Les bonnes nouvelles se multiplient pour les amateurs de l’Amérique profonde et authentique. Le label de Ryan Adams annonce une réédition plantureuse de Heartbreaker pour l’été de cette année et les inamovibles Jayhawks sortent un de leurs meilleurs disques avec Paging Mr. Proust.
La rédaction de SK* prendra donc ses quartiers dans une villa de Caroline du Nord.

A l’écoute de Paging Mr. Proust, on se rend une nouvelle fois compte que de l’étendue du talent de Gary Louris. Alors que ses rejetons (Band of Horses par exemple) peuvent mouliner à vide pendant des années, Saint Louris met toujours sur la table dix chansons de grande qualité. Mais tout le monde s’en fiche ! Et ça depuis le début ! En 1992, Hollywood Town Hall a sûrement eu une place de choix dans la vitrine du Tower Records du centre ville de Minneapolis (ville dont sont originaires ces flibustiers de la country) mais a échoué dans les bacs à soldes des confrères de Los Angeles et de Chicago. Il en va de même pour Smile (2000), l’autre chef d’œuvre du groupe.

Depuis 1985, Gary Louis (aidé par Mark Olson pendant quelques années) défend son pré carré et rien ne le changera. Une troisième guerre mondiale pourrait avoir lieu que Louris écrirait plus ou moins les mêmes chansons !

The Jayhawks – Quiet Corners & Empty Spaces

Même produites par Peter Buck (R.E.M) et Tucker Martine, les chansons des Jayhawks ont ce petit gout désuet qui les condamnent à rester à l’abri du plus grande nombre. Oui, car ici nous ne sommes pas chez les Woods ou chez un quelconque freluquet folk. Ici il n’y a aucun détour et on est sincère. Défini comme une nouvelle aventure des Jayhawks, Paging Mr. Proust est un disque extrêmement classique et très sincère. Il y aura pour les ronchons quelques petits faux départs. Mais écrire à plus de quarante balais un titre aussi frais que Lovers of the Sun en dit long sur le talent de Louris.

The Jayhawks – Lovers of the Sun

Très électrique, Paging Mr. Proust est tout de même une petite révolution de palais et pourrait conquérir une poignée de nouveaux amateurs.

The Jayhawks – The Devil Is In Her Eyes

Paging Mr Proust des The Jayhawks sera publié le 29 avril 2016 via Sham/Modulor.
Les The Jayhawks seront en concert le 9 septembre 2016 au Divan du Monde (Paris).

Tracklist : The Jayhawks - Paging Mr. Proust
  1. Quiet Corners and Empty Spaces
  2. Lost The Summer
  3. Lovers Of The Sun
  4. Pretty Roses In Your Hair
  5. Leaving The Monsters Behind
  6. Isabel’s Daughter
  7. Ace
  8. The Devil’s In Her Eyes
  9. ComeBack Kids
  10. The Dust Of Long Dead Stars
  11. Lies In Black And White
  12. I’ll Be Your Key
The Jayhawks – Paging Mr. Proust4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

La belle âme de Michael Stipe

Michael Stipe est enfin de retour après huit ans de silence. L’ex R.E.M. revient avec un disque solo et un livre de photographies.

Filthy Friends, nos amis pour la vie

Ça roxe, ça boxe, c’est les Filthy Friends ! En concert le 28 mai 2019 au Petit Bain, les Filthy Friends déboulent à 100 à l’heure dans nos enceintes et nous font oublier les Detroit Cobras et le Spencer Blues Explosion.
Tyler Ramsey

Incroyable Tyler Ramsey !

Tyler Ramsey, guitariste et chanteur de Band of Horses publiera son premier album solo au printemps prochain. Et c’est du tout bon !
The Jayhawks

[Micro-Photos] Et les Jayhawks arrivèrent en ville

En 1992, George Drakoulias allait réaliser son troisième coup de maître avec Hollywood Town Hall des Jayhawks. Après avoir produit les deux premiers albums des Black Crowes, le bras droit de Rick Rubin chez American Recordings s’attelle à rendre rentable la musique de Mark Olson et de Gary Louris, les deux têtes pensantes des Jayhawks.
R.E.M.

Automatic for Clif Norrell

Récemment, en se souvenant d’Automatic For People, Peter Buck évoquait chaque album comme une invitation au voyage. Quoi de plus logique quant on sait que les enregistrements des albums de R.E.M. étaient aussi l’objet de voyages.

Plus dans Chroniques d'albums

Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.
Andy Bell

Andy Bell – The View From Halfway Down

Andy Bell s’offre son premier album solo pour ses 50 ans et nous fait un joli cadeau. The View From Halfway Down, enregistré avec Gem Archer (Oasis), est un disque aux allures modestes mais qui fait le travail comme les grands.