Catégories
Chroniques d'albums

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Les Jayhawks ont tout plié en 1991 avec Hollywood Town Hall. Evidemment, cette année là, tout le monde écoutait Smells Like Teen Spirit et Lithium et ne s’intéressait aux ballades élégantes de ce groupe de Minneapolis. Et depuis ce disque, le groupe a survécu à la crise de l’industrie musicale, au départ de Mark Olson et aux années qui passent.
XOXO ne révolutionne pas le genre et ne prétend rien révolutionner d’ailleurs. Si révolution il y a, c’est à l’intérieur du groupe qu’elle se passe. Pour la première fois, Marc Perlman, Tim O’Reagan et Karen Grotberg ont eu le droit d’empiéter sur le territoire de l’intraitable Louris.
Il en résulte un disque élégant et qui nous fait replonger dans le Vieux Monde. Celui où c’était une victoire que de voir le groupe figurait dans les colonnes des journaux spécialisés. Car la France n’a jamais été sensible aux chansons si américaines de Louris. Elle a accepté difficilement les Black Crowes… Elle se refusa aux Jayhawks qui lui ont d’ailleurs bien rendu.
Pour ce onzième album, les guitares sont toujours au rendez-vous. La preuve avec Dogtown Days.

The Jayhawks – Dogtown Days

Seventy-two miles and three states to you
I can’t undo the damage without you
I had so much left to give you
I guess I just couldn’t find the time
I must confess I didn’t love you
Quite as much as I ignored you
And tore you down
Goodnight, my dogtown days
Every backseat pledge I made is dead
Your eyes reflected blue
Everything I knew about you is dead
Just south of heaven
When it began, the thing felt right
I was only kidding, if I destroyed your life
I must confess, you were the best
I lost my cool, I needed you
Goodnight, my dogtown days
Every backseat pledge I made is dead
Your eyes reflected blue
Everything I knew about you is dead
Just south of heaven
Just west of Evansville
Indiana

The Jayhawks - XOXO

XOXO des Jayhawks est disponible chez Thirty Tigers, Sham.

The Jayhawks -XOXO

Tracklist : The Jayhawks - XOXO
  1. This Forgotten Town
  2. Dogtown Days
  3. Living In A Bubble
  4. Ruby
  5. Homecoming
  6. Society Pages
  7. Illuminate
  8. Bitter Pill
  9. Across My Field
  10. Little Victories
  11. Down To The Farm
  12. Looking Up Your Number
  13. Jewel Of The Trimbelle
  14. Then You Walked Away
  15. Hypocrite's Lament

The Jayhawks – XOXO4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
1 réponse sur « The Jayhawks – XOXO »

Cet album ou tout le monde a collaboré est une vraie réussite.
Souvent lorsqu’un groupe agit ainsi les compositions des « seconds couteaux » sont moins bonnes.
Ici , elles apportent un souffle nouveau au groupe. Un album qui nous transporte dans la seconde partie des années 60.
On ne peut s’empêcher d’y voir les influences des Byrds, Beatles, Kinks, Mamas and Papas, Beach Boys…
Et puis j’ai le sentiment que les harmonies vocales sont plus belles que jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

The Jayhawks

[Micro-Photos] Et les Jayhawks arrivèrent en ville

En 1992, George Drakoulias allait réaliser son troisième coup de maître avec Hollywood Town Hall des Jayhawks. Après avoir produit les deux premiers albums des Black Crowes, le bras droit de Rick Rubin chez American Recordings s’attelle à rendre rentable la musique de Mark Olson et de Gary Louris, les deux têtes pensantes des Jayhawks.
Karl Blau - Introducing Karl Blau

Karl Blau – Introducing Karl Blau

Mais comment le label Bella Union a-t-il dégoté ce cabot de Karl Blau ? Parce que dans le genre O.V.N.I, ce type est un modèle du genre !
The Jayhawks - Paging Mr. Proust

The Jayhawks – Paging Mr. Proust

Les bonnes nouvelles se multiplient pour les amateurs de l’Amérique profonde et authentique. Le label de Ryan Adams annonce une réédition plantureuse de Heartbreaker pour l’été de cette année et les inamovibles Jayhawks sortent un de leurs meilleurs disques avec Paging Mr. Proust. La rédaction de SK* prendra donc ses quartiers dans une villa de…

Allo Houston, ici Whitney !

Ça se bouscule au portillon pour les ex Smith Westerns ! Le label Sub Pop a donné des signes concrets d’existence de vie de Cullen Omori la semaine dernière. C’est au tour de Max Kakacek de nous donner des signes de vie avec son nouveau projet intitulé Whitney.

Plus dans Chroniques d'albums

idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.