel. Distortion représentait un bonhomme, tendance visuel de toilette à Roissy Charles-De Gaulle, Realism est son acolyte féminin.

Après deux morceaux et demi, on a intégré l’idée générale : Réalism est une succession de mélodies douces et délicates, aux arrangements faits presque exclusivement de cordes acoustiques (Réalism fait partie de la trilogie « No synth » de The Magnetic Fields, un concept dans le concept basiquement). Le tout sent l’album de berceuse et de comptine à plein nez.
C’est au choix ou charmant, ou irritant.

Certains morceaux seraient des bandes originales de premier choix. We are having a hootenany a un fort gout de Sundance tellement il fait penser à Juno ou Little Miss Sunshine. D’autres (Interlude, The Dada polka, The Doll’s Tea Party) pourraient trouver leur place dans une attraction de Disneyworld, celle avec les poupées qui font peurs. Celles qui n’ont pas l’air d’avoir été composées pour un public de 6 ans de moyennes d’âge, restent de petites réussites.

Réalism a tendance à rester à l’état de concept, où Merritt tente de nous montrer qu’il est toujours capable de faire des morceaux à la hauteur de 69 Love Songs (Un autre concept, 3×23 chansons d’amour décliné sous toutes ses formes).

Réflexion faite, après 13 morceaux, c’est irritant. Mais Merritt l’a promis, après sa « No-synth trilogy », The Magnetic Fields retourne aux synthés. Merci.

The Magnetic Fields, Realism
4/10
Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.

Cela pourrait vous intéresser

The Magnetic Fields - 50 Song Memoir

The Magnetic Fields – 50 Song Memoir

Il faut acheter 50 Song Memoir ! En achetant le dernier disque des Magnetic Fields, vous sauverez des emplois. En effet, Warner, qui distribue ce disque, est en cessation de paiements depuis que le service presse a posté le disque promo à tous les pigistes de ce bas monde. 50 Song Memoir est composé de […]
Chevalrex

A Chevalrex !

Chevalrex s’apprête à publier son nouvel album via le label Vietnam (H-Burns, Pharaon de Winter, O) après avoir enrichi le propos de La Souterraine. Graphiste, producteur (Eddy Crampes) et responsable de la salle des fêtes chez Objet Disque, Chevalrex est un touche-à-tout génial dont la modestie est proportionnelle à son talent. C’est donc vous dire […]
The Magnetic Fields – Andrew In Drag

The Magnetic Fields – Andrew In Drag

Stephin Merritt est un authentique cintré qui est toujours là où on ne l’attend pas. Quoique.. Depuis ces derniers temps, le vieux garçon, artisan réactionnaire, avait quelque peu perdu de sa superbe. Merritt a le mérite (désolé) d’enclencher de nouveau les synthétiseurs et de repartir de plus belle. Andrew In Drag est le premier extrait […]

Plus dans Chroniques d'albums

Guilhemvalay-aubrac

Guilhem Valayé – Aubrac

Le français est une belle langue. C’est une évidence. Mais il faut l’écrire, la manier, la chanter avec honnêteté, simplicité et pureté. Guilhem Valayé livre à l’ancienne le plus bel EP de cette année avec son voyage en Aubrac et ses terres rêches comme nos cœurs.
Nickwheeldon-gift

Nick Wheeldon – Gift

Nick Wheeldon nous a fait cette année un beau cadeau avec Gift, un classique instantané dès la première écoute pour les Fragile Minds dont on fait partie.
Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?